chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Evoken - Antithesis of Light

Chronique

Evoken Antithesis of Light
Il y a des groupes qui ont sorti de tels monuments qu'on aborde toujours le moment de parler d'eux avec une certaine crainte, de peur de ne pas leur rendre un hommage à la hauteur de leur talent. Et il y a Evoken, ce groupe qui est entièrement un monument, dans lequel on entre à chaque fois avec une sensation de solennité, de petitesse face à lui, d'incapacité à retranscrire les émotions qu'il nous procure tant il paraît s'inscrire au-delà du temps, ses pierres résonnant d'un âge avant les âges, ses portes s'ouvrant dans une atmosphère d'éternité sur laquelle passé, présent et futur n'ont aucune influence. Il va falloir parler de Antithesis of Light. Et cela ne va pas être facile.

« Mort. J'étais mort. Et mort, j'entrais dans le temple »

Car si chaque réalisation se démarque par des ambiances plus ou moins éthérées ou rêches ainsi qu'une évolution dans les sonorités – l'époque des touches black sur la demo Shades of night descending paraît lointaine –, la formation reste cette machine à broyer implacable. Une main faite de marbre qui vous serre le cœur, faisant naître en vous des sentiments de désespoir voire d'abattement. Evoken est un appel au Néant, une vision extatique de la Mort trônant seule et fièrement, mise parfaitement en musique par un doom/death funéraire des plus froids et singuliers. Éléments que l'on retrouve donc sur Antithesis of Light. Un diamant noir parmi d'autres dans la discographie du groupe, où vous retrouvez ces notes de synthétiseur à la fois grandiloquentes et spectrales ainsi que ces lignes de guitares aristocratiques, mélancoliques mais allant à l'essentiel sans faire dans l’excès (cf. le morceau titre). Pourtant ce dernier va plus loin dans cette volonté d'assujettissement et de violence austère. D'ailleurs rares sont les sorties à m'avoir autant déstabilisée et poussée dans mes derniers retranchements que celle-ci, se plaçant de ce fait comme la pièce maîtresse du groupe et chef-d’œuvre à part entière. Se rapprochant plus d'un Embrace The Emptiness par son âpreté, tout est accentué ici : atmosphères lugubres et angoissantes (avec notamment la courte introduction ou encore le début de « Accursed Premonition »), production brute et décharnée ou encore le côté death plus prédominant. Le temps semble s'être figé dans l'univers terne et déshumanisé de Evoken et le batteur vient éteindre vos dernières lueurs d'espoir lors de poussées de violence. Des frappes cliniques et vicieuses qui vous assomment dès le morceau « In Solitary Ruin », offrant un contraste étonnant avec les mélodies plombantes et entêtantes sortant du chaos. Une singularité qui fait la beauté et la force de Antithesis Of Light.

Pénétrer dans ce disque revient à pénétrer dans un mausolée. Un mausolée où l'architecture nous écrase de sa grandeur, pensé de ses fondations, solides malgré un enchevêtrement dont seul son créateur connaît les règles géométriques qu'elles appliquent, son sol, lisse, carré, et en même temps troublant au point qu'il paraît nous inviter, narquois, à un repos sans fin, à ses hauteurs, nous privant du ciel pour nous contempler de toute leur puissance. Un bâtiment qui, à chaque instant, à chaque mur, lacet, colonne, autel, décoration, montre qu'il existait avant nous, qu'il nous survivra, que notre existence faite de chairs, d'efforts, de rêves, d'émotions, n'est qu'une blague maintes fois répétées à ses oreilles ennuyées, mais dont il garde toujours pour lui la chute. Une œuvre morte, qui respire pourtant, d'un souffle lent, sentencieux, noble, un vent glacial nous caressant les os, nous élevant à quelques centimètres de ses dalles et nous dictant sa démarche. Un lieu statique, qui bouge pourtant, se meut dans une autre dimension que la nôtre, où l'oubli, l'ennui et l'éternel font Loi. Avec un écoulement liquide où le goutte-à-goutte se fait à rebours, Antithesis of Light s'agrandit au fur et à mesure qu'il nous réduit, dans une étrange initiation de laquelle on ressort éteint et amoureux morbide, nouvel apôtre du fatidique aussi bien que transi prenant son bonheur dans l'abdication.

Si les influences étaient encore palpables sur les autres réalisations, Evoken prend davantage la tangente ici avec un album à la fois très personnel et intemporel. Une musique faite pour marquer durablement les esprits, vous aveuglant de sa lumière tant froide que crue et dont l'intensité n'a pas cessé de faiblir avec les années. Un petit plaisir masochiste que l'on ressort souvent, toujours avec cette même frénésie et ce sourire béat sur les lèvres.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
27/04/2017 19:52
c'est plutôt des bibliothèques au fin fond du temps, si je puis me permettre. ("dans l’abîme du temps")
AxGxB citer
AxGxB
27/04/2017 10:19
note: 9/10
Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir... Chape de plomb.
Raziel citer
Raziel
26/04/2017 14:10
Un Grand parmi les Grands. Moins accessible pour ma part que Atra Mors. Plus rampant aussi. Plus souterrain.
gulo gulo citer
gulo gulo
26/04/2017 07:59
note: 9/10
L'illustration du mot "cyclopéen", et de ces bibliothèques au fin fond de l'espace, dans je ne sais plus quelle histoire lovecraftienne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evoken
Funeral Doom / Death Metal
2005 - Avantgarde Music
2011 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (13)  8.26/10

plus d'infos sur
Evoken
Evoken
Funeral Doom/Death - 1994 - Etats-Unis
  

formats
  • CD / 2005 - Avantgarde Music
  • CD / 2011 - Peaceville Records

tracklist
01.   Intro
02.   In Solitary Ruin
03.   Accursed Premonition
04.   The Mournful Refusal
05.   Pavor Nocturnus
06.   Antithesis of Light
07.   The Last of Vitality
08.   Coveting Elysium (2002 Promo)*

*Bonus de la réédition de 2011

Durée : 79 minutes 53 secondes

line up
parution
21 Mars 2005

voir aussi
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Light Rotting Out

2011 - Aesthetic Death
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  
Tyranny
Tyranny
Aeons in Tectonic Interment

2015 - Dark Descent Records
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique