chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
14 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nortt - Gudsforladt

Chronique

Nortt Gudsforladt
Les classiques de Sakrifiss : 7/12

Il n’y a pas encore de chronique de NORTT sur Thrashocore. Deux raisons principales. La première c’est que je n’étais pas encore sur le site quand ce Danois était actif puisque son dernier essai date de 2008 et que je suis arrivé en 2012. La deuxième c’est que ceux qui sévissaient ici à l’époque n’ont pas survécu à l’expérience NORTT. Morts. Suicidés.

Et si toi aussi tu es une petite nature, fuis tout de suite. NORTT est une formation dangereuse qui mordille légèrement ton esprit pour te le voler en douceur. Tu risques de perdre tes moyens mais aussi ton âme en te plongeant dans sa musique lente, parfaitement équilibrée entre le doom et le black metal. Je ne suis pas fan de doom habituellement, mais là, j’ai un pied qui a voulu sauter dedans. Et pour moi, l’expérience a commencé en 2004, grâce au split sorti avec XASTHUR sorti chez mon label chouchou de l’époque, Total Holocaust Records. Deux formations qui allaient me traumatiser, mais aussi influencer beaucoup de leurs confrères amateurs d’ambiances sombres et désespérées. Elles ont toutes les deux marqué leur époque, et même si l’Américain a persévéré de nombreuses années, le Danois a disparu subitement. On est tenté de dire qu’il s’est alors arrêté à temps, avant que la lassitude ne soit complète. Le style ne se prêtait pas à reproduire éternellement des compositions similaires. Finalement il n’y a eu que trois albums. Quatre si on y ajoute la demo Graven, ressortie d’abord en 2004 par THR et en 2007 par Red Stream, Inc.

Et là, c’est du premier album dont j’ai décidé de parler. D’abord parce qu’autant commencer par le début, mais aussi parce qu’aussi bons soient les suivants, ils constituent une redite qui les met un cran en-dessous. Gudsforladt a tout de même la particularité de contenir plus de pistes que ses petits frères, avec des pistes plus courtes. 10 morceaux, un en plus pour la version CD, et une moyenne proche des 5 minutes par morceau alors que sur les autres sorties on en trouve qui font 10 voire 12 minutes. Mais finalement on se rend compte que la durée plus courte ne gène pas l’immersion.

Car ça oui, la musique de NORTT est immersive. Il s’agit d’une formule simple mais imparable. Du doom qui tire au maximum sur la pathos, avec des guitares qui grésillent lentement, des notes de piano délivrées au ralenti, un orgue qui caresse les lobes d’oreille de ses légères apparitions voilées, et une voix black, grave et solennelle, qui ne pleure pas mais lâche toute la misère du monde en quelques grognements, longuement marmonnés. C’est tout. Ou rien. La technique est inexistante et pourtant le mélange est monstrueusement pertinent, fantomatique et n’arrêtant pas de errer dans tout notre corps. L’impression de vide nous gagne et nous submerge. Mais elle créé aussi des envies d’observation. Ainsi deux réactions sont à prévoir. Le faible deviendra vite dépressif, tandis que l’autre aura envie de se poser le soir devant sa fenêtre et d’observer la futilité du monde créé par ces hommes ridiculeusement inutiles.

Ces 56 minutes peuvent alors en paraître beaucoup plus tant le voyage est profond. C’est un album qui arrive à détruire tout un environnement à en faire tomber un autre. Tout ce qui est autour de nous devient alors désolé, noir, laid, mais avec cette pointe de mélancolie et de déception qui nous achève en plein cœur. Difficile de retourner à ses petites occupations banales après ça.

Pour une fois mon « classique de Sakrifiss » est également un album majeur qui a fait souffrir beaucoup d’amateurs de musiques sombres dans le monde et la bonne nouvelle, c’est un petit scoop, NORTT sera de retour dans quelques mois avec Endeligt, dont trois titres sont déjà connus : « Endeligt », « Fra hæld til intet » et « Lovsang til mørket ». Comme quoi 10 ans sans nouvelles ne signifie pas toujours la mort d’un projet.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
25/05/2017 08:12
note: 9/10
Groupe essentiel. Que j'évite de trop écouter.
J'ai le souvenir de balades en forêt avec ses disques dans les écouteurs. Encore plus immersif !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nortt
Black doom funéraire
2004 - DieHard Music
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (4)  7.96/10

plus d'infos sur
Nortt
Nortt
Black doom funéraire - Danemark
  

écoutez
tracklist
01.   Graven
02.   Døden...
03.   Glemt
04.   Gravfred
05.   Hinsides
06.   Hedengangen
07.   Død og borte
08.   Nattetale
09.   De dødes kor
10.   Dystert sind
11.   Evig hvile

Durée : 56:53

line up
parution
13 Août 2004

Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique