chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Schattenvald - V

Chronique

Schattenvald V
Il n'aura pas fallu attendre très longtemps pour qu'un nouvel album de SCHATTENVALD pointe son nez. On en avait parlé l'année dernière à l'occasion de la sortie d'un EP contenant des inédits et les titres d'une vieille demo. J'y précisais que le groupe existait depuis bientôt 20 ans et que sa musique n'avait pas vraiment évolué, restée coincée à une autre époque, presque un autre siècle. C'est bien, c'est que nos Allemands ne changent pas de cap. La numérotation des albums en est aussi une preuve. Ils "s'obstinent" à juste utiliser des chiffres romains pour nommer leurs œuvres. On en est donc naturellement au V, 3 ans et demi après IV.

Et si vous ne les connaissez pas, quelques références pour vous donner une idée. Des noms qui devraient vous faire envie et qui correspondent en tout cas à une période qui me fait toujours saliver : LUNAR AURORA, MEPHISTOPHELES, BLACK MESSIAH, et, si on est un peu gourmand, DIMMU BORGIR, on va voir pourquoi.

D’abord LUNAR AURORA parce que ces 4 pistes sont à fond dans le black metal atmosphérique emballé, galopant, chevaleresque ! Mais il leur arrive de s’imbiber saupoudré de claviers limite cheap, mais un « cheap » plaisant ! Parce que c'est fait avec sincérité, et avec une efficacité convaincante. Ces petites mélodies charismatiques tournent dans la tête et font apparaître des images de forêts épaisses, de châteaux oubliés, de créatures malines. Et lorsqu’elles sont le plus mises en avant, c’est carrément à notre amour de jeunesse de MEPHISTOPHELES que l’on repense. Et bien sûr à son premier album Landscape Symphonies. Un zeste de dépression et de naïveté touchantes ! Même la pochette a des similitudes ! Tout rouge pour MEPHISTOPHELES, tout bleu pour SCHATTENVALD ! Et le mélange du black agité et de ces synthés peut même se rapprocher des premières sorties de DIMMU BORGIR, toujours la deuxième partie des années 90, bien entendu.

À cela sont ajoutées quelques parties plus épiques, des moments où c'est la bravoure qui passe devant la nostalgie, et qui font revenir BLACK MESSIAH en tête. C'est furtif, ça ne dure pas, mais ça apporte une texture intéressante. Et l’impression que le groupe ne s’enferme pas dans des plans trop convenus. La surprise a sa place le long de ces 35 minutes.

« 4 titres ? 35 minutes ? Euh, non, c’est noté 6 pistes et 44 minutes hein ! » Oui, mais bon, « Die Kinder im Berg » est une outro de 5 minutes. Du piano, une guitare acoustique, une plage ambiante avec une voix qui susurre... Et « The Stallion », révisez vos classiques, c’est une reprise de BATHORY, le titre vient de l’album Blood on Ice ! D’ailleurs vous l’auriez sûrement remarqué à l’écoute parce que la version SCHATTENVALD respecte jusque les vocaux de Quorthon, clairs, beaucoup plus clairs que sur les autres pistes. L’hommage est plaisant, même si la piste n’est pas réellement réappropriée... Bref, ces deux morceaux sont plus des bonus que de réelles nouveautés.

On aurait donc aimé plus de morceaux, mais les 4 en présence montrent bien que SCHATTENVALD poursuit sa route sans changer sa formule, en se permettant seulement quelques nouveaux apports, quelques légères évolutions. Il conserve un son et un savoir-faire d’une autre époque, assez enchanteurs. Et les vocaux en allemand collent parfaitement aux ambiances créées...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Schattenvald
Black Metal atmosphérique
2017 - Kristallblut Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Schattenvald
Schattenvald
Black Metal atmosphérique - 1998 - Allemagne
  

tracklist
01.   G'spenster geh'n am Bergfried um
02.   Beim Kartenspiel am Teufelstisch
03.   Vom alten Saalefluch
04.   Der kopflose Ritter
05.   Die Kinder im Berg
06.   The Stallion (Bathory cover)

Durée : 44:38

line up
parution
22 Janvier 2017

voir aussi
Schattenvald
Schattenvald
Der Winterkönig (EP)

2016 - Obscure Abhorrence Productions
  

Essayez aussi
Thy Serpent
Thy Serpent
Christcrusher

1998 - Spinefarm Records
  
Summoning
Summoning
Stronghold

1999 - Napalm Records
  
Veiled
Veiled
Black Celestial Orbs

2018 - Iron Bonehead Productions
  
Sorcier Des Glaces
Sorcier Des Glaces
The Puressence of Primitive Forests

2011 - Mankind's Demise Records
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique