chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ultra Vomit - Panzer Surprise!

Chronique

Ultra Vomit Panzer Surprise!
Fleuron de la musique française, Ultra Vomit revient avec un troisième album pour ravir nos oreilles de leurs trouvailles littéraires révolutionnaires et de leurs mélodies pas piquées des hannetons.

La première piste ravive nos plus doux souvenirs d'enfance en reprenant avec brio le thème des Looney Tunes, suivie de 'Kamthaar', bel hommage à Rammstein qui fleure bon le rigorisme allemand. Les titres s'enchaînent, tubesques ('Un Chien Géant'), jazzy ('Pink Pantera'), lyriques ('Le Train Fantôme'), et même plus informatifs qu'un documentaire Arte ('Takoyaki'). Même les plus grands classiques de la chanson française n'ont pas été oubliés, entre 'Calojira', 'La Ch'nille' ou 'La bouillie', cette dernière étant si emblématique qu'elle est reprise quatre fois tout au long de votre écoute, caressant vos oreilles esbaudies.

La lecture des titres du disque en soi constitue déjà un background poétique plus que convaincant, de 'Pipi VS Caca' à 'Super Sexe', en passant par 'E-TRON (digital caca)'. Baudelaire et Rousseau pointent le bout de leur nez côte à côte, semblant traverser les âges pour toucher de leur grâce les compositeurs de génie qui répondent aux élégants pseudonymes de Manar, Flokos et Foetus, accompagnés de Matthieu Bausson à la basse.

En clair, soyez prévenus : Ultra Vomit est plus débile que jamais, mais joue également mieux que jamais. Les parodies de groupes sont plus que réussies, le talent d'imitateur de Foetus n'étant plus à prouver, les paroles et jeux de mots vous feront perdre des neurones par centaines dans la joie... Le tout servi mine de rien par de très bons riffs et une production massive, qui ne servent aux nantais qu'à débiter leurs conneries encore plus efficacement. On se prend à rire aux éclats tout en secouant la tête en rythme, déstabilisant spectacle d'ailleurs.

A voir en concert, car c'est là que se déploie pleinement l'humour subtil et intellectuel de nos quatre joyeux drilles. Et longue vie au évier-métal !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
15/05/2017 17:37
Goodnacht a écrit : Rendez-nous Gronibard bordel ! Ca c'était vraiment quelque chose...
C'est là qu'on voit le nivellement par le bas de notre société actuelle.

A l'époque penser que quelqu'un irait dire "Gronibard ça c'était vraiment quelque chose" aurait bien fait rire tout le monde.
FullSail citer
FullSail
15/05/2017 15:57
note: 8.5/10
Mera a écrit : Sinon, je crois qu'ils passent vaguement près de chez moi dans une ptite salle en septembre, vous recommandez c'est ça ?

Chaudement oui, c'est encore plus drôle en concert.
Mera citer
Mera
15/05/2017 12:32
Messi, Messi qui déborde, Messi toujours... Mr Green
Putain mais des fois, j'me demande où ils vont chercher tout ça...

Là où son prédécesseur est vraiment fort, c'est sur sa longévité je trouve. 9 ans après et perso, je me marre toujours comme un con tout du long en l'écoutant, avec mention spéciale à l'outro, culte (au taff, dans l'open space, ya rien de tel pour passer pour un con !).
Moins convaincu ici. Ça commence assez fort (la triplette Kammthaar / Un Chien Géant / Takoyaki réussi) et y'a quelques bonnes idées par la suite (Calojira, bien trouvé ! Et un Pipi VS Caca qui fera date dans la bêtise) mais globalement, j'accroche pas tant que ça.

Sinon, je crois qu'ils passent vaguement près de chez moi dans une ptite salle en septembre, vous recommandez c'est ça ?
Goodnacht citer
Goodnacht
12/05/2017 15:48
Rendez-nous Gronibard bordel ! Ca c'était vraiment quelque chose...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/05/2017 02:39
Rarement vu une moyenne des lecteurs de Thrasho aussi basse ! Ahahaahah.
0.17/10 avec trois notes.
Fffiouuuuuuuu !
Deathrash citer
Deathrash
10/05/2017 01:13
Assez déçu, je ne sais pas si ce sont les longues années qui le sépare de Objectif thunes que j'adore. Mais là, la mayonnaise ne prend plus du tout.
Certains titres sont inutilement long, ce qui fait carrément perdre l'impact à ce Metal parodique. Et ya un truc qui me gêne au niveau des groupes parodiés, ça fait trop "Hellfest", "Metalliquoi" et un poil racoleur...
Dead citer
Dead
09/05/2017 19:40
Pas vraiment convaincu par ce nouvel album. Je m'étais plus marré sur objectif thunes. Après c'est possible que certaines références me manquent Sourire
Ainur citer
Ainur
05/05/2017 07:05
On est vraiment dans le gros débile bien débile et c'est bien fait. Mais je ne peux m'empêcher de le comparer à son prédécesseur qui malgré tout ne se centré pas seulement sur la parodie mais avait son côté «technique», ultra vomit savait impressionné par son sens du riffing, hors sur cet album on est plus dans le simplisme parodique et forcément moins dans le «metal» et moins dans la provoc également. Cependant evier metal est vraiment l'un des meilleurs morceaux du groupe. Allez on va pas chier dans la colle en live ça défonce et ça fait bien rire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ultra Vomit
Metal parodique, abruti et abrutissant
2017 - Verycords
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  3.75/10
Webzines : (7)  8.07/10

plus d'infos sur
Ultra Vomit
Ultra Vomit
Metal parodique, abruti et abrutissant - 1999 - France
  

tracklist
01.   Entooned
02.   Kammthaar
03.   Un Chien Géant
04.   Takoyaki
05.   Super Sexe
06.   Hyper Sexe
07.   La Bouillie
08.   E-TRON (digital caca)
09.   Le Train Fantôme
10.   Calojira
11.   La Bouillie
12.   Jésus
13.   Anthracte
14.   Keken
15.   La Bouillie
16.   Noël
17.   Pink Pantera
18.   La Ch'nille
19.   La Bouillie
20.   Batman VS Predator
21.   Pipi VS Caca
22.   Evier Métal

Durée : 00:39:21

line up
parution
28 Avril 2017

voir aussi
Ultra Vomit
Ultra Vomit
M. Patate

2004 - Sacral Productions
  
Ultra Vomit
Ultra Vomit
Objectif : Thunes

2008 - Listenable Records
  

Lutomysl
Firmament (EP)
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique