chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bellator - I

Chronique

Bellator I (EP)
"Zog Zog"
Le Maître : Wilk, tu es réveillé par un grondement sourd dans le sol. Il fait encore nuit noire et tu ne vois rien.
Wilk : Je réveille Torick
Torick (Roleplay) : "Ho là, qui me réveille de si bonne heure"
Wilk (Roleplay) : "C'est moi, ami nain, peux-tu utiliser ton infravision pour regarder autour, j'ai l'impression que quelque chose approche?"
Torick : Je regarde au loin
Le Maître : Tu distingues des ombres confuses, avec des mouvements, comme une marée, mais surtout, tu sens un remugle inimitable : ça pue l'orc à plein nez. Une aube timide se lève et vous prenez conscience de la sinistre réalité : pendant la nuit, votre petit campement dissimulé dans un repli du terrain a été encerclé par une immense armée d'orcs, gobelins et kobolds qui attend patiemment le lever du jour pour attaquer la paisible cité de Kronus qui ne se doute pas du péril imminent.
Torick (roleplay) : "Diantre, il faut immédiatement aller prévenir la garnison, Wilk, réveille le magicien et faites diversion, je vais foncer dans le tas pour me frayer un chemin jusqu'aux portes de la ville"
Wilk : Mais....
Torick, : Je prends ma hache et je fonce tête la première vers les portes de la ville en balançant des moulinets rageurs pour me frayer un chemin dans le tas d'orcs et je pousse le cri de guerre de mon clan : BELLATOOOOOOOOOR

J'aime à croire que le concept de BELLATOR et de son premier disque, I est né comme cela, au cours d'une de ces soirées de roliste où après des litres de café et des dizaines de clopes, les gamers laissent libre cours à leur instinct et, incarnant totalement leur avatar, se lâchent complètement. Oui, BELLATOR évoque l'incarnation Thrash Metal d'une bande de potes nourris à Tolkien, Eddings, WOW et AD&D. Et pour l'inspiration et le climax, le gang a choisi l'univers dans lequel il est le plus à son aise : celui des terres légendaires foulées par les races fantastiques, où règnent la magie et l'entropie, les courageux paladins, les orcs sanguinaires, les elfes délicats et les nains héroïques.

Originaire d'Angers, le power trio réuni en 2012 s'est jusqu'alors illustré en live comme l'attestent les nombreuses photos de concerts habillant le livret intérieur de l'EP. Musicalement, c'est thrasho-technico-bourrin : de la rythmique grasse comme un bide de nain, une batterie imprimant un rythme martial aux compos, une guitare lead alternant du riff brutal et des échappées féériques, avec un petit côté celtiques ("Padnom").
Choix suffisamment rare pour être souligné : les angevins chantent en français et à deux voix. Un chant grave tirant parfois sur le growl et un second plus aigu qui lui fait écho ("Petit Orc" et "Bellator"). Les paroles n'ont certainement pas été écrites par un elfe, mais elles s'inscrivent parfaitement dans le ton général du méfait décrivant de manière fort crue et inquiétante les différentes étapes d'un conflit opposant orcs et humains. Au coeur de la mêlée, on n'a pas vraiment le temps de compter fleurette ni d'enfiler des perles. Ce n'est pas finement ciselé, ce n'est pas profond, il n'y a pas plusieurs clés de lecture. C'est guerrier. Le choix du français et l'élocution claire des interprètes permettent de comprendre ce qu'ils chantent et donc de situer les enjeux narratifs : la charge de l'armée orc ("Petit Orc"), l'issue sinistre de la bataille ("Padnom"), l'organisation de la contre offensive ("Bellator" et "Blood Eagle"). Avec une telle thématique, le gang aurait pu tomber dans le trip samples en folie en mode ALEA JACTA EST, mais il nous épargne ces clins d'oeil pesants, se contentant de quelques discrets bruits d'épées entrechoquées sur "Padnom".

Musicalement parlant, ça joue à bride abattue. Les guitares dialoguent ("Fromior Agard"), le batteur tricote, quelques soli de guitare apportent une touche de fraîcheur bienvenue ("Padnom", "Bellator", "Blood Eagle") et la production organique et précise donne une belle patine aux compos. BELLATOR est parfaitement à son aise dans un Thrash dont il suit le cahier des charges à la lettre. Vous pourriez trouver ces compos convenues et peu audacieuses, c'est vrai, mais pour un premier projet, la musique des angevins a le mérite de la cohérence et d'une exécution juste. Le combo se fend aussi d'un chouette petit instru ("Epic") dont la narration musicale cohérente avec le noeud de l'histoire qu'elle est censée marquer arrive à point nommé en milieu tracklist en venant casser le rythme imposé par les chanteurs.

Tout le disque respire le champ de bataille, les empoignades brutales, les bras arrachés, les crânes écrasés, les hurlements des blessés qui retiennent les intestins qui leur dégoulinent du ventre. Certes tout n'est pas parfait dans l'univers de BELLATOR mais l'un dans l'autre, le voyage initiatique proposé par le trio a un petit goût de revenez-y et j'espère qu'ils donneront bientôt une digne suite à ce premier chapitre plein de promesses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bellator
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4.25/5

plus d'infos sur
Bellator
Bellator
Thrash - 2012 - France
  

tracklist
01.   Fromior Agard
02.   Petit Orc
03.   Padnom
04.   Epic
05.   Bellator
06.   Blood Eagle

Durée : 30

parution
31 Mars 2017

Essayez aussi
Antagonism
Antagonism
Thrashocalypse (EP)

2018 - Autoproduction
  
Contorsion
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)

2017 - Autoproduction
  
Razend
Razend
White Goat 2

2016 - Autoproduction
  
Exalter
Exalter
Obituary For The Living (EP)

2016 - Transcending Obscurity
  
Testament
Testament
Brotherhood Of The Snake

2016 - Nuclear Blast Records
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique