chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Furor - Cavalries Of The Occult

Chronique

The Furor Cavalries Of The Occult
Il y a quand même des groupes qui portent bien leur nom. Prenez The Furor. Dans le genre furieux, le projet quasi solo de Louis Rando aka Dizazter (Impiety, Mhorgl...) se pose là. Mon postérieur garde encore les traces du précédent album de l'Australien, Impending Revelation, avec lequel j'avais découvert la machine de guerre en 2014. Fidèle à Transcending Obscurity, celle-ci s'est récemment remise en marche. Et à en juger par la pochette géniale toujours aussi clichée et le titre Cavalries Of The Occult pas plus finaud, difficile de penser que The Furor s'est reconverti dans le bal musette.

C'est évidemment à un metal extrême infernal et belliqueux que s'adonne toujours le groupe. Cavalries Of The Occult s'avère cependant plus thrash que son prédécesseur, sans pour autant oublier le gros blackened death qui tâche. On se retrouve donc avec un mélange détonnant de death, de black et de thrash dans un joyeux bordel qui part dans tous les sens. D'autant que la production, toujours dans ce souci d'en foutre plein les oreilles, ne fait pas dans la dentelle, avec notamment une batterie qui prend beaucoup de place dans l'espace sonore. Normal vu que c'est l'instrument principal du mercenaire Louis Rando, qui a récemment enregistré deux titres pour les fort sympathiques Cambion. Et le bonhomme aime beaucoup les blast-beats, surtout en courtes rafales, les blasts "mitraillette" à la sud-américaine ou le tchouka-tchouka thrashy. Il sait aussi faire dans le mid-tempo, l'opus se montrant plutôt généreux en changements de rythme, mais globalement ça avoine bien comme il faut. L'intensité, voilà ce qu'aime The Furor qui ne rechigne pas devant la besogne. Angelcorpse, Impiety, Krisiun, si ces groupes vous parlent, The Furor ne devrait pas non plus vous rester muet.

Car bien heureusement, il n'y pas que la batterie sur-mixée et au son un peu trop synthétique du sieur Dizazter, même si celle-ci a un côté assez jouissif dans son caractère expansif. Encore une fois, ce sont les guitares qui font bien la différence. Le riffing, entre tremolo death ou black et techniques plus thrash et groovies, reste en effet le point fort essentiel de l'album. C'est affûté, inspiré et plutôt varié. Si tous ne sont pas mémorables (quelques motifs plus passe-partout), il y en a suffisamment par morceau pour que le ratio finisse largement en positif. Et si je dis que le riffing est une des forces de The Furor, c'est aussi parce qu'on y trouve un bon sens de la mélodie. Les solos se taillent d'ailleurs une bonne part. On pourrait s'attendre à du vibrato n'importe quoi vu le genre mais pas du tout. Si on retrouve bien un côté chaotique dans l'urgence d'exécution, les solos se font la plupart du temps construits et bien mélodiques. On a même le droit à de beaux sweeps ("Second Coming Slaughtered", "Rampage Upon The Rational").

Je vous l'ai dit, Louis Rando est un homme généreux qui donne tout ce qu'il a. Quitte à gaver car oui, l'opus s'avère tout de même un peu long malgré toutes ces qualités. Cinquante-quatre minutes de satanic chaotic brutal thrashy blackened death metal, c'est assez rude, vous en conviendrez. Sur une telle longueur, difficile de rester excellent tout le temps. On note ainsi des petites baisses de régime à l'intérieur même des meilleurs morceaux ("Second Coming Slaughtered", "The Flames Of Fate", "Storm Of Swords", "The 30 Year War", "Rampage Upon The Rational") ou des titres très corrects mais un peu moins passionnants que je mettrais au début ("Death Manifest" et "Cavalries Of The Occult") et à la fin ("Fomes Peccati" et "Totaliterror"). Et puisqu'on en est à critiquer, les claviers ne servent à rien, comme d'habitude. Ils restent relativement discrets, laissant surtout s'exprimer les guitares et la batterie, mais ils n'ont pas leur place. Pas de claviers sur une musique bestiale, infernale et haineuse, bordel! Ça peut coller sur du doom/death ou des titres plus atmosphériques mais quand ça bourre, quel intérêt? On est encore une fois dans cet esprit d'en foutre partout. Idem pour le chant râpeux black/death, très bon mais auquel on colle souvent du dédoublement ou de la superposition de couches superflus.

Cela fait partie du charme de The Furor on va dire, lui qui va fêter ses quinze ans d'existence en septembre prochain. Et c'est vrai après tout. Il y a ainsi des bons et des mauvais cotés. L'intensité et la brutalité foutraque jouissives de ce death/black/thrash guerrier côtoient ainsi un sentiment de fouillis chaotique pas toujours maîtrisé, renforcé par la longueur excessive de l'œuvre qui aurait mérité un bon quart d'heure en moins malgré un propos relativement varié car certains titres se montrent plus dispensables et moins inspirés que d'autre (le début de "Fomes Peccati" est même carrément mollasson). La batterie sur-mixée et trop synthétique fait aussi partie de ces choses qui peuvent vite rendre irritable l'auditeur exigeant. Globalement, je garde donc une préférence pour le précédent Impending Revelation que je trouvais un peu plus homogène. Cavalries Of The Occult possède néanmoins tout un tas d'atouts à faire valoir, à commencer par un sens du riff et de la mélodie appréciable (certains tremolos vous hanteront un moment), restant un album tout à fait recommandable pour ceux dont les poils se hérissent quand on évoque des formations romantiques comme Impiety, Angelcorpse ou Krisiun. La guerre nucléaire en Enfer, c'est quand même vachement sympa!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Furor
Death/Black/Thrash
2017 - Transcending Obscurity
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (5)  7.2/10

plus d'infos sur
The Furor
The Furor
Death/Black/Thrash - 2002 - Australie
  

vidéos
Fomes Peccati
Fomes Peccati
The Furor

Extrait de "Cavalries Of The Occult"
  

tracklist
01.   Death Manifest
02.   Cavalries Of The Occult
03.   Second Coming Slaughtered
04.   The Flames Of Fate
05.   Storm Of Swords
06.   The 30 Year War
07.   Rampage Upon The Rational
08.   Fomes Peccati
09.   Totaliterror

Durée : 54'22

line up
parution
5 Mars 2017

voir aussi
The Furor
The Furor
Impending Revelation

2014 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Cop Skeletons
Cop Skeletons
Cop Skeletons (EP)

2018 - Grimfuture records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Prezir
Prezir
Contempt (EP)

2017 - Autoproduction
  
Swordmaster
Swordmaster
Postmortem Tales

1997 - Osmose Productions
  
Solar Demise
Solar Demise
Archaic War

2018 - Narcoleptica Prod.
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report