chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
15 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sabbath Assembly - Rites of Passage

Chronique

Sabbath Assembly Rites of Passage
Dire que j'ai failli passer à côté de lui ! J'étais rapidement tombé sous le charme de Sabbath Assembly à l'époque de sa première sortie, l’enivrant Restored to One, hommage rendu à The Process Church of the Final Judgment (Google est votre ami). Mais la formation à géométrie variable – beaucoup d'invités et de changements de line-up, on s'y perd – m'avait rapidement semblé être une histoire d'amour passagère, ne parvenant pas à m'émerveiller comme elle l'avait fait quand Jex Thoth était encore de la partie. Pas moins de trois albums m'ayant laissé un souvenir un peu fade plus tard, j'avais presque tiré un trait sur la bande menée par Jamie Myers. Aucun soucis : dans le milieu de la musique, certaines relations sont d'un soir et d'autres pour la vie.

Seulement, malgré une période forte en rencontres donnant envie de multiplier les mariages (Subrosa, Bathsheba et King Woman ont récemment sorti de si beaux disques que la polygamie s'envisage comme projet viable), Sabbath Assembly parvient à retrouver un siège à part dans mon petit cœur de doomster, jamais rassasié quand il s'agit de lui conter des merveilles où la passion se vit comme une épopée. Hé ! N'en déplaise à ceux voyant encore cette féminisation du doom metal d'un mauvais œil caché sous un sourcil épais et dogmatique, ils feraient bien de rendre leurs costumes et apprendre à vivre avec des habits neufs, acceptant enfin que ce genre d'émotions a toute sa place dans le lourd, le lent, le groovy et le langoureux ! Rites of Passage, avec son cachet ancien (on pourra penser aussi bien à Jefferson Airplane qu'à Blue Öyster Cult), les mettra de toute façon en pièces avant de les tirer à quatre épingles, tant il apparaît, même pour qui n'a qu'un lointain souvenir des anciennes œuvres, comme un renouveau pour les Ricains.

Une chose qu'a appuyée Jamie Myers dans diverses interviews (comme celle-ci) et qui se ressent grandement le long de Rites of Passage. Sauvage, épique, aussi varié que fluide, ce nouvel essai possède une telle énergie, une telle soif, qu'il donne l'impression d'être un second souffle faisant encore plus tourner la tête que lors du top-départ. Dès « Shadows Revenge » et ses entremêlements de notes où les différents instruments ne font qu'un, Sabbath Assembly emmène avec lui dans son concept, racontant les différents stades marquant une vie jusqu'à des mélodies en mutation constante. Parfois douces et amères (« Does Love Die », magnifique ballade), parfois psychédéliques et enfiévrées (« Seven Sermons to the Dead », corrosif comme du Vhöl en pleine envolée) ou encore pesantes, transmettant le malaise qu'il y a à changer d'état (« The Bride of Darkness », final laissant en suspension un dénouement angoissant), ces quarante-cinq minutes s'assimilent à une pièce de théâtre déroulant ses scénettes comme autant d'actes marquant l'existence.

Une plongée dans le grandiose qui me rappelle le meilleur du Enslaved récent (Vertebrae et RIITIIR plus précisément), Rites of Passage s'avérant si peu timide dans ses peintures qu'il donne la sensation de vivre intensément chaque chose le temps qu'il dure, pris dans une narration dont le sujet principal paraît l'écriture de notre biographie. Il faut dire qu'avec une chanteuse telle que Jamie Myers, transformée par l'exercice, impossible de ne pas être emporté ! Maternelle, séduisante, inquiétante, véritable cheffe d'orchestre, elle guide chaque composition de sa voix aussi grave que naïve, possédant à elle seule une aura à situer, lointainement, entre Grayceon et Subrosa. Une somme de rappels montrant que, auparavant groupe trop transparent, Sabbath Assembly est devenu une nouvelle référence, ses éléments, à commencer par le style sans pareil, aussi intelligent que nerveux, du couple Kevin Hufnagel / Ron Varod, exsudant un parfum capiteux, chargé d'histoire, où la cervelle peine à trouver un semblable.

Il y aurait tant d'autres choses à dire, d'autres moments à citer (« I Must Be Gone », mon Satan !), peut-être quelques mémoires à partager, concernant Rites of Passage. Gagnant au fur et à mesure en qualité, il finit par devenir « le » disque de doom metal à écouter de toute urgence cette année. Certes, son dernier tiers, se passant un peu moins sur les chapeaux de roues, laisse entrevoir une petite marge de manœuvre pour Sabbath Assembly. Peu importe : parmi les nombreux sentiments qu'il procure, sentiments d'amour, sentiments essentiels, sentiments universels, il donne aussi celui d'être face à des débuts d'un futur grand groupe, de ceux qui transcendent les époques mais surtout transcendent les chanceux les écoutant. On ne dira pas le contraire, les Ricains auront mis du temps à commencer. Mais, bon sang, quel bonheur de les voir enfin partir !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
17/05/2017 21:09
C'est très attirant, je ne suis habituellement pas fan quand le mélange touche un peu trop au (Hard) rock mais là je n'ai absolument rien à redire. Fascinant.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/05/2017 14:37
note: 8.5/10
Celui entre Rites et Quaternity, je l'avais trouvé sympa mais un peu gauche à sa sortie, je l'ai réécouté y a quelques mois, il est franchement bancal et moche. Quant au second, franchement j'ai pas eu le courage.
Ikea citer
Ikea
17/05/2017 13:40
note: 8.5/10
@Gulo : de toute façon, je pense réécouter la discographie, voir si les choses changent à la lumière de ce nouvel album (et aussi car je vais passer une grosse commande chez Svart prochainement Moqueur )

@AGB : Je pense que ça peut te plaire. Je n'ai pas cité Occultation mais j'ai hésité...
gulo gulo citer
gulo gulo
17/05/2017 13:29
note: 8.5/10
J'avais totalement négligé d'écouter Quaternity à sa sortie, et qui sait si je l'aurais apprécié alors du reste - mais il est excellent et très émouvant aussi.
AxGxB citer
AxGxB
17/05/2017 13:23
L'artwork est somptueux et la chronique donne envie d'y plonger. A essayer. Merci Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sabbath Assembly
(Hard) Rock progressif / Doom Metal
2017 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (9)  7.68/10

plus d'infos sur
Sabbath Assembly
Sabbath Assembly
(Hard) Rock progressif / Doom Metal - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 12 Mai 2017

vidéos
Does Love Die
Does Love Die
Sabbath Assembly

Extrait de "Rites of Passage"
  

tracklist
01.   Shadows Revenge
02.   Angels Trumpets
03.   I Must Be Gone
04.   Does Love Die
05.   Twilight of God
06.   Seven Sermons to the Dead
07.   The Bride of Darkness

Durée : 44 minutes 48 secondes

line up
Mørkt Tre
To the Graves of Smoldering...
Lire la chronique
Krimh
Gedankenkarussell
Lire la chronique
Aura Noir + Necroblood + Occvlta
Lire le live report
Au-Dessus
End Of Chapter
Lire la chronique
Mutoid Man
War Moans
Lire la chronique
Nortt
Gudsforladt
Lire la chronique
Morfin
Consumed By Evil
Lire la chronique
Oceano
Revelation
Lire la chronique
Soundgarden
Superunknown
Lire la chronique
Deflesher - Interview pour l'album "Ossuary"
Lire l'interview
Black Sabbath
Black Sabbath
Lire la chronique
Gods Forsaken
In A Pitch Black Grave
Lire la chronique
Essaie de ne pas te suicider !!!
Lire le podcast
Insidious one
Хочу, чтобы все умерли...
Lire la chronique
Deflesher
Ossuary
Lire la chronique
Obelyskkh
The Providence
Lire la chronique
The Furor
Cavalries Of The Occult
Lire la chronique
Slaamaskin
2016 (EP)
Lire la chronique
Nicolas Muller
Abécédaire pour les musicie...
Lire la chronique
In Death...
The Devil Speaks
Lire la chronique
Nargaroth
Era of Threnody
Lire la chronique
Skáphe
Untitled (EP)
Lire la chronique
Neverlight Horizon
Dead God Effigies
Lire la chronique
Sabbath Assembly
Rites of Passage
Lire la chronique
Black Sabbath
Forbidden
Lire la chronique
Unchained
Chasing Shadows
Lire la chronique
Feller Buncher
203040 (EP)
Lire la chronique
Smoke Mountain
Smoke Mountain (EP)
Lire la chronique
No One is Innocent + Tagada Jones + Ultra Vomit
Lire le live report
Clutch + Valient Thorr
Lire le live report