chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Neverlight Horizon - Dead God Effigies

Chronique

Neverlight Horizon Dead God Effigies
Quasiment inconnu par chez nous le combo de Liège n’est pourtant pas le dernier venu vu qu’il est en activité depuis 1999, et qu’il a sorti deux albums au milieu de la précédente décennie qui sont passés relativement inaperçus. Après un long break celui-ci revenait avec un EP en 2014, puis l’an dernier avec deux nouveaux membres (le guitariste Xavier Toulmond, et le bassiste Simon Pailhe) afin d’enregistrer ce troisième opus de haute tenue qui devrait enfin leur amener une vraie notoriété. On sait en effet que la scène extrême Belge bien qu’étant hyper talentueuse souffre d’un déficit de visibilité, le quintet ne déroge pas à la règle mais désormais signé chez Great Dane Records nul doute que cela ne devrait désormais plus durer, tant cet album a les atouts pour faire sortir ses créateurs de l’anonymat.

Ceux-ci nous proposent trente-cinq minutes de Death bien sombre et brutal qui lorgne sans vergogne du côté des premiers CANNIBAL CORPSE pour le côté direct et primal, le tout avec une voix très puissante qui n’est pas sans rappeler les grands Glen Benton et Frank Mullen. D’ailleurs pendant tout ce temps ça ne sera qu’une déferlante de brutalité via des riffs acérés, une batterie mitraillette, et un chant possédé qui module à l’envie … mais réduire les huit titres à cela serait faire preuve de légèreté tant l’ensemble se révèle plus dense et varié qu’on pourrait le croire, et comme le style n’en offre que trop peu souvent. Car bien que démarrant directement pied au plancher et sans introduction inutile, on s’aperçoit de suite que malgré un classicisme apparent et assumé « Useless Humanity » est beaucoup plus recherché qu’il n’en a l’air, même si ici priorité est donné à la brutalité et au déluge de blasts et hammerblasts, calés entre deux parties de double à la précision chirurgicale. On remarque en effet le jeu varié de Julien Nicolet derrière ses fûts qui n’hésite pas à insérer quelques cassures et variations au milieu de parties ultra-rapides et précises, dont le rendu naturel sied parfaitement à l’ensemble. Le chant growlé est impeccable, et pour éviter une certaine répétition le second guitariste n’hésite pas à sortir une voix criarde quand il le faut et de manière éparse, comme on l’entend également sur « From Black Liquid To Extinction » qui est construit un peu de la même manière et laisse aussi beaucoup de place à la vitesse, mais où quelques parties plus lourdes se font remarquer, tout comme du mid-tempo que l’on va retrouver un peu partout et prouvent que les gars ne font pas que matraquer indéfiniment. On s’en rend compte avec l’excellent « Drowning Blackness » qui se compose de trois parties distinctes, où après un démarrage en trombe l’ensemble se calme et se fait assez remuant avant de s’alourdir pour mieux réaccélérer et finir aussi fort qu’il a débuté, à l’instar de « The Awakening » tout aussi réussi. Celui-ci laisse autant d’espace à ces deux passages, tout en y ajoutant un léger groove parfait pour headbanguer dont on prend plaisir aussi à taper du pied, entre deux rasades de haute vitesse et de fulgurances bien troussées. Le morceau-titre qui suit est le parfait condensé de ce que les mecs ont fait sur les titres précédents, ici on a droit en plus à un tempo volontairement bridé durant quelques instants où l’ambiance prime sur la fureur, le tout mis en exergue par un solo de très bon niveau qui étonne et permet donc à ce « Dead God Effigies » de se différencier des autres compos entendues jusque-là. En effet les parties lead sont extrêmement rares du début à la fin, elles sont jouées avec parcimonie et l’on peut finalement le regretter car elles amènent un vrai plus en étant à la fois techniques et mélodiques.

Du coup c’est finalement un des seuls défauts qu’on pourra reprocher à cet opus, car arrivé à mi-parcours il n’y a franchement rien à dire tant l’ensemble est cohérent et tient la route, et la suite confirmera ses impressions. « Diabolic Mask Of War » va étonner au départ car on pense qu’on a droit à un interlude calme, à la fois spatial et mystérieux, cependant après des notes de guitares calmes et une batterie relativement douce l’ensemble va monter en puissance au bout de trois minutes, pour devenir une compo plus classique qui se terminera comme elle a commencé. Après cette surprise originale et parfaite pour repartir sur de bonnes bases le surprenant et très bon « God Of Suffering » fera son apparition et montrera un visage du combo plus massif et pénétrant, où ici la vitesse est pratiquement absente et laisse plus de marge de manœuvre à la lourdeur et au côté entraînant. Enfin « Desperate Final Assault » clôt les hostilités en sortant toute sa palette et en mélangeant toutes les influences de ses créateurs, pour un rendu là-encore à la hauteur des espérances et de même qualité que le reste.

Au bout de cette demi-heure on ressort totalement conquis tant les mecs se sont surpassés et ont sorti de loin leur meilleur disque à ce jour, où l’on ne voit poindre aucune lassitude malgré les écoutes. A la fois très sombre et sans concessions il mérite pourtant d’être mit dans la lumière tant ses qualités sont nombreuses et les défauts minimes (quelques plans reviennent un peu trop fréquemment – sans influence toutefois sur l’accroche générale), qui confirme une fois de plus que le plat pays possède en son sein un très grand nombre de talents cachés qui ne demandent qu’à émerger, c’est tout ce qu’on peut souhaiter aux acharnés liégeois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
15/08/2017 09:46
Foutrement efficace, le brutal death de nos amis Belges n'en oublie pas pour autant les mélodies meutrières ("god of suffering" en est le plus bel exemple). Et plusieurs mois après sa sortie, le plaisir d'écoute de ce "Dead god effigies" reste intact...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Neverlight Horizon
Death Brutal
2016 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  7.52/10

plus d'infos sur
Neverlight Horizon
Neverlight Horizon
Death Brutal - 1999 - Belgique
  

tracklist
01.   Useless Humanity
02.   Drowning Blackness
03.   The Awakening
04.   Dead God Effigies
05.   Diabolic Mask Of War
06.   From Black Liquid To Extinction
07.   God Of Suffering
08.   Desperate Final Assault

Durée : 35 minutes

line up
parution
10 Septembre 2016

Essayez aussi
Septycal Gorge
Septycal Gorge
Scourge Of The Formless Breed

2014 - Autoproduction
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Portals To Canaan

2013 - Unique Leader Records
  
Vital Remains
Vital Remains
Dawn Of The Apocalypse

2000 - Osmose Productions
  
Atheretic
Atheretic
Apocalyptic Nature Fury

2006 - Galy Records
  
Cephalectomy
Cephalectomy
The Dream Cycle Mythos (EP)

2008 - Discorporate Music
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique