chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Drug Honkey - Cloak of Skies

Chronique

Drug Honkey Cloak of Skies
Déliquescence. J'aime ce mot. Rien qu'à le susurrer, je me sens fondre. Dé-li-que-scen-ce : il me fait penser à « délice », « liquide », « sens », « essence », au plaisir qu'il y a à se laisser aller, mentalement, à sentir son esprit se déliter, son humeur devenir une flaque, progressivement, comme une caresse qui enlève le corps. Dé-li-que-scen-ce : un mantra dans lequel s'oublier, où l'horreur de se voir devenir une mare laisse place au confort du néant et de ses milles sentiments entremêlés.

Déliquescence. J'aime ce mot. Il va bien à Cloak of Skies, cet album où Drug Honkey, après nous avoir martelé (Death Dub) et fait suer toutes nos eaux (la fournaise Ghost in the Fire), nous fait devenir une nappe aqueuse, jaune comme l'or, comme notre peau. Les Ricains, bien que marqués par des groupes tels que Godflesh ou Disembowelment, n'ont jamais sorti deux fois le même album, prenant comme seul parti un parcours marqué par un esthétisme de plus en plus poussé. Une chose qui explose à notre visage d'entrée, tant la bande laisse ici transpirer les mélodies, avec un « The Oblivion of an Opiate Nod » comme point d'orgue où une guitare esseulée égrène ses notes. Une ambiance de recueillement jusqu'alors inconnue de sa part, montrant que ce nouveau longue-durée, ambitieux, ne souhaite pas conquérir uniquement à coups de béliers entre musique industrielle et doom / death.

Mais, à la façon d'un Ævangelist, Drug Honkey n'abandonne jamais ce qui le définit : cette manière de baigner dans la terreur avec bonheur, comme une entité inhumaine trouvant de la douceur dans les châtiments. Au premier abord assez transparent, Cloak of Skies se révèle rapidement tuant sur bien des moments, les mélodies laissant voir leur beauté vénéneuse derrière un traitement des plus sales, fait de couches de bruits, voix silhouettant des échos plaintifs, production volontairement brouillonne, brumeuse, presque atmosphérique. « Sickening Wasteoid » ou encore le morceau-titre (sur lequel interviennent Bruce Lamont – Yakuza, Bloodiest ou encore Correction House – et son saxophone éthéré) sont de bons exemples de cette morbidité subtile, où la richesse des arrangements devient le symbole d'un fruit trop mûr au bord de la putréfaction. Transformé, Drug Honkey prend le rôle de maître des transformations, passant de la démonstration de force (« Outlet of Hatred », composition semblant sortir de ce que les nineties ont fait de plus métallique et transgenre) à la décomposition toxique, le décor devenant un maelstrom de délectations et tortures mélangées faisant fondre le cerveau.

Déliquescence. J'aime ce mot. « Je l'aime parce qu'il est quelque chose de plus mystérieusement attirant que la beauté : la divine pourriture. La pourriture en qui réside la chaleur éternelle de vie, en qui s'élabora l'éternel renouvellement des métamorphoses » comme disait Octave Mirbeau dans son roman Le Jardin des supplices. Une citation qui va merveilleusement à Cloak of Skies, à sa pochette signée Paolo Girardi, à son minimalisme fiévreux, à ses répétitions langoureuses, à sa corrosion séduisante, à sa lourdeur physique nous enlaçant comme une couette avant de, toujours dans une impression de délicatesse malgré une violence apparente, nous dépecer et nous dissoudre. Pourtant, dans ce monde de perfection corrompue, tout n'est pas parfait : certes époustouflante en elle-même, la version de « Pool of Failure » mixée par Justin Broadrick tranche avec le reste, donnant un corps ferme à des notes qui n'en finissaient plus de couler dans sa version d'origine. Un changement de ton qui casse l'engourdissement dans lequel Drug Honkey nous mettait auparavant.

Un détail mais, dans une œuvre qui fait autant sienne une certaine alchimie, qui a son importance. Drug Honkey se révèle très doué et un peu maladroit sur Cloak of Skies, à la fois à la hauteur de son envie de sublimer son style – toujours sans exact équivalent – et parfois trop timoré. Aussi facile d'approche qu'exigeant pour qui voudra percer et apprécier ses mystères, cet album n'en reste pas moins un succès, de la part d'une formation décidément trop méconnue. Et décidément trop rare.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
06/01/2018 14:19
note: 8.5/10
Ikea a écrit : Il passe pas loin du bilan, lui.

Pas loin, en effet, après m'avoir un brin fait peur - sur le mode ronronnant - peu après l'avoir chroniqué ; mais comme un paquet de sorties de cette année, qui auront été "seulement" superbien.
Ikea citer
Ikea
06/01/2018 13:51
note: 8/10
Il passe pas loin du bilan, lui.
Ikea citer
Ikea
02/05/2017 18:22
note: 8/10
Oui le 5 mai, en effet ! Merci pour la correction Clin d'oeil
BBB citer
BBB
02/05/2017 17:34
note: 8/10
Tu veux dire le 5 mai bien sûr. Et effectivement l'album physique a déjà été réceptionné il y a une dizaine de jours pour ceux qui l'avaient précommandé.
Ikea citer
Ikea
30/04/2017 13:26
note: 8/10
Malgré une sortie prévue le 5 mars, l'album est déjà disponible ! Pour le commander, direction Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drug Honkey
Industrial atmospheric Doom / Death Metal
2017 - Transcending Obscurity
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (6)  7.4/10

plus d'infos sur
Drug Honkey
Drug Honkey
Industrial atmospheric Doom / Death Metal - 1999 - Etats-Unis
  

vidéos
Pool of Failure
Pool of Failure
Drug Honkey

Extrait de "Cloak of Skies"
  

tracklist
01.   Pool of Failure
02.   Sickening Wasteoid
03.   Outlet of Hatred
04.   (It's Not) The Way
05.   The Oblivion of an Opiate Nod
06.   Cloak of Skies
07.   Pool of Failure (JKB Remix)

Durée : 50 minutes

line up
parution
5 Mai 2017

voir aussi
Drug Honkey
Drug Honkey
Ghost In The Fire

2012 - Diabolical Conquest Records
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique