chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Immolation - Atonement

Chronique

Immolation Atonement
Trente ans de carrière, dix albums et un parcours exemplaire pour l’un des groupes de Death Metal les plus respectés de la planète. Malgré les années qui passent, Immolation n’a en effet jamais retourné sa veste, préférant faire passer au second plan toute idée d’évolution trop marquée. Un choix salutaire puisque les New-Yorkais sont encore aujourd’hui très largement plébiscités, en atteste les retours extrêmement positifs qui entourent ce nouvel album paru en février dernier sur Nuclear Blast.
Intitulé Atonement, ce disque surprend dans un premier temps par son artwork très coloré signé une fois de plus des mains de Pär Olofsson (Majesty And Decay, Providence et Kingdom Of Conspiracy) et surtout par le retour de l’ancien logo que l’on avait pas revu sur une pochette d’Immolation depuis plus de vingt ans et la sortie de Here In After en 1996. Un détail que beaucoup auront déjà très vite remarqué. Ce nouvel album marque également le remplacement du guitariste Bill Taylor par le grand frisé Alex Bouks (Ruinous, ex-Incantation, ex-Funebrarum, ex- Goreaphobia...). Pas de quoi susciter d’inquiétudes d’autant que le duo fondateur (Robert Vigna et Ross Dolan) n’a évidemment pas bougé.

Nous avions laissé Immolation après un Kingdom Of Conspiracy particulièrement véhément mais aussi quelque peu décrié par certains à cause d’une production jugée "dans les choux". Pour ce dixième album, les New-Yorkais n’ont pourtant pas souhaité faire appel à qui que ce soit d’autre que Paul Orofino et Zack Ohren qui les suivent respectivement depuis 1999 et 2010. Ceci étant dit, la copie a été quelque peu revue comme pour mieux limiter les grincements de dents parmi ses auditeurs les plus tatillons. Moins sec et offrant davantage de rondeurs (notamment en ce qui concerne le son de batterie de Steve Shalaty), le travail de Paul Orofino et Zack Ohren est effectivement ici mieux équilibré (en dépit d’un côté légèrement trop synthétique inhérent à ce type de grosses sorties sur un label du type Nuclear Blast) apportant ainsi au Death Metal d’Immolation cette stature imposante qui lui convient si bien. Cette production devrait donc faire davantage écho aux amateurs d’Immolation là où celle de Kingdom Of Conspiracy en avait malheureusement laissé quelques-uns sur le bord de la route.

Du reste, ce sont là (l’artwork, le logo, l’intronisation d’Alex Bouks et la production) les seuls véritables nouveautés puisque pour le reste, la formule développée par Robert Vigna et Ross Dolan depuis maintenant près de trente ans semble absolument immuable. Certes, Immolation n’a pas été sans s’adapter aux époques qu’il a traversé mais sa rigueur et son dévouement sans faille continuent encore aujourd’hui (surtout aujourd’hui) à forcer le respect. Si Atonement ne propose donc rien qu’Immolation n’ait jamais fait auparavant, l’album n’en demeure pas moins un excellent cru principalement parce qu’il se présente comme la synthèse parfaite de ce groupe tantôt lourd et rampant, tantôt nerveux et direct. Les variations de rythmes sont donc nombreuses tout au long de ces quarante-quatre minutes (quarante-huit pour la version digipack qui comprend une version réenregistrée du titre « Immolation ») créant ainsi une véritable dynamique d’ensemble. Naviguant alors entre séquences mid-tempo écrasantes et moments beaucoup plus intenses, les Américains suscitent constamment l’intérêt sans jamais lasser.
Et d’ailleurs comment réussir à lasser avec un tel riffing ? Je me le demande encore... Riche, tortueux, dissonant, complexe, atypique, dynamique et vicieux sont autant de qualificatifs pouvant s’appliquer au jeu si particulier de Robert Vigna. Celui qui dès la sortie de Dawn Of Possession a donné son identité au Death Metal d’Immolation continue trente ans plus tard à se montrer particulièrement inspiré. De ces nombreuses petites notes dissonantes aussi vives et soudaines que malfaisantes à ces constructions alambiquées aux riffs sournois et torturés (les débuts de "The Distorting Light", "When The Jackals Come" à 0:53, "Fostering The Divide" et ses mid-tempos chaloupés, "Destructive Currents" à 1:03, etc) en passant par ces leads et autres solos menaçants et terriblement mélodiques ("The Distorting Light" à 0:52, 2:15 et 2:41, l’introduction de "When The Jackals Come" puis à 1:21 et 2:34, "Fostering The Divide" à 2:11, "Rise The Heretics" à 1:43, "Destructive Currents" à 2:01...), Atonement n’a rien d’un album composé à la va-vite. Difficile par contre d’évoquer ici l’influence d’Alex Bouks puisque ce dernier n’a rejoint les rangs de la formation que l’année dernière, un peu avant l’enregistrement de ce nouvel album. Une chose est sûre et certaine, son arrivée n’a pu être que bénéfique.
Enfin, pour parfaire cette atmosphère de fin du monde, on peut également toujours compter sur la voix grave et autoritaire de Ross Dolan qui, en dépit des années qui passent, conserve un coffre des plus impressionnants. De la même manière que le riffing de Vigna n’appartient qu’à lui, le chant de Dolan se distingue par un phrasé assez particulier qui lui donne une stature de leader implacable et terriblement menaçant.

Atonement ou le retour en grande pompe d’un groupe qui pourtant n’a jamais véritablement déçu en dehors de ces questions de productions. Pour le coup, celle-ci est donc plutôt soignée et ne devrait pas véritablement poser de problème. De fait, elle met en avant (sans que cela soit une surprise) toute la richesse et la personnalité d’un Immolation qui n’a que peu évolué durant ces trente longues années. Alors effectivement, l’artwork de Pär Olofsson fait encore un peu plastique (même s’il est à mon sens bien plus convaincant que ses derniers travaux pour le groupe) et certes la production est encore perfectible (un côté un poil « trop » moderne qui parfois me démange) mais trouvez-moi des groupes qui après avoir débuté leur carrière en 1988 sont à ce jour aussi pertinents et surtout à la hauteur d’une scène revigorée par l’émergence de dizaines de nouvelles formations chaque jour ? Il y en a peu, je vous le dis. On peut donc avancer sans trop se tromper qu’Immolation a encore de beaux jours devant lui. Tant mieux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
17/05/2017 14:02
note: 8.5/10
Plus je l'écoute et plus je l'aime. Un putain de groove death metal au milieu de cette patte caractéristique (et quand les deux se mélangent, c'est dansant comme du 16), une ambiance épique et carnassière... Ce disque, c'est faire du skateboard dans le Warp, la peau qui se déchire et le sourire aux lèvres. Dommage pour la pochette, quand même.
dantefever citer
dantefever
03/05/2017 22:04
Je suis plus fan d'Incantation que d'Immolation, mais je vais me pencher dessus tiens
MoM citer
MoM
03/05/2017 21:01
J'ai franchement du mal avec les productions Death metal sous le label Nuclear Blast (enfin, j'ai du mal avec Nuclear Blast en général, hein).
Parce que même s'il est question de riffing efficace, je trouve que ça reste paresseux, la faute à une ligne éditoriale restrictive. C'est pas mauvais, mais ça reste sur des acquis largement entendus. Et j'aime quand ce type de Death metal frontal contient une touche plus percutante (Vermingod l'année dernière m'avait mis la dose de ce côté-là).

Donc, ouais, c'est du solide, mais j'ai pas trouvé ça oufissime ni accrocheur. Un fast-food metal : pas honteux, ça fait passer un bon moment, mais oubliable jusqu'au prochain casse-dalle en la matière.
Ander citer
Ander
03/05/2017 18:44
note: 7/10
Pas sûr qu'Alex ai joué quoi que ce soit sur cet album, de même sur les futurs réalisations du groupe si il reste dans le groupe, puisque d'après ce que je lu, c'est Rob Vigna qui joue toutes les parties du grattes en studio. Clin d'oeil A confirmer ou à infirmer si vous avez plus d'infos!

Encore un bon album sinon, même si je commence un peu à me lasser du combo Zack Ohren/Pär Olofson, un peu de nouveauté, même si cet album ralenti un peu la cadence, ne ferait pas de mal pour relancer la machine, Majesty And Decay reste supérieur dans les dernières sorties du combo.
gulo gulo citer
gulo gulo
03/05/2017 17:42
Ils chaussent du combien, du coup ? Clin d'oeil
fayfay citer
fayfay
03/05/2017 17:05
D'accord avec tout.

ça riffe grave de chez grave, et une prod un peu moins horriblement moderne c'est toujours ça de pris.

Sacré disque.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8/10
Webzines : (31)  8.17/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Distorting Light  (03:14)
02.   When The Jackals Come  (03:54)
03.   Fostering The Divide  (03:27)
04.   Rise The Heretics  (03:41)
05.   Thrown To The Fire  (04:04)
06.   Destructive Currents  (04:26)
07.   Lower  (04:01)
08.   Atonement  (04:32)
09.   Above All  (04:55)
10.   The Power Of Gods  (03:58)
11.   Epiphany  (04:22)
12.   Immolation (Digipack Bonus Track)  (04:13)

Durée : 48:47

line up
parution
24 Février 2017

voir aussi
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Here In After

1996 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Dies Irae
Dies Irae
Immolated

2001 - Metal Blade Records
  
Vasaeleth
Vasaeleth
All Uproarious Darkness (EP)

2013 - Profound Lore Records
  
Gorguts
Gorguts
Considered Dead

1991 - Roadracer Records
  
Sanguis Imperem
Sanguis Imperem
The Stagnation Of Centuries (MCD)

2008 - Autoproduction
  
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  

Album de l'année
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique