chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nargaroth - Era of Threnody

Chronique

Nargaroth Era of Threnody
Si je voulais bien dorer ma réputation, soit je me retiendrais de faire des chroniques de NARGAROTH, soit je mentirais sur les sensations que me procurent ses albums. Parce que la formation de Kanwulf a des ennemis. Parce qu’il est de bon ton de se moquer de l’Allemand. Parce qu’on passe vite pour un rigolo quand on l’apprécie.

Mais je m’en fous, j’assume. J’aime. Et en plus j’ai aimé tout, ou presque. Déjà Herbstleyd, l’album frigorifique. Certains morceaux y sont totalement crus, incisifs et prenant à la gorge, et d’autres témoignent déjà du caractère ambigu de leur géniteur, amateur à ses heures de rythmes lents, de mélodies désespérées. Et Kanwulf a toujours été tiraillé entre ses différentes facettes. Il a par la suite tout essayé. Il les a conciliées sur Black Metal ist Krieg, album où l’on retrouve aussi bien des morceaux qui défoncent (« The Day Burzum Killed Mayhem »), que d’autres qui font office de berceuses pour le mini-monstre qui se cache en nous (« Amarok – Zorn des Lammes III »). Il a essayé de diluer sa violence pour garder un esprit plus BURZUMien sur Geliebte des Regen, et au contraire il a voulu montrer qu’il pouvait retrouver un esprit combattif, raw et primaire en enregistrant Semper Fidelis avec du matériel lo-fi. Il y était agressif comme on l’avait rarement vu.

C’était il y a déjà 10 ans, et depuis, il a remis de l’eau dans son vin, d’abord avec Jahrenszeiten, cette ode aux 4 saisons qui en ont encore perturbé beaucoup qui ont surtout eu du mal à se remettre des premières minutes de « Fruhling ». Une entrée en matière volontairement archi-claire, un synthé de kermesse qui semble ouvrir le bal de la bière. Mais qui s’efface peu à peu et laisse place à un NARGAROTH convaincant. Et il ne fallait pas oublier que c’était un concept. La première saison traitée était le printemps et il fallait qu’il y ait ces ambiances envolées pour le représenter. Et au fil des titres les saisons passaient et les ambiances se faisaient plus sombres. Non, c’est un très bon album, qui souffrait peut-être d’une batterie trop synthétique...

Et ensuite ? Peu de nouveautés si ce n’est un album collaboratif avec NYCHTS en 2011, trèèèèès dispensable. Et il a fait ses tournées dans le monde entier. On retiendra surtout la fin de la collaboration historique avec No Colours Records, en 2013. Pourquoi ? Parce que Kanwulf, qu’il faut finalement appeler Ash depuis déjà quelques années, avait envie de reprendre en main sa discographie. Du coup on a pu retrouver en 2016 la quasi totalité de ses sorties sur Inter Arma Productions, le nom du label en question.

2017. Nouvel album. Et tu as vu la note ? 9/10. Bah oui, et le pire c’est qu’il le mérite. Era of Threnody est une bombe. Pas si tu aimes le black metal sans concession, pur et dur, mais il est incontournable si tu as compris qu’on a le droit d’intégrer de tout dans ce style. Mais même sans ces « artifices », ce qui rend cet album si magistral c’est d’abord le talent de Ash pour trouver et ajouter des mélodies claires à son black metal agressif et surtout pour plaquer des lignes vocales monstrueuses. Il a le talent pour caler ses vocaux raclés idéalement. Leur rythme, leur phrasé, leur ton. Il ne prend pas la paroles constamment mais sait où mettre sa voix pour être efficace ! Il y a des moments où c’est divin, et pour s’en convaincre il faut écouter « Conjunction Underneath the Alpha Weel ». Rien que pour cette piste, achète l’album ! En triple même. Pas evil ? Là je suis d’accord, mais le NARGAROTH 2017 s’en fout. Il créé plutôt des paysages immenses. Il ouvre des portes gigantesques. Ce titre m’enchante, et me fait pousser des petits cris de joie, Hihihi, hihihi. Et les 4 dernières minutes sont pfffffff ! Non, il n’y a pas de mot plus proche du résultat que pffffff ! « Folles » peut-être... On croit que c’est fini, les riffs divins repartent de plus belle, et finalement la jouissance va encore plus haut avec en dernière surprise les chœurs mis en avant. J’ai vu ce qu’il y avait au-dessus des nuages !

C’est sans doute la meilleure piste. Quoique... Il y a de la bravoure dans beaucoup d’autres, qui lui tiennent la dragée haute. Il y a par exemple des ambiances... flamenco ! Tu y crois toi ? Flamenco, c’est complètement débile et risible, mais non. C’est même au contraire totalement crédible et ça s’intègre le plus naturellement du monde à l’univers de cet opus ! C’est le morceau « Era of Threnody », au début. Cette piste est d’ailleurs un gros OVNI, avec un break à la cinquième minute sur lequel la pluie s’invite, accompagnée de coups de tonnerre et enchainée par deux minutes faussement épiques, avec des vocaux clairs qui caressent les oreilles...

Des breaks rêveurs, il y en a aussi sur « ...as Orphans Drifting in a Desert Night ». Très sous-marin comme ambiance. Il me met une tenue de plongée, m’emmène au fond des océans, et là, tout à coup, dans l’obscurité ambiante, des lumières mystérieuses s’allument et me font découvrir une citadelle oubliée, belle à couper le souffle. C’est tellement bon comme break que je ne peux qu’en faire des commentaires aussi débiles que la phrase précédente.

Un autre exemple encore, « My Eternal Grief, Anguish Neverending », un rythme lent. Presque un slow rahahahaa. Tu fermes les yeux, tu te revoies à 15 ans, le visage emboutonné à tenir les hanches de Célina. Et d’un coup PAF, les vocaux deviennent clairs sur la 5ème minute et le morceau prend des accents de PARADISE LOST. La voix répète inlassablement « My Eternal Grief, Anguish Neverending ». C’est angoissant à quel point ça peut rester en tête ! Woaw !

Je te garde quelques surprises, mais sache juste que Ash ne voulait pas que tu penses qu’il s’est complètement castré. Il a certes réussi à mêler toutes ses influences, en incluant aussi du heavy metal, mais il sait encore montrer les dents. Deux pistes en attestent, très thrash-punk et du coup plus courtes, aux alentours des 3 minutes : un « Love is a Dog from Hell » très simple, très con, mais sur lequel on se retrouve à hurler aussi le refrain, et un « TXFO » à la mélodie là aussi entrainante.

J’adhère. Et c’est une joie. Comme j’ai été heureux en 2016 de retrouver ANCIENT au meilleur de sa forme après 12 ans d’absence, je savoure cet album de NARGAROTH qui ne ressemble pas à ce qu’il à fait jusqu’à maintenant tout en en reprenant les grandes lignes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
23/05/2017 13:24
Je me joins au concert des détracteurs, je trouve aussi ça majoritairement chiant même si y'a 2-3 passages qui m'accrochent un peu. C'est le chant qui me gène le plus je pense.
Je trouve pas particulièrement ça "épique" d'ailleurs.
Ber Val citer
Ber Val
19/05/2017 10:10
note: 7/10
Sakrifiss a écrit : Ber Val a écrit : ça passe bien pour se couper les ongles des pieds ou faire du repassage comme dirait l'autre.

Tu dois avoir de songles de pieds hyper dégueulasses !!! Parce que l'album dure une heure. Ou alors tu en profites pour mettre un peu de vernis ? Rahahah !!!


Arf ! Me voilà démasqué ...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
19/05/2017 06:25
note: 9/10
Ber Val a écrit : ça passe bien pour se couper les ongles des pieds ou faire du repassage comme dirait l'autre.

Tu dois avoir de songles de pieds hyper dégueulasses !!! Parce que l'album dure une heure. Ou alors tu en profites pour mettre un peu de vernis ? Rahahah !!!
Goodnacht citer
Goodnacht
18/05/2017 23:29
En compétition pour l'album de l'année contre le new Nokturnal Mortum pour ma part, désolé Ghost Bath.
Un album plus calme mais ras la gueule d'émotions.
Kedran citer
Kedran
18/05/2017 19:16
Sacré René, je l'aime bien moi. Merci pour ta chronique Sakri, je vais écouter ça avec attention.
Ber Val citer
Ber Val
18/05/2017 17:05
note: 7/10
ça passe bien pour se couper les ongles des pieds ou faire du repassage comme dirait l'autre.
TempleOfAsgaard citer
TempleOfAsgaard
18/05/2017 16:57
Je l'ai pas encore écouté en entier, mais une chose est sûre : Nargaroth m'a toujours surpris, en bon comme en mauvais, et je pense qu'un groupe qui "divise" comme tu dis mérite que l'on s'y intéresse encore plus...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/05/2017 13:51
note: 9/10
dantefever a écrit : Dieu ce que c'est chiant

Tu vas aller en enfer !!!

Nargaroth divise profondément. C'est ce que je signifiais dans le premier paragraphe.
En regardant les chros des autres albums, faits par d'autres chroniqueurs, le constat était le même. Véritablement divisés.

dantefever citer
dantefever
18/05/2017 12:02
Dieu ce que c'est chiant
mayhem13 citer
mayhem13
18/05/2017 10:13
Cher ami, sacré pavé que tu nous as pondu là! Je ne connaissais que de nom, mais aux vues de ta note et de ta rédac', tu m'as donné envie de découvrir ce groupe. Je m'incline devant la qualité de tes chroniques qui s'améliorent avec les années.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/05/2017 08:45
note: 9/10
Je me suis dit aussi au début qu'il était long, mais en écoutant par la suite piste par piste, leurs différences font qu'il n'y a pas tant de répétitions que ça. On arrive à vite discerner telle ou telle piste.
Sagamore citer
Sagamore
18/05/2017 08:11
note: 8/10
Très bon album bien qu'un peu trop long et dense à mon goût. J'avais complètement oublié Nargaroth après "Jahreszeiten", il se rappelle à mon bon souvenir ici. Krimh derrière les fûts apporte un petit quelque chose en plus qui n'est pas négligeable.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nargaroth
Black Metal Epique
2017 - Inter Arma Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (9)  8.61/10

plus d'infos sur
Nargaroth
Nargaroth
Black Metal Epique - 1996 - Allemagne
  

tracklist
01.   Dawn of Epiphany
02.   Whither Goest Thou
03.   Conjuction Underneath the Alpha Weel
04.   ...as Orphans Drifting in a Desert Night
05.   The Agony of a Dying Phoenix
06.   Epicedium to a Broken Dream
07.   Love Is a Dog from Hell
08.   Era of Threnody
09.   TXFO
10.   My Eternal Grief, Anguish Neverending

Durée : 64:20

line up
parution
16 Mai 2017

voir aussi
Nargaroth
Nargaroth
Semper Fidelis

2007 - No Colours Records
  
Nargaroth
Nargaroth
Jahreszeiten

2009 - No Colours Records
  

Essayez aussi
Summoning
Summoning
Let Mortal Heroes Sing Your Fame

2001 - Napalm Records
  
Summoning
Summoning
Minas Morgul

1995 - Napalm Records
  
Summoning
Summoning
Dol Guldur

1996 - Napalm Records
  
Macabre Omen
Macabre Omen
Gods Of War - At War

2015 - Ván Records
  
Catamenia
Catamenia
Eskhata

2002 - Massacre Records
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique