chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Assorted Heap - The Experience Of Horror

Chronique

Assorted Heap The Experience Of Horror
Spécialisé dans les rééditions de qualité, le label hollandais Vic Records a toujours eu à cœur de proposer des albums particulièrement intéressants de groupes pourtant bien souvent méconnus. Parmi celles-ci, on pourrait retenir le premier album de Carbonized (l’excellent For The Security qui d’ailleurs manque ici toujours à l’appel), ceux d’Eternal Solstice, Polluted Inheritance et Ceremony ou encore les compilations de Darkified, Mefisto, Pestilence ou Slaughter.

The Experience Of Horror est le premier album d’un combo allemand répondant au nom d’Assorted Heap. Formé en 1987, le groupe sera actif jusqu’en 1992 avant de mettre la clef sous la porte et ainsi cesser toute activité. Durant ces cinq années d’existence, les Allemands vont livrer deux démos et deux albums, tous réédités par Vic Records. Du pain béni pour les historiens et autres archéologues amateurs de Death/Thrash à l’ancienne peu enclins à dépenser leurs deniers durement gagnés sur Discogs, eBay et compagnie où règne la dure loi de l’offre et la demande.

Paru en 1991, The Experience Of Horror ne jouie pas de ce que l’on peut appeler un artwork des plus réussis. Faut-il y voir la raison de sa faible reconnaissance, même encore aujourd’hui ? Probablement. En tout cas, vingt six ans plus tard je lui trouve malgré tout un certain charme, entre le gênant et l’absurde. Pour accompagner cette réédition parue en 2015 qui reprend le format de la version CD de 1991 (c’est à dire avec trois titres supplémentaires face à une version LP jugée un peu chiche), Vic Records a souhaité y apporter les titres de la démo Killing Peace sortie initialement en 1988 ainsi que deux titres jusque-là inédits et tirés des sessions d’enregistrement de cette dite démo. On trouve également une petite note contextuelle, quelques photos d’époque disposées sous la forme d’un patchwork ainsi qu’un remastering signé du guitariste Klaus Kessemeier.

A la frontière entre Thrash et Death Metal, les Allemands vont rapidement s’imposer comme l’une des meilleures réponses adressées aux New-Yorkais de Demolition Hammer. Enfin "s’imposer" semble être un bien grand mot quand on voit à quel point Assorted Heap est injustement passé sous les radars d’à peu près tout le monde... Dommage car il y avait chez les teutons un sacré potentiel qui ne demandait qu’à être exploité. Certes, le groupes sortira deux ans plus tard un deuxième album mais l’absence relatif d’enthousiasme à leur égard a du largement contribué à l’arrêt de leurs activités. Quoi qu’il en soit, et même s’il n’y a là rien qui n’ait déjà été fait auparavant, il faut reconnaître au groupe une certaine aisance dans tous les domaines.
Grâce à une section rythmique redoutable ainsi qu’à deux guitaristes qui n’ont vraisemblablement jamais eu les mains dans leurs poches, Assorted Heap va livrer une musique peut-être un peu moins marquante que celle de leurs homologues américains mais en tout cas particulièrement digne d’intérêt si on apprécie ce type de Death/Thrash sans compromis. Le couteau entre les dents, les Allemands imposent d’emblée à l’auditeur un rythme particulièrement soutenu sur fond de tchouka-tchouka effrénés et autres semi-blasts haletants. Ca cravache dur tout au long de ces presque quarante minutes que dure l’album et ce ne sont certainement pas les quelques baisses de régimes momentanées et sporadiques (le break de "Experience Of Horror" à 3:14, "In Vain", petit interlude électro-acoustique instrumental, le break mélodique de "Sould Out Souls" à 2:16, etc) qui viendront entacher une dynamique de tous les instants. Surtout qu’Assorted Heap n’est pas du genre à mettre tous ses œufs dans le même panier. Comprenez par là que les cassures à vous démonter les cervicales sont également largement représentées ici bas. Des séquences pleines de groove particulièrement redoutables ("Unexpiated Bloodshed" à 1:41, "Experience Of Horror" à 2:39, "Terrorized Grains" à 1:17 et 2:00) judicieusement positionnées après, avant voir entre de grosses accélérations toutes plus jouissives les unes que les autres. Certes, Assorted Heap n’est pas originaire de New-York mais c’est tout comme vu le groove insolent dont il fait ici étalage. Cerise sur le gâteau, la présence d’un bassiste absolument pas manchot dont les lignes de basses tout en rondeurs vont venir sublimer les attaques d’un groupe décidément beaucoup trop sous-estimé.
Enfin, comme on ne fait pas de Thrash digne de ce nom sans savoir faire de bons riffs, il serait injuste de ne pas évoquer ici le travail de Klaus Kessemeier et Gunter Groen. Bien que les deux garçons n’aient pas un jeu des plus remarquables, difficile de ne pas s’enthousiasmer face à tant de riffs aussi nerveux et incisifs. De sérieuses prédispositions que les Allemands vont mettre à contribution tout au long d’un premier album mené pied au plancher. Peu de déchets et surtout beaucoup d’excellents passages qui vous feront sérieusement hocher la caboche. On aurait simplement aimé davantage de solos, d’autant qu’ils sont tous très bons (bien qu’un peu courts en général).

Pour compléter cette réédition, on trouve les titres de la démo Killing Peace ainsi que deux inédits. Sortis trois auparavant, ces derniers ne font pas spécialement le poids en comparaisons de ceux de l’album. D’ailleurs, aucun de ces morceaux n’a été repris sur ce dernier. Pour commencer, le son est naturellement moins bon malgré le remastering opéré dans le cadre de cette sortie. Du souffle, moins de puissance et l’impression que le groupe joue dans la pièce d’à côté. Ca à évidemment son charme mais bon, soyons honnête, l’intérêt n’est pas forcément là. D’autant que les compositions se montrent moins intéressantes dans l’ensemble. Sortie en 1988, Assorted Heap joue alors un Thrash primitif qui ne s’est pas encore acoquiné au Death Metal. Le groupe est à l’époque plus proche de ses compatriotes de Kreator qu’autre chose avec quelques passages Punks assez étonnant comme sur le très direct et bien nommé "Go To Throw Up". Néanmoins, la qualité est déjà au rendez-vous et si ces titres se font peut-être moins marquants, on les écoute non sans plaisir.

Complète comme bien des rééditions, cette nouvelle version de The Experience Of Horror devrait très vite s’imposer comme un indispensable pour tous les amateurs de Death/Thrash qui se respectent. Certes, l’artwork n’est pas des plus bandants mais le contenu est largement à la hauteur de ce qui se faisait de mieux à l’époque. Tous ceux qui sont malheureusement passés à côté de ce groupe en son temps ou qui aujourd’hui entendent ce nom pour la première fois seraient en tout cas bien avisés d’y jeter un peu plus qu’une oreille distraite. Il y a en effet chez Assorted Heap bien plus à offrir qu’un album à l’atmosphère délicieusement rétro. Le Death/Thrash distillé par la formation allemande à encore aujourd’hui de quoi botter des culs par wagons entiers. Ne soyez pas de ceux qui resteront sur le quai de la gare avec vos seuls yeux pour pleurer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Assorted Heap
Death Metal
1991 - Vic Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
Assorted Heap
Assorted Heap
Death Metal - 1987 † 1992 - Allemagne
  

tracklist
01.   Unexpiated Bloodshed  (04:17)
02.   Experience Of Horror  (05:51)
03.   Rememberance Of Tomorrow  (03:52)
04.   In Vain  (01:07)
05.   Sold Out Souls  (05:40)
06.   Trick To Your Mind  (06:33)
07.   Terrorized Brains  (04:27)
08.   Grave New World  (05:07)
09.   Frisia Non Cantat  (00:44)
10.   Intro (Killing Peace Demo)  (02:27)
11.   Killing Peace (Killing Peace Demo)  (03:36)
12.   Go To Throw Up (Killing Peace Demo)  (03:34)
13.   Assorted Heap (Killing Peace Demo)  (05:09)
14.   I Don't Care (Killing Peace Demo)  (06:02)
15.   Green Berets - Evil (Killing Peace Demo)  (00:11)
16.   Green Berets (Killing Peace Demo)  (02:51)
17.   After The Attack (Killing Peace Demo)  (05:22)

Durée : 66:50

line up
parution
1 Janvier 1991

Essayez aussi
Castleumbra
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)

2012 - Obliteration Records
  
Grimfist
Grimfist
Ghouls Of Grandeur

2003 - Century Media
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
The IVth Crusade

1992 - Earache Records
  
Aeon
Aeon
Bleeding The False

2005 - Unique Leader Records
  
Deathcult
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)

2014 - Me Saco Un Ojo Records
  

Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy - Interview
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Kawir
Exilasmos (Εξιλασμός)
Lire la chronique
Incantation
Profane Nexus
Lire la chronique
Nephren-Ka
La Grande Guerre de l'Epice
Lire la chronique