chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

While She Sleeps - You Are We

Chronique

While She Sleeps You Are We
Putain, je vous aimais bien, les gars... Je vous aimais même vraiment beaucoup à la sortie de Brainwashed, fulgurance punk qui a fait un bien fou à la scène répétitive et uniforme du metalcore, et encore plus après m'être pris une bonne claque en vous voyant en live. Alors, keskicépacé ?

J'avais déjà tiqué un peu, très tôt, quand vous avez appelé aux dons en finançant votre nouvel album sur Pledge, et que vous avez commencé à dégouliner de partout sur les réseaux sociaux en répétant à qui voulait l'entendre ou pas que You Are We allait être un petit bijou, une révolution. Ca, c'est jamais bon signe. Mais bon, j'espérais encore une étincelle, un regain de bon sens. J'espérais me planter.
Ensuite est sorti le premier titre, et là, je dois avouer que ma confiance en vous a commencé à sérieusement s'ébranler. A part un riff d'intro plutôt burné, 'Civil Isolation' n'a pas grand-chose à offrir, et s'enfonce même très vite dans le mielleux avec des mélodies convenues et mollassonnes, et surtout avec l'apparition de ce chant mi-clair qui frôle le pénible.

Quelle ne fut pas ma joie en me rendant compte que ce chant plane sur tout l'album ! La voix de Loz, chargée de hargne, qui sait se faire mélodique en restant bien déchirée, la voix de Loz qui était à son meilleur sur Brainwashed malgré une méchante chirurgie, cette voix avait-elle vraiment besoin d'être éclipsée par cette deuxième ligne de chant insipide qui noie tout ? Les moments de bravoure du hurleur n'ont pas tout à fait disparu, il est encore en forme, comme avant le breakdown de 'You Are We' ou sur les intros de 'Steal The Sun' et 'Feel', mais c'est l'impression générale qui en souffre ici, on a vraiment l'impression de se taper un album de chant clair et non plus de se faire hurler dans les oreilles par un Loz enragé. Et vous l'avez peut-être oublié, mais nous, on aime bien se faire hurler dans les oreilles. Et encore, je ne parle pas du pré-refrain de 'Steal The Sun' qui a l'air d'avoir très envie d'être sur un album de Linkin Park (je n'ai rien contre Linkin Park, mais là, bon, un peu quand même), ou des "woohoo" sur 'Feel' et 'Silence Speaks' qui semblent étrangement forcés. Quant à la participation d'Oli Sykes de BMTH sur la deuxième, elle me paraît aussi futile que putassière.

Mêmes remarques au niveau des riffs, on est pas totalement dans le mou, mais on s'y aventure nettement tout de même, garçons. Les lignes mélodiques restent parfois épiques et bien senties, mais avec un côté tout de même plus guimauve et téléphoné... En bref, on s'ennuie un peu.
Le principal problème du disque se résume en fait assez facilement : à trop forcer sur le sentimentalisme, on attendrait presque les grands violons. Entre intros acoustiques sur 'Empire Of Silence' et 'Wide Awake', ruptures brusques au milieu des chansons, et refrains un peu larmoyants, on se trouve bien démunis par rapport à la rage à laquelle vous nous aviez habitués.
Et ça se ressent directement dans les paroles. Des élancées sombres comme "Have we given up? / Should we hang our bastard young ? / To save them from the nothing that so many have become" ont laissé place à "I'm wide awake, wide awake, wide awake", et la révolte alimentée par une conscience de la décadence de l'homme est devenue une plainte constante contre le vilain système.

Si j'étais un être de bonne foi, je vous dirais qu'il n'est pas si terrible que ça, votre disque. Je vous dirais qu'il est bien exécuté, que le son de la batterie est bien mastoc, et que des chansons comme 'Hurricane', 'Revolt' et 'Civil Isolation' ne sont vraiment pas si mal, si on oublie les refrains un peu pop. Mais c'est là tout mon problème, je n'arrive pas à excuser à un groupe qui avait la rage, et la bonne, de se mettre à écrire des trucs aussi proprets.

Alors, à la revoyure les gars, peut-être que sur le prochain vous vous serez ressaisis, en attendant si j'ai envie de savourer les douceurs du metalcore anglais je vais plutôt me tourner vers vos bons potes Polar. Sans rancune.




...Et puis, allez, si, je tire sur l'ambulance : cette pochette est vraiment... Elle est vraiment, quoi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
20/04/2017 10:43
Krokodil a écrit : le "à tendance emo" qui pourrait faire la différence

Tu trouveras peut-être ton bonheur dans celui-là du coup, oui ! Moi justement j'avais aimé Brainwashed et son côté emo qui s'effaçait au profit du hardcore.
Krokodil citer
Krokodil
20/04/2017 10:23
Perso j'ai lâché l'affaire après This is the Six, qui curieusement marquait déjà la fin du bon While She Sleeps, alors qu'ils n'en étaient qu'au premier album. En fait, j'avoue qu'à part The North Stands For Nothing, je peux pas trop les saquer. Mais je l'écouterai quand même celui-là (le "à tendance emo" qui pourrait faire la différence)(puisque c'est le "à tendance emo" qui a fait la différence chez Architects, notamment). Et puis Silence Speaks m'a pas semblé si ignoble, malgré le featuring effectivement très inconsistant de Sykes.
FullSail citer
FullSail
19/04/2017 23:30
L'info de la signature chez Nuclear Blast est à vérifier, tout de même.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
While She Sleeps
Metalcore à tendance émo
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7/10

plus d'infos sur
While She Sleeps
While She Sleeps
Metalcore à tendance émo - Royaume-Uni
  

nouveaute
A paraître le 21 Avril 2017

vidéos
Silence Speaks
Silence Speaks
While She Sleeps

Extrait de "You Are We"
  
Hurricane
Hurricane
While She Sleeps

Extrait de "You Are We"
  
Civil Isolation
Civil Isolation
While She Sleeps

Extrait de "You Are We"
  

tracklist
01.   You Are We
02.   Steal The Sun
03.   Feel
04.   Empire Of Silence
05.   Wide Awake
06.   Silence Speaks (avec Oli Sykes de Bring Me The Horizon)
07.   Settle Down Society
08.   Hurricane
09.   Revolt
10.   Civil Isolation
11.   In Another Now

Durée : 00:51:04

Essayez plutôt
Anterior
Anterior
This Age Of Silence

2007 - Metal Blade
  

The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique
Conan + Downfall of Gaia
Lire le live report
Bloodhammer
Kuusi hymniä syvyyksistä
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Rot Prophet
Lire la chronique
Razend
White Goat 2
Lire la chronique
Keiser
The Succubus
Lire la chronique
While She Sleeps
You Are We
Lire la chronique
Martröð
Transmutation Of Wounds (EP)
Lire la chronique
Memoriam
For The Fallen
Lire la chronique
Artificial Brain
Infrared Horizon
Lire la chronique
Hierophant
Mass Grave
Lire la chronique
Gorephilia
Severed Monolith
Lire la chronique
Novembers Doom
Hamartia
Lire la chronique
Nécropole
Nécropole (Compil.)
Lire la chronique
Wolfnacht
Ypervoreia
Lire la chronique