chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Benighted - Necrobreed

Chronique

Benighted Necrobreed
La montée en puissance de Benighted au fil des années est éblouissante : du petit combo que j’avais vu par hasard à l’époque d’ « Insane Cephalic Production » (2004) au Clos Fleuri (un bar PMU dans le 3e arrondissement de Lyon, fermé depuis) au groupe devenu référentiel et qui aligne autant de dates en un an qu’un ado des boutons lors d’une poussée d’acné, Benighted n’a plus vraiment besoin d’être introduit, et c’est mérité. De multiples changements de line up advenu ces derniers mois auraient pu fragiliser l’existence du groupe, notamment le départ d’Olivier et de Kevin, mais finalement Emmanuel Dalle (qui a composé une grosse partie de ce « Necrobreed », comme quoi il s’est vite senti à l’aise !) et Romain Goulon (qu’il me semble inutile de présenter) ont pris rapidement leurs marques et intégré un line up qu’on dirait plus solide que jamais. Ce qui nous amène à poser aujourd’hui un avis, un peu après tout le monde, histoire de se sentir « différent » (ou « à la bourre », c’est selon) sur le 8e album des Stéphanois, « Necrobreed ».

Comme j’arrive après la guerre, vous l’avez tous déjà écouté, réécouté, et sans doute mis de côté pour y revenir dans quelques temps ; pour ma part j’ai fait exactement pareil, beaucoup d’écoutes à sa sortie puis une période d’accalmie avant de le refaire tourner, pour voir comment il mûrissait après quelques semaines. Le sentiment général reste bon et positif, et je ne prends pas un gros risque en affirmant qu’il agrémente plutôt bien une disco déjà bien classe. La disparition flagrante des mosh parts et la hausse improbable d’une brutalité déjà bien marquée ont eu leurs partisans et détracteurs ; je suis encore partagé pour ma part, si j’ai adoré le côté très frontal omniprésent (« Reptilian » ou la très grind « Necrobreed » en tête), des titres plus ‘midtempos’ (on se comprend) auraient gagné à avoir un peu plus de groove comme par le passé, à l’image de ce « Monsters Make Monsters » qui expédie son refrain en quelques secondes… Quelques secondes d’accalmie ici et là pour casser des cervicales auraient pu bonifier certains morceaux et leur donner un côté plus mémorable, selon moi. « Cum With Disgust » et « Versipellis » sortent du lot sur ce sujet, bien que restant dans la fulgurance de BPM, grâce à leurs refrains « sing along ».

A contrario, comment ne pas adorer un album qui va toujours plus vite, ce qui était flagrant lors de la date au Fil de Saint Etienne pour la release party : on se disait, révélation faite « mais … ça se remet toujours à blaster !! » et c’est vrai, écoutez « Psychosilencer », le titre démarre sur une fausse mosh part et BAM ça part en blast, rien ne les y obligeait mais putain ça dépote ; et ça ne s’arrête jamais vraiment. Idem pour moultes passages où le père Goulon accélère sévèrement le tempo, alors que d’autres patterns étaient envisageables, mais non faut que ça blastouille (et moi, j’aime bien je l’avoue). C’est un peu comme si la vitesse de croisière de l’album était bloquée sur « ultra rapide », et que de temps en temps on revenait à « juste très rapide » par erreur, avant de repartir de plus belle. C’est sacrément étourdissant parfois, mais ça passe bien, et je trouve ce « Necrobreed » très digeste malgré sa brutalité exacerbée.

Comme lu en interview, une grosse partie a été composée par Emmanuel Dalle. L’art de la composition du titre parfait ne comporte pas vraiment encore de secret pour le guitariste, qui aligne parfois juste avec un peu trop de souci des convenances les riffs : j’aurais aimé ici et là un peu plus de folie et surtout de spontanéité, là où certaines parties sonnent très pro et parfois trop. Ne me faites pas mentir, ce mec reste un excellent compositeur mais justement peut être trop axé sur ce volet « le morceau rentre dans le moule de ce qu’on cherche à faire », et pas assez parfois sur le délire « on shoote un riff en répet et on voit si ça colle avec le reste, tiens balance un tempo funk pour rigoler, on va garder cette mosh part elle envoie aussi » ; ce qu’un album comme « Icon » arrivait plutôt bien à faire. Il est possible aussi qu’avec la stature actuelle de Benighted il était devenu nécessaire de monter le niveau de composition…

Je ne m’attarderais pas sur les guests qui n’apportent pas grand-chose à mon sens, « c’est des potes et on les fait apparaitre sur l’album » et ça le fait très bien sans donner une dimension extraordinairement enrichie aux titres (notamment « Forgive Me Father », à mon sens le titre le plus faible de l’album malgré l’apparition de Trevor de The Black Dhalia Murder) : Julien a bien assez de coffre pour se suffire à lui-même ! Oserais-je une phrase pour souligner une énième fois la qualité vocale monstrueuse de ce solide gaillard, qui nous fait passer par toutes les variantes de chant brutal possible sans sourciller ni suffoquer ? Oui, j’oserai. La grande classe, comme d’hab.

Et attardons aussi un peu sur la partie « ambiance », vous avez lu ici et là que le concept des paroles amené par Julien était cette fois basé sur un charmant bonhomme s’habillant de peaux d’animaux morts pour se sentir en sécurité (je le fais régulièrement avec des peaux d’anciens chroniqueurs de Thrasho, je n’ai jamais eu froid cet hiver, on a des stocks remplis à bloc !) ; au-delà des lyrics qui sont cohérentes (OUI j’ai écouté l’album avec le livret des paroles dans les mains) dans la montée en puissance de l’histoire, c’est surtout que l’aspect glauque / poisseux voulu par le thème se dégage assez ostensiblement de l’album, donc c’est une réussite et pas juste un gimmick pour donner un thème à l’album.

En bout de course, et en fin de chronique, il est légitime d’ajouter dignement ce « Necrobreed » à sa collec’ de skeuds de Benighted, ce qui est surement déjà fait par chez vous. Prod impeccable, album sérieux, groupe au capital sympathie de fou, si j’ai exprimé quelques bémols ici et là c’est uniquement afin que le chèque que le groupe me signera après cette chronique reste une démarche de corruption masquée par un vernis solide de professionnalisme journalistique. Et puis mon avis on s’en cogne, vous avez tous déjà slammé / pogotté sur la plupart de ces titres récemment vu comme les Stéphanois écument les scènes de France et de Navarre (quel veinard ce Navarre, tous les groupes passent jouer chez lui). A vous les studios.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Ainur citer
Ainur
28/04/2017 23:41
Même si la majorité des morceaux défoncent, avec quand même une faute de goût que ce morceau «forgive me father», j'ai vraiment du mal à me l'enfiler en entier.

Pourtant il n'est pas très long et le son est excellent, mais je me fais quand même vite chier. Je saurais pas vraiment dire pourquoi mais c'est comme ci tout était assez prévisible.

Ça passe mieux en live car les morceaux s'enchaînent mieux avec les anciens je trouve... ça reste un bon album tout de même.
Niktareum citer
Niktareum
27/04/2017 19:55
note: 7/10
Assez déçu aux premières écoutes par ce nouveau bébé. Je te rejoins sur le côté ultra brutal de la bête et ce n'est - évidemment - pas cela qui m'embête mais plutôt 1) l'absence de groove dans cet album, un aspect pour moi indispensable chez Benighted et qui fait que je préférerai toujours "I.C.P." ou "Identisick" à tout ce qu'ils ont pu sortir d'autre. Et là ça manque franchement ! 2) le fait qu'après plusieurs écoutes je n'ai au final réellement rien retenu de l'album, y'a pas vraiment de passages qui m'ont fait tiquer, relever le menton et me dire "putain mais ça qu'est-ce que c'est bon !!". Limite si j'ai pas décroché à certains moments...

D'ailleurs je ne l'ai pas (encore) acheté, c'est bien un (mauvais) signe. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un mauvais album mais probablement celui vers lequel je reviendrai le moins. Après je lui redonnerai sa chance dans qqs temps, histoire de voir quand même, on a parfois des surprises, j'espère qu'elle sera bonne !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Benighted
Brutal Death
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.6/10
Webzines : (22)  8.3/10

plus d'infos sur
Benighted
Benighted
Brutal Death - 1998 - France
  

vidéos
Versipellis
Versipellis
Benighted

Extrait de "Necrobreed"
  
Forgive Me Father
Forgive Me Father
Benighted

Extrait de "Necrobreed"
  
Cum with Disgust
Cum with Disgust
Benighted

Extrait de "Necrobreed"
  
Reptilian
Reptilian
Benighted

Extrait de "Necrobreed"
  

tracklist
01.   Hush Little Baby
02.   Reptilian
03.   Psychosilencer
04.   Forgive Me Father
05.   Leatherface
06.   Der Doppelgaenger
07.   Necrobreed
08.   Monsters Make Monsters
09.   Cum with Disgust
10.   Versipellis
11.   Reeks of Darkened Zoopsia
12.   Mass Grave

line up
parution
17 Février 2017

voir aussi
Benighted
Benighted
Carnivore Sublime

2014 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Brutalive the Sick (Live)

2015 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Identisick

2006 - Adipocere Records
  
Benighted
Benighted
Icon

2007 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Desecravity
Desecravity
Implicit Obedience

2012 - Willowtip Records
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Passages Into Deformity

2013 - Willowtip Records
  
Prostitute Disfigurement
Prostitute Disfigurement
Descendants Of Depravity

2008 - Neurotic Records
  
Emeth
Emeth
Reticulated

2006 - Brutal Bands
  
Arsebreed
Arsebreed
Munching The Rotten

2005 - Neurotic Records
  

Lutomysl
Firmament (EP)
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique