chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

No Omega - Culture

Chronique

No Omega Culture
Je déteste au plus haut point cette formule. Mais, écouter ce "Culture", nouveau full-length des Suédois de No Omega, et le comparer de près ou de loin à ses fantastiques aînés appelle immanquablement le "C'était quand même mieux avant." Force est de constater que cette galette, intervenant deux ans après l'EP "Occupants" (lorgnant vers la facette "casse-bouches" du combo) et quatre ans après "Shame" (bande-son d'un écorché vif en proie à ses démons), ne tient franchement pas longtemps la comparaison. Comme si les gonzes de Stockholm avaient tout donné, dès le départ, et fatiguaient au fil des tours de circuit. C'est en tout cas de cette façon que je prends ce "Culture", qui, s'il possède de très bonnes choses (on n'efface pas tout son passé d'un simple coup de baguette), manque à la fois d'endurance, de coffre, et, plus grave : de sentiments.

Car ce que j'aimais, chez No Omega, c'était la propension du combo à jouer avec ses tripes. Quelque chose de violent et prenant, conservant un équilibre parfait entre les compositions directes et une atmosphère d'absolue fin du monde. Par la production massive et la teinte compacte des guitares de "Occupants", par la voix éraillée, proprement habitée de "Shame", le groupe ne se contentait pas de nous malmener : il s’agrippait à nos jambes pour nous faire couler avec lui. Mélangeant avec mesure et justesse la déconstruction formelle et rythmique du grand fourre-tout que l'on nomme "Post-Hardcore", les sentiments à fleur de peau du Screamo (sans le pan "Tumblr-core" et la pleurniche qui m'empêcheraient presque de le prendre au sérieux), incorporant à cet appareil une noirceur assez insondable, collant à la peau longtemps après les séances d'écoute.

Malheureusement, "Culture" descend en gamme sur presque tout ce qui faisait le charme du groupe. La qualité sonore de l'ensemble a souffert du changement d'ingénieur-son. Pas que ce soit inaudible, ou simplement mauvais, mais les guitares, si elles conservent le grain typique de No Omega, sont réduite à un bourdonnement, presque cantonnées à de la figuration. Dommage, car certaines compositions, à l'image de la lourdeur de "Agora" ou des contretemps décousus de "Safe," auraient été proprement ultimes, pour peu qu'elles aient été confiées à 'Erik Lindbergh ("Shame") ou au Fvck Life Studio ('Occupants"). L'effort semble avoir été concentré sur les parties rythmiques, chaque tom, chaque cymbale ayant apparemment bénéficié d'un traitement de faveur : frappes de fûts délicieusement organiques en ouverture de "Misgiving", rim-shots, contretemps sur charleston et dôme de ride sur "Autoimmune", on imagine bien la jalousie grondante des cordes face à tant d'égards de la part du sondier. Malgré cette production assez approximative, on ne peut que saluer l'envie des Suédois de faire évoluer leurs compositions, en les complexifiant. S'il n'oublient pas leur facette la plus "frontale" (dès l'ouverture du disque, franchement réussie), ils cherchent également à déconstruire leurs rythmiques, à renforcer les détours déjà présents sur les sorties précédentes (roulements, arpèges)... Au risque de rendre leurs compositions au mieux agaçantes ("Within, Without"), au pire franchement poussives (les ponts affreusement mal gérés de "Resignation"). Additionnez une production mal gérée à des compositions moins réussies, et la qualité de l'ensemble prend déjà un bon coup dans l'aile. Alors, si l'on y ajoute la voix...

"Culture", sur le plan vocal, est incompréhensible. Ici, l'organe tient plus du petit doigt coincé dans la porte que du tourment existentiel. Où sont donc passés les élans furieux des "Sleeping In" et autres "A Man Reprieved" ? Aux oubliettes. "Culture", c'est du forçage à l'état pur. Sauf que descendre en gamme à ce point, après les prestations impériales d ies deux sorties précédentes, fait vraiment un drôle d'effet. Je n'y trouve ni la force de "Shame", ni la colère qui muait "Occupants" tout entier : à contrario, j'y retrouve exactement tout ce que je ne parviens pas à apprécier dans le Screamo. Enfin, à défaut d'avoir droit à des coups d'éclat vocaux, écouter le hurleur se débattre pour s'extirper du mix final, déjà pas bien folichon, en deviendrait presque risible - à l'heure ou je tape ces lignes, je ne me suis pas encore remis du ridicule "Feral Houses". Et les guests présents sur trois titres ne changent pas grand chose, même s'ils font de leur mieux - surtout Meghan Minior, sur "Cogs", qui tire son épingle du jeu en me rappelant Davin Bernard de xKINGDOMx. L'organe penaud rejoint ainsi les guitares, rangé qu'il est à l'arrière-plan, quand on avait pour habitude de le retrouver en chef-d'orchestre. Les émotions peinent à passer avec aussi peu d'aisance derrière le micro.

"Culture" plaira d'avantage aux amateurs de Screamo qu'à ceux qui, comme moi, avaient été soufflés par l'intensité de "Shame". S'il y a de bonnes choses et des rappels à la gloire d'antan de No Omega, l'ensemble souffre à la fois d'un manque de puissance, tant au niveau de la production que de la voix, et d'un trop-plein de structures approximatives pour être réellement prenant. Dommage, surtout pour une formation qui nous avait habitué au meilleur. Première véritable déception de l'année, en espérant que No Omega se rattrape à l'avenir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
14/05/2017 11:12
note: 6.5/10
Pas d'accord avec Saga, mais après, reste que passé le premier morceau qui est excellent, j'accroche pas des masses non plus, je finis systématiquement par le couper au morceau 5-6, pourquoi, je n'en sais rien. Le truc positif pour moi, c'est le chant qui va plus loin que sur les précédents.
Kedran citer
Kedran
13/05/2017 18:26
note: 8/10
Merci pour la précision Clin d'oeil
Sagamore citer
Sagamore
13/05/2017 13:11
note: 5.5/10
Je trouve qu'ils se sont un peu trop "éparpillés", le propos est moins précis, tapent moins directement aux oreilles. C'est moins spontané qu'auparavant, du moins à mon avis. Sur "Shame" comme sur "Occupants", c'était correctement mélangé à l'ensemble (l'intro de "A Man Reprieved", ou même le premier morceau de "Shame"), ici ça passe vraiment beaucoup moins bien.
Kedran citer
Kedran
13/05/2017 13:03
note: 8/10
Je ne suis évidemment pas d'accord avec toi sur ce coup là mon cher Sagamore, tant au niveau de la voix que du reste.
Je comprends tout à fait que ça puisse moins plaire, par contre je ne vois pas du tout un "trop-plein de structures approximatives".
Pour moi No Omega n'aura donc rien "à rattraper" à l'avenir.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
No Omega
Post-Hardcore/Screamo
2017 - Dog Knights Productions
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
No Omega
No Omega
Post-Hardcore/Screamo - 2010 - Suède
  

tracklist
01.   Culture
02.   Phobia
03.   Misgiving
04.   Autoimmune
05.   Cogs
06.   Agora
07.   Unsociable
08.   Within, Without
09.   Contortion
10.   Safe
11.   Feral Houses
12.   Resignation

Durée : 34:25

parution
5 Mai 2017

voir aussi
No Omega
No Omega
Shame

2013 - Throatruiner Records
  
No Omega
No Omega
Occupants (EP)

2014 - Grains of Sand
  

Sanguine Eagle
Individuation (Démo)
Lire la chronique
Primitive Man
Caustic
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March pour l'album "Praeludium Exterminii"
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier