chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

In Death... - The Devil Speaks

Chronique

In Death... The Devil Speaks
Pendant longtemps le pays des kangourous a été le porte-drapeau des vétérans du bon vieux Hard-Rock des familles (AC/DC, ROSE TATTOO) et du Black/Thrash le plus épique, cru et énervé (DESTRÖYER 666, GOSPEL OF THE HORNS). Pourtant depuis quelques années celui-ci a fait sa mue en voyant débarquer toute une foule de jeunes loups désireux de rendre hommage aux anciens (AIRBOURNE), de se lancer dans le brutal pur et dur (DISENTOMB, BELLIGERENT INTENT), ou de prendre la voie du Metal plus moderne (THY ART IS MURDER). C’est ce dernier point qu’a choisi le combo de Brisbane qui depuis ses débuts en 2006 oscille entre le Death technique, le Deathcore et le Thrash (le tout avec un son surpuissant dans la lignée des productions actuelles), et aura mis le temps pour sortir son premier album. Car avec une démo et deux EP en une décennie on ne peut pas dire que le quintet soit des plus productifs malgré un line-up des plus stable (seul un changement de guitariste rythmique est intervenu en 2013), mais quand on entend le résultat de cette longue attente on se dit que cela en valait la peine tant on risque d’entendre parler d’eux dans un futur proche.

Car dès les premières secondes de « Malignancy Eradicated » la puissance dégagée saute aux oreilles, ainsi que son riffing légèrement syncopé et typiquement Core, avant que l’ensemble ne se mette en branle pour proposer quelques blasts, des accélérations, un break légèrement tribal, ainsi que des parties remuantes (que l’on retrouvera beaucoup par la suite) et d’autres plus lourdes, qui font la réussite totale de ce titre d’ouverture qui est probablement celui qui propose le plus de variété et de moments rapides, à l’instar de « Bow To Your Master ». Celui-ci montre les références thrashesques de la bande qui sont insérées entre des passages de double massifs, et d’autres plus groovy où l’on se prend à taper du pied joyeusement entre les très bons solos que l’on entend ici et là, et qui eux aussi font preuve d’une grande diversification pour un rendu là-encore imparable. Puis progressivement la galette s’alourdit lentement mais sûrement, en premier lieu avec « The Pitfalls Of Immortality » où après un démarrage assez tribal on se retrouve pris à headbanguer durant près de cinq minutes entre les accélérations brutales et les rythmiques syncopées (qui renforcent ce sentiment d’écrasement), sur fond de double ultra-carrée et précise. S’ensuit après cela un triptyque de haute volée qui démarre avec « Every Burial » où après un début en fanfare et express la dynamique va rester au sommet, même si le morceau va gagner en technique et en pesanteur grâce à un riffing façon mur du son, et une batterie tout en variations et en groove qui amène plus d’accroche et une absence de linéarité. Avec « Godzilla » retour à plus de vitesse et à même quelques blasts salvateurs, au milieu d’un océan de guitares massives et d’un tempo général qui lorgne majoritairement vers le mid, tout comme avec l’excellent « Fuck Your Kind » qui donne encore plus envie de se dandiner et qui comprend pas mal de cassures pour éviter la monotonie. Celle-ci ne risque pas d’arriver tant encore une fois Ben McKay derrière son kit se montre audacieux et impressionnant de facilité et permet à ses compères de pousser leur musique vers le haut, notamment au moment de l’arrivée bienvenue du morceau-titre instrumental (qui n’apporte pas grand-chose au final).

On s’aperçoit ici que la prestation du frappeur offre une bouffée d’oxygène à l’ensemble de ses équipiers, puisqu’il faut bien reconnaître que la paire Brian Page et Ray Temperley a tendance à ressortir assez souvent les mêmes plans et idées, tout comme le chant (certes puissant et implacable) de Kell Pressnell qui ne varie pas des masses et qui garde la même tonalité tout du long, comme on s’en apercevra sur « King Of The Deadpool » qui clôt les débats en offrant un condensé agréable de ce qu’on a pu entendre auparavant. Malgré ses quelques petites fautes de goût les Australiens rendent une copie propre et qui passe très bien le cap des multiples écoutes (grâce notamment à une durée parfaite qui permet de conserver une oreille attentive), et qu’on aura plaisir à ressortir régulièrement tant ce disque se révèle agréable et réussi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Death...
Deathcore / Thrash
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (2)  7/10

plus d'infos sur
In Death...
In Death...
Deathcore / Thrash - 2006 - Australie
  

vidéos
Godzilla
Godzilla
In Death...

Extrait de "The Devil Speaks"
  

tracklist
01.   Malignancy Eradicated
02.   The Pitfalls Of Immortality
03.   Bow To Your Master
04.   Every Burial
05.   Godzilla
06.   Fuck Your Kind
07.   The Devil Speaks
08.   King Of The Deadpool

Durée : 37 minutes

line up
parution
23 Septembre 2016

Essayez aussi
Through The Eyes Of The Dead
Through The Eyes Of The Dead
Malice

2007 - Prosthetic Records
  

River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique