chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Insidious one - Хочу, чтобы все умерли

Chronique

Insidious one Хочу, чтобы все умерли
INSIDIOUS ONE est un groupe Russe, formé en 2015, qui propose un Thrash de grande qualité.

Bien que les paroles et les titres soient incompréhensibles pour nous Français de base, nous allons essayer de nous immerger dans l'ambiance proposée et découvrir leur album, dont les effets sont dignes d'un bon Silent Hill ou d'un Resident Evil bien flippant.

Хочу, чтобы все умерли (titre de l'album) ((j'avais dis que c'était incompréhensible, cela m'a même forcé à utiliser une double parenthèse, plutôt rare non ?)) est sorti le 14 février 2017, à la suite d'un EP en 2015 et de trois singles en 2016. Il propose 10 titres pour une durée de 41 minutes.

Commençons par jeter un œil sur l'artwork, avant de jeter une oreille sur la musique. De toute façon, même si c'est petit bout par petit bout, il ne restera pas grand chose de nous, pauvres auditeurs, à la fin de cette chronique. Un enfant effrayé, emprisonné, coupé en deux, avec les boyaux qui traînent par terre et amputé des deux mains. Cet artwork est particulièrement réussi en matière graphique, et son message d'horreur est violent et explicite. Je crois que ce pauvre garçonnet n'aura plus jamais droit au chocolat.

Au tout début de l'album, INSIDIOUS ONE offre une intro avec des arrangements électroniques et des passages au clavier, qui peuvent effrayer au premier abord car ces effets sont inhabituels pour un groupe de Thrash. Puis exit le clavier, qui refera une petite apparition dans le titre 8.

Ensuite, l'album démarre sur les chapeaux de roues, la dextérité des musiciens étant vraiment incroyable. On ressent dans les compositions et notamment dans le troisième titre, l'influence de groupes comme KREATOR et le MEGADETH des grands moments. Les rythmes de chaque titres sont vraiment très speed, mais de nombreux breaks ainsi que des passages harmoniques viennent régulièrement changer l'ambiance, et empêchent toute monotonie de s'installer. Deux titres, les 6 et 10 proposent toutefois un tempo plus lent. D'ailleurs le groupe s'en sert pour prodiguer des ambiances réellement effrayantes, qu'on ne retrouve pas souvent dans le Thrash, qui nous projettent littéralement dans les films d'horreur, de façon tout à fait fluide et naturelle.

Le chanteur, avec sa voix rauque et son accent Russe peu prononcé ne se contente pas de hurler. Il rythme parfaitement bien ses lignes de chant en fonction des ambiances, est capable de nous inquiéter ou de nous effrayer, sur la dernière chanson par exemple, de changer régulièrement ses intonations. On a même un duo en avant dernier titre.

Le bassiste se distingue en faisant littéralement claquer son instrument, dans la plupart des titres, et réalise une paire symbiotique avec les claviers en piste 8. D'ailleurs ce titre est un des meilleurs de l'album, on passe d'une ambience angoissante à une réelle euphorie, c'est excellent. Le batteur ne laisse pas sa part au chien (pauvre gamin sur la pochette, on se demande encore ce qui a pu lui arriver). Il arrive à nous faire décoller à la fin du titre 6, grâce à la double grosse caisse qui nous transporte littéralement, et propose une multitude de rythmes intensifs et variés dans le titre 8, qu'on peut prendre plaisir à écouter spécialement.

Le guitariste réalise également une prestation sans faute durant tout l'album. Riffs endiablés par ici, notes aiguës qui swinguent par là piste 5, passages lancinants en piste 7, enchaînements voire déchaînements de soli ... les techniques sont vraiment variées, efficaces et totalement ensorcelantes d'un bout à l'autre.

Cette réalisation d'Insidious One est donc une belle surprise qui souligne une fois de plus l'émancipation des groupes en provenance des pays de l'Est, groupes qui ne sont pas historiquement les pionniers de cette musique que l'on aime tant. L'inspiration est bien présente, et tout en gardant une cohérence Thrash, le groupe à su réaliser un album qui propose une vrai originalité. INSIDIOUS ONE arrive parfaitement à capter notre attention et une fois happé dans les mailles de leur filet, on ne peut pas s'en décrocher avant la fin, terme qui ajoute un sentiment de tristesse aux ambiances gores que l'on a déjà du encaisser précédemment. Excellent album que je recommande vivement d'écouter.

Ha oui, one more thing : quel idiot !!! J'ai failli oublier l'essentiel, j'ai failli oublier de vous présenter les membres du groupe !!!
Au chant : Alexander Shalaev
À la guitare, à la basse, à la programmation : Alexander Shalaev !! Mais alors ? Insidious One est un One Man Band ? Surprenant n'est-ce pas ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Insidious one
Speed/Thrash/Death Metal
2017 - Global Track Music Compagny
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Insidious one
Insidious one
Speed/Thrash/Death Metal - 2015 - Russie
  

vidéos
Ваша честь
Ваша честь
Insidious one

Extrait de "Хочу, чтобы все умерли"
  

tracklist
01.   Seele  (02:08)
02.   Красный океан  (04:49)
03.   Рождённый быть рабом  (04:20)
04.   Нищий музыкант  (02:58)
05.   Невидимка  (05:24)
06.   Сердцем к сердцу  (04:27)
07.   Ваша честь  (03:48)
08.   Анабиоз души  (04:40)
09.   Панцухантер  (03:57)
10.   Эскапист  (04:02)

Durée : 40:33

line up
parution
14 Février 2017

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Kalmah
Kalmah
The Black Waltz

2006 - Spikefarm Records
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Kalmah
Kalmah
For The Revolution

2008 - Spikefarm Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique