chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Come to Grief - The Worst of Times

Chronique

Come to Grief The Worst of Times (EP)
Évidemment que l'on est au départ déçu par The Worst of Times. Pouvait-il en être autrement ? Come to Grief, groupe réunissant deux anciens membres de Grief, décide finalement de sortir quelque chose de neuf, après des mois à se faire plaisir à rejouer quelques vieux morceaux cultes d'une formation culte à laquelle on a vouée un culte, des morceaux qu'on a tourné et retourné, qui ont fait de même avec nous. Forcément qu'on attendait, trop déçu par de nouvelles œuvres de sludge à l'ancienne (les récentes bouses de Fistula qui, comme les ennuis, sont venues par paire), ces quatre petits tacles comme autant de leçons, prêt à les accueillir en saints sauveurs. Et donc, évidemment, une fois ces derniers entrés dans l'imparfaite réalité, l'on est au départ déçu.

Puis on les écoute, plusieurs fois, on les ronge comme ils nous rongent. On se souvient qu'on a passé l'âge d'avoir des héros, que l'on n'a pas d'affiche de Grief, de Batman ou de Macron dans sa chambre. Qu'on a trente ans et qu'on est un peu au-delà des attentes juvéniles façon « retour du roi ». On voit que Come to Grief n'est pas Grief. Non, non : il est trop vieux, trop riffu, moins pataud, presque entraînant lors de certaines accélérations « party hard » qui foutent le sourire (« No Savior », presque du Weedeater), finalement adulte comme nous, amateur d'idioties d'une certaine époque mais appréciant trouver autre chose sous la crasse qu'une autre croûte à gratter. Fini le nihilisme pour lui-même, l'envie de creuser et creuser encore : The Worst of Times, lui, fait du sludge, du pur mais pas si dur, sans prétention aucune à offrir autre chose qu'une session de blues urbain où des cramés gueulent (tout dans ce disque gueule, d'ailleurs) qu'ils ont été « tués par la vie ». On accepte et très vite, on apprécie.

On aime à sa juste valeur, sans espoir particulier. De toute façon, il n'y en a pas beaucoup ici. On se rend compte des nombreux flashs que contiennent ces courtes vingt minutes, de ces rappels au punk comme ancêtre direct du sludge, où les notes sont si nues, « à vif », qu'elles paraissent l'image d'une existence en lambeaux. On se dit, à chaque fois, que ça gueule, décidément, que ça crisse (ce solo sur « Futility of Humanity », mama !), que ça groove, que ça vit, que ça brûle même, malgré la vieillesse et ses cendres. Que, mine de rien, ça fait beaucoup pour un petit EP de sludge d'un petit groupe. On aime à sa juste valeur et on tombe amoureux.

Évidemment que l'on est au départ déçu par The Worst of Times. On attendait du rêve rendu réel de la part d'un nouveau partisan du sludge, genre qui sera toujours uniquement du côté du réel. Ce que rappelle bien Come to Grief avec ses riffs de vieille bétonneuse, comme un père de famille ankylosé ressortant ses outils d'autrefois du garage. On a été con et on s'en rend compte. On finit par l'écouter, simplement, sans chichis et questions sur qui est le plus fort, l'ancien, le nouveau, l'autre. On remarque qu'on en veut plus, bien sûr, vite, c'est trop court et trop bon, mais surtout on note qu'on n'a pas humé telle odeur de squat et autant dodeliné joyeusement de la tête depuis... depuis un moment. On finit par l'écouter, simplement, et on pense déjà à la prochaine fois qu'on l'écoutera. On aime à sa juste valeur et on tombe amoureux. En plein « JunkLove ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
11/05/2017 12:16
note: 4/5
Krokodil a écrit : Ensuite, j'ai envie de dire que tout ce qui prend de l'âge ne se bonifie pas. Le cas Neurosis ne fait pas jurisprudence...

Ah mais j'ai jamais dit le contraire ! Les derniers Fistula sonnent gâteux et forcés comme un punk qui n'accepte pas l'âge de la retraite, d'ailleurs. Pour le reste, goût, couleur hein, ce Come to grief n'a ni la saveur des anciens Grief (tant mieux, le passé est bien où il est) ni celle des derniers Fistula (ou du dernier Grime) pour moi, pour la simple raison qu'il me fait sentir qu'il s'y passe des choses derrière le concassage.
Krokodil citer
Krokodil
11/05/2017 11:52
note: 2.5/5
Pas trop d'accord avec toi. Je vois pas trop ce qu'il y a de "juvénile" à attendre d'ex(s) Grief qu'ils fassent aussi bien voire mieux que par le passé, sans s'interdire pour autant de sonner différent... C'est pas de l'immobilisme ou de la nostalgie, juste du bon sens. (Je dis bien ex(s) Grief, pas Grief... Savastano c'est comme Ronaldo, tu le mets ailleurs qu'au Real, il va continuer à planter des buts.)
Ensuite, j'ai envie de dire que tout ce qui prend de l'âge ne se bonifie pas. Le cas Neurosis ne fait pas jurisprudence... et quand j'écoute ce disque, et que je fais abstraction du contexte (ce que j'm'efforce de faire tant bien que mal, contrairement à ce que mon billet laisse penser haha) j'entends juste du pauvre sludge bourrin à peine plus inspiré que la Fistule.
Enfin... heureusement que j'ai pas passé l'âge d'avoir des héros et que je continue d'y croire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Come to Grief
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  3.5/5
Webzines : (2)  2.58/5

plus d'infos sur
Come to Grief
Come to Grief
Sludge - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Killed By Life
02.   No Savior
03.   Futility of Humanity
04.   JunkLove

Durée : 19 minutes 50 secondes

line up
parution
21 Avril 2017

Essayez aussi
Baroness
Baroness
First & Second (Compil.)

2009 - Hyperrealist
  
Fistula
Fistula
Idiopathic

2003 - Shifty Records
  
Grime
Grime
Deteriorate

2013 - Forcefield Records / Mordgrimm Records
  
Iron Monkey
Iron Monkey
Iron Monkey

1996 - Union Mill
  
Superjoint Ritual
Superjoint Ritual
Use Once And Destroy

2002 - Sanctuary Records
  

Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique