chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Beheaded - Beast Incarnate

Chronique

Beheaded Beast Incarnate
L'évolution dans le death metal n'est pas toujours une réussite. Ce n'est donc pas un mal si finalement, la plupart des combos n'expérimentent jamais, même si cela doit se traduire par un manque de surprise et d'audace. Beheaded reste toutefois un beau contre-exemple. Les Maltais ont ainsi fait toute leur carrière sur un brutal death d'obédience américaine assez touffu et technique avant de changer de cap en 2012 sur Never To Dawn qui a vu les Méditerranéens opter pour un style toujours brutal mais plus lisible et mélodique à l'européenne. Un changement de cap parfaitement négocié puisque cet excellent dernier album s'impose sans doute comme ce que la formation a fait de mieux. Face à des œuvres unanimement saluées comme Recounts Of Disembodiment et Ominous Bloodline, ce n'est pas peu dire! Cinq ans après, ce tant attendu Beast Incarnate sorti en début d'année chez Unique Leader allait-il faire aussi bien? Toujours dans la même veine? Ou allait-on faire face à un retour au son d'origine plus gras?

Je n'avais aucun doute sur le fait que Beheaded n'allait pas renier sa nouvelle orientation polono-morbidangelienne. Et effectivement, Beast Incarnate continue sur cette voie. Par contre, savoir si celui-ci en serait un digne successeur, je n'en étais pas du tout certain. Le constat fut pourtant clair, et ce dès le fulgurant "Beast Incarnate" qui ouvre la bête. Le combo, qui a entre-temps recruté le guitariste Simone Brigo (Blasphemer) et le batteur Davide Billia (Septycal Gorge, Hour Of Penance, Repulsive Dissection, Antropofagus...) en remplacement du cogneur originel Chris Brincat, a su prendre son temps pour sortir un cinquième full-length remarquable, orné d'une pochette magnifique qui plus est, comme son prédécesseur. La seule différence en fait, c'est que l'effet de surprise ne joue plus ici alors que Never To Dawn en avait étonné plus d'un. Pas grave car la qualité s'avère bien au rendez-vous. Portée par un modèle de production claire, puissante et moderne sans cet aspect synthétique dégueulasse de trop de groupes de brutal death d'aujourd'hui, la musique de Beheaded impressionne car elle tape juste dans tous les domaines. Grâce à un sens aigu de la composition, les huit morceaux de ce Beast Incarnate forment un tout cohérent tout en se distinguant clairement les uns des autres. Si bien qu'on ne s'ennuie jamais, malgré un très léger coup de moins bien sur "Cursed Mediterranean" et "Fid-dlam Ta' Dejjem" qui restent toutefois bien supérieurs à ce que peuvent proposer la plupart des concurrents. C'est que le brutal death des Maltais offre à peu près tout ce qui fait d'un album non pas simplement un bon album qu'on écoute avec plaisir mais un putain d'album qui colle le barreau. Si on rentre plus dans les détails que la bonne production et des morceaux ayant leur personnalité propre, on se rend compte que la formation possède un feeling rare en matière de riffs (vive les tremolos!) et de mélodies (vive les solos!). Quand bon nombre de combos BDM s'évertuent à cogner dans le vide avec des riff sans intérêt, Beheaded s'applique pour leur donner du caractère et un aspect mémorisable indispensable pour durer dans le temps. Ce qui n'empêche pas non plus le quintette d'envoyer aussi du bois puisque avec Davide "BrutalDave" Billia désormais derrière les fûts, vous pensez bien que les blast-beats ne manquent pas. Ça bourre de façon intelligente car si ça blaste régulièrement, on n'oublie pas pour autant de varier les plaisirs. Un peu de thrashy au programme par exemple ("The Horror Breathes", "Reign Of The Headless King") ou des morceaux plus épiques et mid-tempos comme l'excellent final "Punishment Of The Grave" qui fait la part belle aux mélodies avec une lead d'intro triste et de beaux solos longs et développés ainsi que le bien nommé "The Black Death" qui instaure une atmosphère terrifiante tout au long de ses huit minutes. Il s'agit du plus long titre jamais composé par le groupe et c'est une réussite totale, un des meilleurs passage du disque. Si les guitares sont à la fête par des riffs pesants et des leads sinistres qui font froid dans le dos, tout comme la basse vrombissante, le succès de cette piste passe aussi par le chanteur Frank Calleja. En tant que principale figure de l'évolution du groupe, il a beau cristalliser les critiques de certains fans de la première heure qui ne se retrouvent pas dans ses vocaux plus râpeux que les borborygmes d'autrefois, son growl intelligible s'avère bien plus puissant et menaçant, notamment sur "The Black Death" où ces longs cris arrachés se marient à merveille avec l'ambiance de fin du monde.

Il y a bien encore quelques traces du passé comme ces touches Suffocation sur certains riffs grassouillets ou patterns de batterie semi-blastés à la Mike Smith ("Crossing The House Of Knives", "Reign Of The Headless King", "Cursed Mediterranean", "Fid-dla Ta'Dejjem") mais il est clair que Beheaded est désormais un autre groupe depuis deux albums. Personnellement, ça me va très bien même si l'ancien Beheaded me convenait aussi. Les Maltais ont toutefois clairement franchi un cap et s'il fallait choisir, ma préférence irait à cette nouvelle incarnation. Ce côté plus lisible, mélodique et diversifié, tout en continuant d'asséner du blast-beat à tour de bras, me satisfait encore davantage. Tout aussi bon que Never To Dawn, Beast Incarnate propose en effet un brutal death mémorable et efficace qui offre tout un tas de petits plaisirs, de ce riffing en tremolo affûté au groove omniprésent, en passant par des solos mélodiques agréables, un chant rageur ou encore un niveau de brutalité plus que satisfaisant. Un sérieux prétendant au titre de meilleur album death metal 2017!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
22/05/2017 16:48
Je garde un très bon souvenir du précédent (The Ancient Acumen, mais quel titre de folie !) et celui là, en première écoute, a l'air plutôt sympathique aussi.
RBD citer
RBD
20/05/2017 19:30
Je renchéris aux félicitations, c'est l'album de Brutal Death du moment. L'orientation plus polonaise se confirme. On pense à un Vader plus grassouillet. Le niveau technique est excellent et permet de délivrer cette intensité que nous recherchons tous. Le titre plus lent au milieu permet de repartir après sans relâcher. Le growl au naturel est agréable, à l'ancienne.
Ander citer
Ander
13/05/2017 23:04
note: 8/10
Une valeur sûre que ce Beast Incarnate, avec notamment des riffs qui rentrent relativement bien en tête, le songwriting est aussi à souligner, fait assez rare dans le genre!

Je le préfère à Never To Dawn, même si je les trouvent peut-être un peu trop timorés sur celui-ci.

Et enfin un groupe qui se plante pas sur un son titre low-tempo, vraiment un des titres les plus marquants de la galette avec les deux pistes d'ouvertures, et les deux dernières (et oui contrairement à toi Keyser, j'inclus Fid-Dlam Ta' Dejjem).

Pour l'instant un des skeuds fort de l'année. Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beheaded
Brutal Death
2017 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (7)  7.41/10

plus d'infos sur
Beheaded
Beheaded
Brutal Death - Malte
  

tracklist
01.   Beast Incarnate
02.   The Horror Breathes
03.   Crossing The House Of Knives
04.   Reign Of The Headless King
05.   The Black Death
06.   Cursed Mediterranean
07.   Fid-dlam Ta' Dejjem
08.   Punishment Of The Grave

Durée : 40'05

line up
parution
27 Janvier 2017

voir aussi
Beheaded
Beheaded
Ominous Bloodline

2005 - Unique Leader Records
  
Beheaded
Beheaded
Never To Dawn

2012 - Unique Leader Records
  

Essayez aussi
Cephalectomy
Cephalectomy
The Dream Cycle Mythos (EP)

2008 - Discorporate Music
  
Dead Congregation
Dead Congregation
Graves Of The Archangels

2008 - Nuclear War Now! Productions
  
Inimicality
Inimicality
Adaptation Of Neurovisceral Disturbance (Démo)

2010 - Autoproduction
  
Augury
Augury
Concealed

2004 - Galy Records
  
Misery Index
Misery Index
Discordia

2006 - Relapse Records
  

Black Circle
The Distant Wind...
Lire la chronique
Trial
Motherless
Lire la chronique
Beneath the Sod
Circling the Drain
Lire la chronique
Deny The Urge
As Darkness Falls
Lire la chronique
The County Medical Examiners
Olidous Operettas
Lire la chronique
Vintersorg
Till fjälls del II
Lire la chronique
Heresiarch
Death Ordinance
Lire la chronique
The Chant
Approacher (EP)
Lire la chronique
Mahakala
The Second Fall
Lire la chronique
Dark Sanctuary
Metal
Lire la chronique
Blackest
Dawning of the Black
Lire la chronique
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevok...
Lire la chronique
16
Zoloft Smile
Lire la chronique
Le Black Metal de Molière : L'éveil
Lire le podcast
Suffocation
... Of The Dark Light
Lire la chronique
Exocrine
Unreal Existence
Lire la chronique
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël
Lire la chronique
King Woman
Created in the Image of Suf...
Lire la chronique
Beastcraft
The Infernal Gospels Of Pri...
Lire la chronique
Black Sabbath
Heaven and Hell
Lire la chronique
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)
Lire la chronique
Goath
Luciferian Goath Ritual
Lire la chronique
Wolfkrieg
Fire of Ragnarök
Lire la chronique
Seide
Beyond the Fallacy
Lire la chronique
Dephosphorus
Impossible Orbits
Lire la chronique
Extravasion
Origins Of Magma (EP)
Lire la chronique
Darvaza
The Silver Chalice (EP)
Lire la chronique
Black Messiah
Walls of Vanaheim
Lire la chronique
Mourning Dawn
Waste (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Sublime Cadaveric Decomposi...
Lire la chronique