chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Artificial Brain - Infrared Horizon

Chronique

Artificial Brain Infrared Horizon
J'aime les dessins animés japonais de mon adolescence, Gundam Wing et surtout Neon Genesis Evangelion, leurs batailles épiques et leurs émotions qui le sont tout autant. J'aime un jeu vidéo comme Nier : Automata, sa planète qui n'est que ruines, sa guerre insensée, son humanité absente, où les robots ont l'âme mélancolique. J'aime Krallice et Gorguts, leurs musiques mariant le grandiose à des images d'espace comme lieu où conquérir et mourir. Et donc, logiquement, j'aime Infrared Horizon.

Car oui, Artificial Brain m'évoque tout cela sur son second album. Chose normale, tant ces références s'appliquaient déjà à Labyrinth Constellation, album de 2014 où les mélodies et la technique servaient à décrire une ambiance de science-fiction belliqueuse. Les Ricains avaient toutes les cartes en main dès le départ, même si une certaine marge de manœuvre se faisait sentir. Une envie de les voir aller plus loin sur tous les plans, aussi bien au niveau de la brutalité que du trouble qu'il y a à contempler des illustrations d'exoplanètes tempétueuses et d'armées s'étripant au cœur de la mêlée.

Ce que, d'une certaine façon, fait Infrared Horizon. Sans forcément changer sa formule – on pense une nouvelle fois à une bagarre entre le Gorguts de Colored Sands et le Krallice de Years Past Matter –, Artifical Brain a développé davantage les atouts de sa musique. Fluide, directement accrocheur, n'oubliant jamais l'auditeur dans ses structures et riffs alambiqués, ce deuxième longue-durée éblouit au départ par sa facilité d'approche, volontaire jusqu'à une durée n'excédant pas les cinquante minutes. À ce titre, les quatre premiers morceaux sont exemplaires, l'écoute se déroulant dans une épopée intergalactique aussi éprouvante que fulgurante de « Floating in Delirium » à « Estranged from Orbit » inclus. La bande menée par Will Smith (et son growl toujours aussi impressionnant, tartinant à en faire rougir les amateurs de death metal guttural tout en s'avérant varié dans les sentiments qu'il transmet) appuie d'emblée sur le bouton « décollage », mêlant blasts faisant bomber le torse, dissonances rythmées et mélodies étrangement tristes et aériennes sans discontinuer. Pouah ! Rien que cette entame oblige à conseiller aux fans de death metal technique et atmosphérique de se jeter sur cet album, des compositions comme « Synthesized Instinct » (un véritable tube !) et « Estranged from Orbit » (aussi raffinée que ravageuse) étant des chefs d’œuvres à part entière. Esthétique, violent, narratif, ébouriffant : ce départ équivaut à dix-huit minutes de bonheur intense pour qui n'est pas contre un peu de beauté au milieu du chaos.

Aucun doute : Artificial Brain a perfectionné son art sur Infrared Horizon. Atteignant souvent les hauteurs, il garde toujours sous le coude des passages où bouger la tête et rêver à ses propres histoires d'androïde cherchant son salut dans le combat. Carnet en main, on constate pourtant que la deuxième partie de l'album est moins constante que cette formidable première moitié. Renouant avec l'éclatement de Labyrinth Constellation, le morceau éponyme et « Anchored to the Inlayed Arc », bouchers au possible, font moins ressentir cette impression de vivre des montagnes russes dans un paysage d'astéroïdes. Mais c'est surtout un flagrant manque d'équilibre entre ses différentes excursions qui pénalise sur la longueur ce nouvel essai. Ainsi, son histoire – car il y en a une apparemment, même si mon anglais ne me permet pas de bien comprendre un tel niveau de précision similaire à un disque de Carcass écrit par un fan d'Asimov et Linux – peine à offrir un final satisfaisant, « Ash Eclipse » renouant avec la brutalité là où la douce conclusion de « Graveyard of Lightless Planets » paraissait plus indiquée. Enfin, Infrared Horizon ne se débarrasse pas encore tout à fait de cette envie d'entendre les Ricains moins polis et gentils, bons sous tous rapports envers leurs maîtres. Une frustration déjà présente sur Labyrinth Constellation, certes moins handicapante ici mais, étant donné les capacités des musiciens – quel batteur ! –, on aimerait les voir s'extirper à coup de bolt de certaines influences trop évidentes (le début de « Vacant Explorer » par exemple, où l'on cherche de quelle œuvre de Krallice il provient).

Il manque peu de choses à Artificial Brain pour devenir un grand nom du (post) death metal. Un peu de personnalité, un peu de maîtrise dans ses effets, peut-être une décision franche entre ses désirs de mélodies et de brutalité technique. Peu de choses, mais que j'espère voir se régler prochainement, tant j'ai envie de le voir grandir encore et me mettre complètement à genoux. Malgré les énormes qualités de Infrared Horizon, peaufiné jusqu'à sa pochette signée Adam Burke et une production aussi stellaire qu'abrasive, ce sera, me concernant, pour une prochaine fois. Mais attention : il ne serait pas étonnant de voir ce disque illustrer quelques bilans de fin d'année !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
30/08/2017 22:45
note: 8.5/10
Mon album de l'année pour l'instant.

Pas de grosses surprises par rapport à Labyrinth Constellation, ils ont quand même bien "blackisé" leur formule avec ces injections de Krallice de plus en plus flagrantes même si papa Gorguts est jamais bien loin.

Rien à dire sur la prod', Colin Marston a fait un super boulot sur tous les instruments notamment la basse qui vient constamment enrichir les compos.

Assez d'accord avec Ikea sinon avec cette seconde partie un peu moins mémorable, mais je la trouve finalement pas moins intéressante.

A acheté les yeux fermés!
human citer
human
22/04/2017 23:31
note: 8/10
Cet album est bien meilleur que le premier. Notamment grâce à un bien meilleur son de guitare mais aussi grâce à des compos bien plus maitrisés et toujours aussi violentes. Perso, je ne ressens aucunes baisse de régime dans la deuxième partie de l'album. Bien au contraire la progression des morceaux est juste parfaite.
La voix est excellente, rien à redire la-dessus.
Dans mon top 3 de ce début d'année (à quand une chronique du dernier Ingurgitating Oblivion ?).
Sagamore citer
Sagamore
21/04/2017 17:20
Une fois abstraction faite de la voix (comme MoM, ce growl me gave affreusement), musicalement, c'est génial. A creuser !
MoM citer
MoM
17/04/2017 18:09
Je te remercie pour ta chronique : en cherchant ça sur youtube, il m'a proposé Mysticum, qui a été un coup de coeur immédiat !

Pour ce qui est de cet album, je passe : le growl m'a gavé direct et l'ensemble ne m'a pas suffisamment donné d'arguments pour passer outre ce désagrément subjectif.
Ouais, y a quelques trouvaill4es pour faire droïde, mais j'ai trouvé que c'était pas encore pleinement exploité. J'ai trouvé qu'on restait sur des acquis avec quelques saillies qui auraient méritées un traitement plus approfondi.

Mais bon, j'ai mon Mysticum en favori, alors cet album-ci m'aura satisfait d'une autre façon Gros sourire
Nikolaaa citer
Nikolaaa
17/04/2017 17:17
J'avais bien accroché à Labyrinth Constellation, les quelques titres dispo du nouveaux laissent effectivement espérer un album supérieur au premier, les parties blastées c'est un carnage! j'ai hâte de le recevoir en tt cas

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Artificial Brain
(Post) Death Metal
2017 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (8)  7.82/10

plus d'infos sur
Artificial Brain
Artificial Brain
(Post) Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Floating in Delirium
02.   Synthesized Instinct
03.   Static Shattering
04.   Estranged from Orbit
05.   Infrared Horizon
06.   Anchored to the Inlayed Arc
07.   Mist like Mercury
08.   Vacant Explorer
09.   Graveyard of Lightless Planets
10.   Ash Eclipse

Durée : 47 minutes 56 secondes

line up
parution
21 Avril 2017

voir aussi
Artificial Brain
Artificial Brain
Labyrinth Constellation

2014 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Hanging Garden
Hanging Garden
I Am Become

2017 - Lifeforce Records
  
Ulcerate
Ulcerate
Shrines of Paralysis

2016 - Relapse Records
  
Flourishing
Flourishing
Intersubjectivity (EP)

2012 - The Path Less Traveled Records
  
Gorguts
Gorguts
Pleiades' Dust (EP)

2016 - Season Of Mist
  
Walrus Resist
Walrus Resist
Staring from the Abyss

2010 - Pervade Productions
  

Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique