chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

White Ward - Futility Report

Chronique

White Ward Futility Report
Il rafle tout. Il ne laisse rien aux autres ! Qui ? Mais Debemur Morti pardi ! Bon, c'est peut-être exagéré mais tout de même, le label se sert bien ces derniers temps. Il a réussi à convaincre des groupes de grosse qualité à le rejoindre et, après avoir sorti l'un des meilleurs albums de 2016 : Lunaris d'ARKONA, puis nous avoir fait commencer l'année 2017 avec un groupe français qui restera lui aussi dans les classements annuels, à savoir AU CHAMP DES MORTS avec Dans la joie, le voici en milieu d'année à proposer non seulement le tant attendu nouveau DODSENGEL, formation qui a réconcilié beaucoup d'entre nous avec la Norvège, mais aussi les petits jeunes ukrainiens de WHITE WARD. C'est leur premier album après 5 ans de demos, splits et EP, mais c’est une évidence, ils vont taper dans l’oreille de beaucoup !

Et si vous avez déjà lu ici ou là des descriptions de leur univers, vous n'avez pas pu manquer l'information vendeuse les concernant : "il y a un saxophoniste". Ah c'est sexy, ça, c’est même sexyphoniste ! Plus en tout cas que si on nous disait que le groupe renferme un unijambiste, un scatophile ou une femme à barbe. Un saxophoniste sur du black, ça attise déjà la curiosité. Du coup, les descriptions ont déjà fusé : "post-black", "black avant-garde", "free jazz black metal"... Oui, bon... pas faux, mais le rendu n’est pas nécessairement bien décrit avec ces étiquettes...

Cet essai de 6 pistes pour 40 minutes contient effectivement du saxo, mais absolument pas de bout en bout. C’est un élément récurrent, qui se glisse dans une musique black teintée de death. Oui, ce saxo arrive sans faute à chaque piste, mais il n’est pas l’instrument le plus utilisé. Seulement le groupe ne peut qu’être limité à cet ajout tant son apparition est toujours une éclaircie. On finit même par l’attendre et à mettre le reste, pourtant principal, au second plan. Et ce reste, c’est une musique agressive, des parties fortes qui ont un bon pouvoir de dévastation. Et qui me fait souvent rappeler la scène suédoise, pour SHINING mais aussi pour les riffs à la death mélodique. Bon, si je faisais ma langue de vipère, je dirais que si le groupe se contentait de ces passages-là, il aurait du mal à se faire remarquer, mais il faut avouer que même s’ils sont bien joués, sincères et intègres, ils ne font pas non plus sauter au plafond. D’où la réussite d’avoir intégré le saxo.

L’instrument peut apparaître sur un break, comme d’autres utilisent une guitare acoustique ou un violoncelle, mais il vient parfois aussi se greffer tout simplement à la musique. C’est l’exercice le plus difficile, car se contenter de placer juste son sax entre deux tornades ce n’est pas si compliqué, mais parvenir à saupoudrer la violence de cet élément plus nocturne et apaisant ce n’était pas gagné. Oui, le sax est un instrument nocturne. C’est nouveau ? Je le sens comme ça. Cet instrument me replonge dans les années 80-90, dans les virées urbaines du soir en voiture. Le titre intermède de 3 minutes, « Rain as Cure » est d’ailleurs tout à fait dans cet esprit. Là rien de metal, c’est un espace destiné au saxo et sur lequel des sons électroniques ont été ajoutés. WHITE WARD se pose apparemment la question d’ailleurs de mettre ou non plus de sons de ce genre. Il ne glisse pas totalement vers ULVER, mais on sent une influence, ne serait-ce que sur la longue intro de "Homecoming". Et il termine carrément sa galette par 2 minutes qui auraient pu être empruntées à FEAR FACTORY ou DIABLERIE. Sorte d'électro industriel speed...

Le saxophone fait évidemment tout l’intérêt du groupe. Ce qui peut devenir lassant pour certains. Être divin pour d’autres. De mon côté je trouve que quelques passages font assez prétentieux, cherche un peu trop à impressionner, mais dans l’ensemble j’adhère. Gros oui à « Deviant Shapes » et « Black Silent Piers » . C’est toujours con à dire, mais c’est encore plus vrai avec Futility Report, il vous faudra tester avant d’acheter, c’est véritablement une question de goût...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
15/11/2017 13:27
note: 7.5/10
Le post, c'est devenu le mot pratique pour désigner ce que certains appelaient avant soit de l'avantgarde, soit de l'expérimental, selon les périodes et les tendances.
Un terme qui ne veut pas dire grand chose car finalement il ne donne aucune idée musicale de ce qu'il contient.
Je ne le mets pas dans le post tel que pour moi il est le plus représenté.
MoM citer
MoM
14/11/2017 19:55
Je trouve pas ça compliqué à classer : c'est clairement du Post-Black, et l'ajout d'un sax ne change pas le genre en soi.

Etrangement, avec un instrument aussi blues et chargé (et Sakri, je comprends que ce soit nocturne pour toi, c'est clairement le cas !), je trouve les parties Black beaucoup trop propres et léchées. J'attends pas que ce soit cradingue, mais ça fait "black de musico" : bien exécuté, mais interprété sans "roots" pour moi.
Je trouve les musiques hyper académiques, mais je ne ressens rien. L'ajout du sax ne comble pas un Black qui ne semble pas puiser dans le coeur musical que j'attends. Ca me laisse la même impression que la plupart des groupes de Sympho : oui, tu as ajouté des pistes, mais si la base même n'est pas soigné, eh bien ça prend pas forcément.
Après, c'est mon point de vue : j'estime que si tu te retrouves avec une écriture boiteuse et moyenne après avoir enlevé la piste "valeur ajoutée" (ici le sax), alors t'as loupé quelque chose. Une bonne structure, elle tient, peu importe ce que tu lui fais.
Après, évidemment que si on l'enlève on ôte quelque chose à la musique. Mais cette piste ne doit pas tout porter sur ses épaules, le reste doit suivre - et je trouve que ce groupe n'a pas encore bien calibré tous ces éléments.

Encore au stade gimmick, ça peut mériter plus de maturité ; ce sera très intéressant à suivre Sourire
mayhem13 citer
mayhem13
12/05/2017 10:52
Je n'ai écouté que 3 morceaux que je ponce sur mon ordi tellement je trouve que ce groupe apporte une fraîcheur au genre. Je n'arrive pas à le classer pour ma part. Vivement que l'album arrive dans ma boîte aux lettres!
Sulphur citer
Sulphur
12/05/2017 09:12
note: 7.5/10
Déjà écouté plusieurs fois, et je suis globalement mitigé. Mention spéciale au titre "Black Silent Piers" tout de même, vraiment excellent.
On sent vraiment le niveau et le bagage de ces gars. Les influences sont diverses, la technique y est, tout est bien clean et travaillé. Mais hormis le titre dont je parlais plus haut, ça ne me transmet pas grand chose. Peut-être un peu trop "scolaire" pour moi.
Et +1 pour la pochette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
White Ward
Black Metal avec saxophone
2017 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (8)  7.83/10

plus d'infos sur
White Ward
White Ward
Black Metal avec saxophone - 2012 - Ukraine
  

tracklist
01.   Deviant Shapes
02.   Stillborn Knowledge
03.   Homecoming
04.   Rain as Cure
05.   Black Silent Piers
06.   Futility Report

Durée : 40:26

line up
parution
12 Mai 2017

Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy - Interview
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Kawir
Exilasmos (Εξιλασμός)
Lire la chronique
Incantation
Profane Nexus
Lire la chronique
Nephren-Ka
La Grande Guerre de l'Epice
Lire la chronique