chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deez Nuts - Binge & Purgatory

Chronique

Deez Nuts Binge & Purgatory
Wouah, les mecs, hé ! Hé, les mecs, hé ! Wouaouh ! Z'avez vu, z'avez vu ? Une pochette rose fluo chez Thrashocore ! Et pas du rouge pâle à la Shrines Of Paralysis de Ulcerate ou du violet à la Black Sabbath, non non, du bon gros rose bonbon bien assumé qui pique le nerf optique (ça nique). Du coup, espérons que le contenu est bon, histoire de ne pas avoir perdu 3 points de vue à chaque oeil pour rien.

Bref, attaquons : il devient difficile en ce moment de parler de hardcore nouvelle vague sans que le nom de Deez Nuts ne finisse par pointer le bout de son nez. Et nous ne parlons pas ici du Deez Nuts qui a récemment beaucoup tourné sur internet, car lui aurait plutôt tendance à pointer le bout de ses dents (voir vidéo ci-dessous). Entre ceux qui pensent qu'ils s'approprient le hardcore pour en faire quelque chose de neuf, ceux qui pensent qu'ils sont 100% hardcore, ceux qui ne savent trop qu'en penser, ou même ceux qui les trouvent franchement insupportables, le débat fait rage, en tout cas par chez moi.

Après une intro mélodique qui pour le coup ne sonne absolument pas comme ce qu'on a l'habitude d'entendre chez eux, on retrouve dès le premier titre du Deez Nuts grand cru. Avec 'Purgatory', le message est clair : le combo reste campé sur ses acquis, entre riffs hardcore au possible simplistes mais accrocheurs, batterie qui cogne dur et phrasé très hip-hop, celui-là même qui en rebute certains. La voix est relativement criée mais assène syllabe après syllabe de manière très rap, qui peut sembler un peu monotone mais amène vraiment sa puissance au groupe, et prouve que JJ Peters a une sacrée paire de cordes vocales.
Musicalement, on trouve sous cette première couche rap un bon gros melting-pot de tout ce qui fait le hardcore. La grosse dose de pêche punk qui caractérisait l'album précédent, Word Is Bond, est toujours prédominante ici, et les accélérations sont nombreuses comme sur 'Antidote', 'Remedy' ou 'Do Not As I Do', ou encore sur un des titres fulgurants dont Deez Nuts a la spécialité, 'Carried By Six'. Les amateurs de moshparts trouveront leur compte sur des titres comme 'Purgatory', 'Hedonistic Wasteland' ou 'For What It's Worth', et on frôle même le beatdown sur 'Antidote' et 'Lessons Learned'. Cette dernière compte un featuring bien senti de Jamey Jasta, qu'à ma grande honte je n'avais pas reconnu (aïe, pas sur la tête). Enfin, et celle-là je l'avais pas vue venir, on a même droit à un refrain mélo sur 'Discord', qui au final sonne quasiment néo-métal. Ce n'est pas le meilleur titre de l'album, mais ça se fond au final assez bien dans le schmilblick, et ça passe sans difficulté au fil de l'écoute.
La prod, moderne, est très bonne, la batterie claque à souhait, la basse dans ses quelques moments de gloire sonne bien ronde et chaleureuse, et la guitare tranche dans le lard, très claire et audible. Rien de bien novateur, mais le son sert parfaitement la musique.

Il m'a fallu quelques écoutes cependant pour trouver ce qui différencie ce disque du précédent, ce qui me permet de me le manger d'une traite avec plaisir alors que l'autre me lasse assez vite. J'ai trouvé ma réponse dans les paroles : Deez Nuts se nourrit sur cet album d'une énergie plus sombre qu'auparavant. Alors que le groupe était connu pour son esprit fêtard et ses textes qui ne parlaient plus ou moins que d'aller se bourrer la gueule avec les copains, JJ Peters déverse maintenant ses doutes et ses démons dans ses lignes, entre ses craintes quant à ses excès et ses questions existentielles. Certes, "just because I don't speak of them don't mean I don't have problems" garde l'esprit un peu "gros dur" auquel Deez Nuts nous a habitué, mais j'ai eu moins de mal à m'identifier à l'ensemble, et c'est tout le disque qui gagne en hargne et en puissance.

Deez Nuts ne renouvelle pas sa recette, mais personne, de toute façon, ne demande au hardcore de renouveler quoi que ce soit. Si certains ne peuvent pas blairer leur côté gangsta prétentieux, Binge & Purgatory restera dans mes plaisirs coupables de l'année.

https://www.youtube.com/watch?v=5LlQNty_C8s

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deez Nuts
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  7.11/10

plus d'infos sur
Deez Nuts
Deez Nuts
Hardcore - 2007 - Australie
  

vidéos
Binge / Purgatory
Binge / Purgatory
Deez Nuts

Extrait de "Binge & Purgatory"
  
Discord
Discord
Deez Nuts

Extrait de "Binge & Purgatory"
  

tracklist
01.   Binge
02.   Purgatory
03.   Antidote (avec Scott Vogel de Terror)
04.   Commas & Zeros
05.   Break Out
06.   Discord
07.   Lessons Learned (avec Jamey Jasta de Hatebreed)
08.   Carried By Six
09.   Cakewalk
10.   For What It's Worth
11.   Hedonistic Wasteland
12.   Remedy
13.   Do Not As I Do

Durée : 00:32:05

line up
parution
7 Avril 2017

Essayez aussi
Backtrack
Backtrack
Darker Half

2011 - Reaper
  
Mad At The World
Mad At The World
Domination

2015 - Beatdown Hardwear
  
Incendiary
Incendiary
Cost Of Living

2013 - Closed Casket Activities
  
dEFDUMp
dEFDUMp
David versus Corporate Society

2000 - Autoproduction
  
Black Bomb A
Black Bomb A
Straight In The Vein (EP)

1999 - Autoproduction
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique