chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

White Ward - Futility Report

Chronique

White Ward Futility Report
Il rafle tout. Il ne laisse rien aux autres ! Qui ? Mais Debemur Morti pardi ! Bon, c'est peut-être exagéré mais tout de même, le label se sert bien ces derniers temps. Il a réussi à convaincre des groupes de grosse qualité à le rejoindre et, après avoir sorti l'un des meilleurs albums de 2016 : Lunaris d'ARKONA, puis nous avoir fait commencer l'année 2017 avec un groupe français qui restera lui aussi dans les classements annuels, à savoir AU CHAMP DES MORTS avec Dans la joie, le voici en milieu d'année à proposer non seulement le tant attendu nouveau DODSENGEL, formation qui a réconcilié beaucoup d'entre nous avec la Norvège, mais aussi les petits jeunes ukrainiens de WHITE WARD. C'est leur premier album après 5 ans de demos, splits et EP, mais c’est une évidence, ils vont taper dans l’oreille de beaucoup !

Et si vous avez déjà lu ici ou là des descriptions de leur univers, vous n'avez pas pu manquer l'information vendeuse les concernant : "il y a un saxophoniste". Ah c'est sexy, ça, c’est même sexyphoniste ! Plus en tout cas que si on nous disait que le groupe renferme un unijambiste, un scatophile ou une femme à barbe. Un saxophoniste sur du black, ça attise déjà la curiosité. Du coup, les descriptions ont déjà fusé : "post-black", "black avant-garde", "free jazz black metal"... Oui, bon... pas faux, mais le rendu n’est pas nécessairement bien décrit avec ces étiquettes...

Cet essai de 6 pistes pour 40 minutes contient effectivement du saxo, mais absolument pas de bout en bout. C’est un élément récurrent, qui se glisse dans une musique black teintée de death. Oui, ce saxo arrive sans faute à chaque piste, mais il n’est pas l’instrument le plus utilisé. Seulement le groupe ne peut qu’être limité à cet ajout tant son apparition est toujours une éclaircie. On finit même par l’attendre et à mettre le reste, pourtant principal, au second plan. Et ce reste, c’est une musique agressive, des parties fortes qui ont un bon pouvoir de dévastation. Et qui me fait souvent rappeler la scène suédoise, pour SHINING mais aussi pour les riffs à la death mélodique. Bon, si je faisais ma langue de vipère, je dirais que si le groupe se contentait de ces passages-là, il aurait du mal à se faire remarquer, mais il faut avouer que même s’ils sont bien joués, sincères et intègres, ils ne font pas non plus sauter au plafond. D’où la réussite d’avoir intégré le saxo.

L’instrument peut apparaître sur un break, comme d’autres utilisent une guitare acoustique ou un violoncelle, mais il vient parfois aussi se greffer tout simplement à la musique. C’est l’exercice le plus difficile, car se contenter de placer juste son sax entre deux tornades ce n’est pas si compliqué, mais parvenir à saupoudrer la violence de cet élément plus nocturne et apaisant ce n’était pas gagné. Oui, le sax est un instrument nocturne. C’est nouveau ? Je le sens comme ça. Cet instrument me replonge dans les années 80-90, dans les virées urbaines du soir en voiture. Le titre intermède de 3 minutes, « Rain as Cure » est d’ailleurs tout à fait dans cet esprit. Là rien de metal, c’est un espace destiné au saxo et sur lequel des sons électroniques ont été ajoutés. WHITE WARD se pose apparemment la question d’ailleurs de mettre ou non plus de sons de ce genre. Il ne glisse pas totalement vers ULVER, mais on sent une influence, ne serait-ce que sur la longue intro de "Homecoming". Et il termine carrément sa galette par 2 minutes qui auraient pu être empruntées à FEAR FACTORY ou DIABLERIE. Sorte d'électro industriel speed...

Le saxophone fait évidemment tout l’intérêt du groupe. Ce qui peut devenir lassant pour certains. Être divin pour d’autres. De mon côté je trouve que quelques passages font assez prétentieux, cherche un peu trop à impressionner, mais dans l’ensemble j’adhère. Gros oui à « Deviant Shapes » et « Black Silent Piers » . C’est toujours con à dire, mais c’est encore plus vrai avec Futility Report, il vous faudra tester avant d’acheter, c’est véritablement une question de goût...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
12/05/2017 10:52
Je n'ai écouté que 3 morceaux que je ponce sur mon ordi tellement je trouve que ce groupe apporte une fraîcheur au genre. Je n'arrive pas à le classer pour ma part. Vivement que l'album arrive dans ma boîte aux lettres!
Sulphur citer
Sulphur
12/05/2017 09:12
note: 7.5/10
Déjà écouté plusieurs fois, et je suis globalement mitigé. Mention spéciale au titre "Black Silent Piers" tout de même, vraiment excellent.
On sent vraiment le niveau et le bagage de ces gars. Les influences sont diverses, la technique y est, tout est bien clean et travaillé. Mais hormis le titre dont je parlais plus haut, ça ne me transmet pas grand chose. Peut-être un peu trop "scolaire" pour moi.
Et +1 pour la pochette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
White Ward
Black Metal avec saxophone
2017 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (7)  7.73/10

plus d'infos sur
White Ward
White Ward
Black Metal avec saxophone - Ukraine
  

tracklist
01.   Deviant Shapes
02.   Stillborn Knowledge
03.   Homecoming
04.   Rain as Cure
05.   Black Silent Piers
06.   Futility Report

Durée : 40:26

line up
parution
12 Mai 2017

Black Circle
The Distant Wind...
Lire la chronique
Trial
Motherless
Lire la chronique
Beneath the Sod
Circling the Drain
Lire la chronique
Deny The Urge
As Darkness Falls
Lire la chronique
The County Medical Examiners
Olidous Operettas
Lire la chronique
Vintersorg
Till fjälls del II
Lire la chronique
Heresiarch
Death Ordinance
Lire la chronique
The Chant
Approacher (EP)
Lire la chronique
Mahakala
The Second Fall
Lire la chronique
Dark Sanctuary
Metal
Lire la chronique
Blackest
Dawning of the Black
Lire la chronique
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevok...
Lire la chronique
16
Zoloft Smile
Lire la chronique
Le Black Metal de Molière : L'éveil
Lire le podcast
Suffocation
... Of The Dark Light
Lire la chronique
Exocrine
Unreal Existence
Lire la chronique
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël
Lire la chronique
King Woman
Created in the Image of Suf...
Lire la chronique
Beastcraft
The Infernal Gospels Of Pri...
Lire la chronique
Black Sabbath
Heaven and Hell
Lire la chronique
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)
Lire la chronique
Goath
Luciferian Goath Ritual
Lire la chronique
Wolfkrieg
Fire of Ragnarök
Lire la chronique
Seide
Beyond the Fallacy
Lire la chronique
Dephosphorus
Impossible Orbits
Lire la chronique
Extravasion
Origins Of Magma (EP)
Lire la chronique
Darvaza
The Silver Chalice (EP)
Lire la chronique
Black Messiah
Walls of Vanaheim
Lire la chronique
Mourning Dawn
Waste (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Sublime Cadaveric Decomposi...
Lire la chronique