chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Live at Last

Chronique

Black Sabbath Live at Last (Live)
Live at Last est l'un des rares témoignages de ce qu'était un concert de BLACK SABBATH dans les années 70. Constitué d'extraits de concerts captés le 11 mars 1973 au Free Trade Hall de Manchester et le 16 mars 1973 au Rainbow Theatre de Londres, le disque live aurait dû sortir courant 1973 mais le groupe, jugeant les rush peu convaincants, renonça finalement au projet. Ce n'est que sept ans plus tard que les enregistrements sont exhumés dans des circonstances très particulières et sans l'accord du groupe. Le coupable de ce mauvais coup c'est Patrick Meehan, l'ex-manager de BLACK SABBATH et propriétaire légal des bandes de 1973.

Cet ancien collaborateur de Don Arden a pris en main la destinée du groupe de 1971 à 1975, contribuant à propulser BLACK SABBATH bien plus haut et loin que son prédécesseur, Jim Simpson. Quatre années de succès, d'argent coulant à flot, de drogue, de scène et de travail. L'ère Meehan c'est l'âge d'or du Sab, celle de Master Of Reality, Vol.4, Sabbath Bloody Sabbath. Le revers de la médaille, les quatre anglais l'ont découvert un peu tard, c'est que dans tout bon manager se cache une crapule sans foi ni loi. Patrick Meehan a financé les quatre artistes rubis sur l'ongle mais en contrepartie (et bien sûr sans les en avertir), il s'est attribué les droits sur leurs créations. Les procès pour récupérer leur dû occuperont les brummies durant toute la deuxième partie de la décennie 1970 et contribueront à saper leur moral, leur créativité et leur cohésion. Ozzy, Bill, Geezer et Tony ont fini par récupérer une grande partie des droits sur leurs œuvres mais certaines bandes sont restées entre les mains du manager.

Parmi celles-ci, les fameuses rush des concerts de 1973 que l'indélicat agent publie en 1980, pour surfer sur le succès remporté par Heaven and Hell (sorti en avril 1980) et jouer sur les inquiétudes des fans suite à l'éviction d'Ozzy Osbourne. Tandis que BLACK SABBATH trouve un nouveau souffle grâce au remplacement de Ozzy par Ronnie James Dio, l'album Live at Last vient jeter le trouble chez les fans au grand désarroi de BLACK SABBATH mais également de Ozzy Osbourne dont le debut album solo (Blizzard of Ozz parait à peine une mois après la sortie du Live At Last.

Bien qu'il n'ait jamais été officiellement reconnu comme un album original de BLACK SABBATH, Live At Last demeure un témoignage essentiel pour tout fan de la formation de Birmingham : c'est un live presque complet enregistré pendant l'âge d'or du Sab, à une époque où le groupe est encore en pleine ascension. Il comporte tous les éléments d'un live du Sab de cette époque et qui ont disparu depuis. Il y a notamment ce long, très long instru de "Wicked World" ponctué par une impro de Ozzy chargée de feeling. Outre cette petite perle, le live met en lumière le Ozzy Osbourne des années 70 et il n'a pas grand chose à voir avec le Ozzy Osbourne des années 2000. Le chanteur est beaucoup plus dynamique, naturel et touchant que la caricature qu'est devenu le Madman avec ses running gag moisis (le coucou) et ses gimmick épuisants (on lève les bras, on les remue de droite à gauche, on applaudit le batteur).

L'autre différence de taille par rapport aux derniers concerts de BLACK SABBATH (c'est à dire tous les concerts donné par le groupe depuis le live Reunion de 1998 jusqu'aux ultimes sets de la tournée THE END) c'est la setlist. Si elle contient déjà les morceaux signatures inamovibles que sont "War Pig", "Paranoid" et "Children Of The Grave", on y trouve également quelques petites perles rarissimes en concert comme ce fameux "Wicked World" de dix huit minutes ou "Killing Yourself to Live" comme un avant-goût de Sabbath Bloody Sabbath. Le concert atteint presque une heure car la plupart des morceaux sont étirés avec des instrus inédits. Certaines chansons bénéficient d'une interprétation alternative à la version studio, notamment "War Pigs" et "Paranoïd". Comme tout live qui se respecte, le public est bien audible et vivant.

Enfin, le disque se distingue par un mixage très naturel. A l'époque de sa sortie, Patrick Meehan à bossé à l'économie et ne s'est pas fendu d'une prod de concours mais ce travail à l'arrache donne à la galette un grain naturel d'époque beaucoup plus séduisant que le son artificiel et surmixé du Live Evil publié deux ans plus tard par un BLACK SABBATH soucieux d'offrir un concurrent officiel et "de poids" à cet horrible bootleg qu'est Live At Last. Notons enfin que les pistes de Live At Last ont été réunies et enrichies d'extraits supplémentaires dans l'album Past Lives publié, cette fois-ci officiellement par le groupe, en 2002.

nb : les extraits live que j'ai associés ne sont pas issu des concerts de 1973 ayant servi à l'album Live At Last mais je trouve qu'ils restituent bien ce qu'était le BLACK SABBATH de cette époque, un BLACK SABBATH qui n'a vraiment pas grand chose à voir avec l'image que le gang a développé à partir du début des années 1980.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
16/06/2017 23:27
note: 4.5/5
Voir les vidéos de Kill Yourself To Live et Children Of The Grave pour découvrir un Tony Iommi sans moustache!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
1980 - NEMS Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (3)  2.95/5

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - Royaume-Uni
  

vidéos
Killing Yourself To Live
Killing Yourself To Live
Black Sabbath

Extrait de "Live at Last"
  
War Pigs
War Pigs
Black Sabbath

Extrait de "Live at Last"
  
Children Of The Grave
Children Of The Grave
Black Sabbath

Extrait de "Live at Last"
  

tracklist
01.   Tomorrow's Dream -  (3:04)
02.   Sweet Leaf -  (5:27)
03.   Killing Yourself to Live -  (5:29)
04.   Cornucopia -  (3:58)
05.   Snowblind -  (4:47)
06.   Children of the Grave -  (4:32)
07.   War Pigs -  (7:38)
08.   Wicked World (contient des extraits de "Into the Void" et "Supernaut") -  (18:59)
09.   Paranoid -  (3:10)

Durée : 57:00

line up
voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Paranoid

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Forbidden

1995 - I.R.S Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Black Sabbath

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  

Essayez aussi
Satan
Satan
Life Sentence

2013 - Listenable Records
  
Enforcer
Enforcer
Diamonds

2010 - Earache Records
  
Katana
Katana
Storms Of War

2012 - Listenable Records
  
RAM
RAM
Death

2012 - Metal Blade
  
Trial
Trial
Motherless

2017 - Metal Blade
  

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique