chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nicolas Merrien - Black Sabbath - Children Of The Grave

Chronique

Nicolas Merrien Black Sabbath - Children Of The Grave (Livre)
BLACK SABBATH. Voici un groupe sur lequel beaucoup de choses ont déjà été dites, tant par les membres fondateurs que par des biographes extérieurs. Pourtant, pour tout curieux ou fan, il reste dans la carrière du gang qui a inventé le Metal, des zones d’ombres et des non dits. D’une part parce que les protagonistes manquent parfois de lucidité ou d’honnêteté quand ils abordent certains épisodes de leur carrière (en général les moins glorieux) mais également parce que les biographes n’ont encore éclairé ces épisodes d’un jour nouveau.
La renommée dont a bénéficié le groupe durant les dernières années de sa très longue carrière ne doit pas faire oublier que le Sab a eu des hauts (très hauts) mais aussi des bas (très bas). Nombre de formations se réclament du son de BLACK SABBATH, mais elles font référence qu'aux six premiers albums d’un groupe qui en a publié trois fois plus. Et si certaines galettes apparaissent aujourd’hui comme totalement has been, chacune porte en elle au moins un petit peu de ce qui fait que BLACK SABBATH est BLACK SABBATH.

Nicolas Merrien n’est pas un Metalleux. Rédacteur en chef d’AlbumRock, un webzine consacré au Rock, c’est justement sa distanciation par rapport à la scène Metal qui donne à son ouvrage une saveur particulière, l’auteur se permettant des analyses inédites de l’histoire du groupe, de son influence sur le Metal et en retour, de sa dévolution paradoxale à sa fanbase à partir du début des années 80, le Sab étant devenu, d’après Nicolas Merrien, prisonnier de l’imaginaire qu’il a contribué à développer.

L’auteur choisit délibérément de s’intéresser à la musique en laissant de côté l’aspect paillettes / cancans, déjà amplement développé dans les autobiographies de Tony Iommi (Iron Man) et Ozzy Osbourne (I am Ozzy). Pour arriver à ses fins, l’auteur a lu à peu près tout ce qui a été écrit sur BLACK SABBATH, visionné des concerts, des interviews, des témoignages. Il a ensuite chaussé son casque audio et méticuleusement réécouté toute la discographie. Le résultat est un ouvrage d’une remarquable concision qui balaye la carrière des brummies de sa genèse à l’aube des années 70 à son épilogue, l’ultime EP, The End et la tournée éponyme censée mettre un point final à la carrière active de l’un des groupes les plus influents du Metal.

Dans une introduction rien moins que brillante, Nicolas Merrien démontre que le rattachement de BLACK SABBATH au Heavy Metal a été à la fois une bénédiction et une malédiction pour le quatuor. Une bénédiction car le groupe jouit dans le milieu Metal d’une aura messianique. Il est cité comme référence par des centaines de formations et sa musique, considérée comme la pierre angulaire du Metal, est toujours écoutée aujourd’hui. Une malédiction car en s’appropriant le Sab, le Metal a quasiment interdit aux autres sous-courants du Rock de revendiquer des influences sabbathiennes. Mais aussi car la formation de Tony Iommi s’est vite retrouvée empêtrée dans les exigences des fans de Metal qui attendaient du gang qu’il réitère encore et encore les sonorités développées sur ses six premiers disques. Dès que le groupe a essayé de s’en éloigner, c’est à dire entre Sabotage et Never Say Die, les fans se sont mis à les bouder. L’histoire du projet durant les trois décennies sans Ozzy est une longue suite de déconvenues et de frustrations, le gang renonçant à suivre une voie expérimentale, décide plutôt de se conformer jusqu’à l’excès dans ce que le public attend d’un groupe Metal.

Cette démonstration est ensuite développée en suivant une classique trame chronologique reposant principalement sur l’analyse détaillée de chacun des disques publiés par le groupe (y compris les live albums et compilations sorties chez NEMS sans l’accord du Sab). L’ouvrage évoque également (quoique marginalement) la carrière parallèle de Ozzy Osbourne et les projets solo de Bill Ward et Geezer Buttler.
L’auteur ose également des critiques discordantes par rapport au consensus général des fans, notamment sur les albums enregistrés avec Dio ou sur la poussive période avec Tony Martin. Des disques vilipendés par tous comme Dehumanizer, Tyr ou Forbidden trouvent grâce à ses oreilles, tandis qu’il juge plus durement que la plupart des critiques les premiers disques enregistrés avec Dio ainsi que le controversé Born Again.

On pourra reprocher le caractère un rien répétitif et parfois complaisant de la trame, l’énumération du classement de chaque album dans les charts britanniques et américains et un luxe de détails dans l’analyse piste par piste des disques. Pour autant, Black Sabbath - Children Of The Grave est, à ce jour, la biographie de BLACK SABBATH la plus digeste et la mieux écrite en français qui ait été publiée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nicolas Merrien
Heavy Metal
2016 - Le Mot Et Le Reste
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nicolas Merrien
Nicolas Merrien
Heavy Metal - France
  

parution
17 Novembre 2016

Essayez aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Vol 4

1972 - Warner Bros. / Vertigo
  
Savage Master
Savage Master
Creature Of The Flames (EP)

2017 - Skol Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Live After Death (DVD)

2008 - EMI
  
Huntress
Huntress
Starbound Beast

2013 - Napalm Records
  
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique