chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - The Eternal Idol

Chronique

Black Sabbath The Eternal Idol
Lorsqu’on parcourt la discographie de BLACK SABBATH, il est bien rare qu’on accorde beaucoup d’attention à The Eternal Idol, sinon pour se gausser de son artwork prétentieux réinterprétant un bronze de Rodin. Le treizième album studio de BLACK SABBATH marque le début de la période la plus sombre du gang et s’il contient quelques perles, dont la chanson titre “Eternal Idol” est à n’en pas douter la plus remarquable, il est plombé par une production très datée et les claviers envahissants de Geoff Nichols. Mais ce qui tire ce disque moins mauvais qu’on pourrait le penser vers les abysses du Metal, c’est surtout que son géniteur Tony Iommi n’assume pas la période de sa carrière où il a partagé la scène avec Tony Martin. Le chanteur britannique arrivé sur The Eternal Idol a beau être le vocaliste le plus assidu du Sabbat Noir après Ozzy Osbourne, il n’a ni les épaules, ni la personnalité, ni le caractère pour endosser le costume, et ses évidentes qualités vocales n’ont pas suffi à le faire adouber par les fans.

Après l’éviction de Ozzy Osbourne en 1980, BLACK SABBATH a connu un regain de popularité en recrutant Ronnie James Dio. L'américain a apporté aux compos du Sab la touche de grandiloquence et de noirceur qu’attendait le public et que le précédent line-up semblait incapable de produire. Dio accompagne Tony Iommi et Geezer Buttler sur deux albums phare, Heaven and Hell et Mob Rules avant de claquer la porte pendant le mixage de l’album Live Evil pour des raisons qui n’ont jamais été vraiment éclaircies mais où l’égo et la coke ont probablement beaucoup à voir. Le gang recrute ensuite Ian Guillian pour un unique album, Born Again dont le succès public ne suffit pas à retenir le londonien qui choisit de participer à la nouvelle itération de DEEP PURPLE. Lassé par ce turnover, Tony Iommi décide de faire une pause le temps d’un album solo avec son ami Glenn Hugues au chant. Ni le management, ni le label n’achètent le projet solo et, craignant un énorme bide, ils parviennent à convaincre l’homme en noir de faire de ce nouvel effort le douzième album de BLACK SABBATH. Qui dit album, dit tournée, hélas Glenn Hugues s’avère un piètre frontman (de mauvaises langues diront également que la voix du Rock, complexée par un embonpoint passager, ne tenait pas tant que ça à se montrer sur scène). Anticipant une défection de son chanteur, Tony Iommi recrute un illustre inconnu, Ray Gillen, pour assurer le chant. Cette bonne idée se révèle être un vrai désastre, le public goûtant moyennement au remplacement d’un chanteur célèbre par un inconnu total. A la fin de la tournée, Tony Iommi est frustré, ruiné et aigri. Il embarque ses musiciens à Montserrat, comptant sur le bon air des caraïbes pour inspirer son petit monde et accoucher d’un grand album. Hélas, la série noire continue, les musiciens se désolidarisent un à un du projet dont l’enregistrement traîne pendant plus d’un an. Pour finir, Ray Gillen jette l’éponge après avoir enregistré les pistes vocales, laissant le projet sans voix. Pour éviter de sortir un nouveau disque enregistré par un chanteur qui ne sera pas celui de la tournée, Tony Iommi recrute son compatriote et homonyme, Tony Martin, à l’époque frontman du groupe ALLIANCE. En deux semaines, Tony Martin s’approprie les chansons et réenregistre les voix. L’album est finalisé à l’arrache et sort en novembre 1987.

En 1987, GUN’S N ROSES sort Appetite For Destruction, Scum de NAPALM DEATH passe à la radio, le Thrash a le vent en poupe, le Death Metal commence à pointer son nez, BATHORY publie Under The Sign Of The Black Mark, Kurt Cobain et Krist Novoselic fondent NIRVANA, SOUNDGARDEN sort son premier EP. C’est une époque de transition entre une scène Metal à paillette à bout de souffle et des courants plus ou moins underground pour le moment qui annoncent les grandes mutations des années 90. Dans un tel contexte, un album de Heavy Metal Mélodique à claviers emmené par un illustre inconnu, ce n’est pas exactement ce que le public a envie d’entendre. The Eternal Idol est un échec commercial retentissant. L'album a été cordialement méprisé par les critiques tandis que les avis rétrospectifs s'accordent à qualifier le disque d'honnête mais sans plus.

Le temps faisant son oeuvre, écouter The Eternal Idol aujourd’hui sans être influencé par le contexte permet d’en faire ressortir les bons côtés. The Eternal Idol renoue avec beaucoup de chose que BLACK SABBATH semblait avoir abandonné. Ce climat délétère et suffocant, d'une infinie lourdeur, comme une robe coulée dans le plomb. Ces riffs denses et néfastes, ces ambiances sombres et glauques, il y a de tout cela dans l'album et tout particulièrement dans "Eternal Idol", le morceau le plus Heavy que BLACK SABBATH ait enregistré depuis longtemps. La chanson est portée par la voix habitée de Tony Martin, dont la densité et l'interprétation théâtrale égalent presque Ronnie James Dio. En mêlant la noirceur des années soixante-dix avec le lyrisme puissant des années Dio, The Eternal Idol est une synthèse de ce que BLACK SABBATH a produit de meilleur jusqu'alors. C'est aussi un retour aux sources, comme si, après des années de recherche d'une rupture, le groupe reconnaissait son histoire et accepte de s'en servir pour élaborer de nouvelles structures narratives, même si les lyrics parfois caricaturaux n'arrivent jamais à la cheville de ceux écrits par Geezer Butler.

Cohérent, sincère et droit dans ses bottes, le moins méconnu des albums de la période Tony Martin mérite plus que du mépris ou de l'indifférence. Ce disque est aussi la preuve de l'incroyable ténacité de Tony Iommi qui défend son projet contre vents et marées. "During the recording, everything had fallen apart, everybody just left. But I couldn't leave. I had to hold the fort and put it all together again." (Tony Iommi, 2012).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
10/05/2017 07:42
note: 6.5/10
Ainur a écrit : Super chronique, on en apprend des choses Sourire

Merci, content que ça te plaise Clin d'oeil
Ainur citer
Ainur
10/05/2017 07:19
Super chronique, on en apprend des choses Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal Mélodique
1987 - Warner Bros. / Vertigo
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (7)  6.5/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
The Shining
The Shining
Black Sabbath

Extrait de "The Eternal Idol"
  

tracklist
01.   The Shining
02.   Ancient Warrior
03.   Hard Life To Love
04.   Glory Ride
05.   Born To Lose
06.   Nightmare
07.   Scarlet Pimpernel
08.   Lost Forever
09.   Eternal Idol

Durée : 42:42

line up
voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Paranoid

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S Records
  

Essayez plutôt
Scar Symmetry
Scar Symmetry
Symmetric in Design

2005 - Metal Blade
  
In Flames
In Flames
Trigger (EP)

2003 - Nuclear Blast
  
Torchbearer
Torchbearer
Warnaments

2006 - Regain Records
  
Scar Symmetry
Scar Symmetry
Pitch / Black / Progress

2006 - Century Media
  
In Arkadia
In Arkadia
Release The Shadow

2006 - Autoproduction
  

River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique