chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mutoid Man - War Moans

Chronique

Mutoid Man War Moans
Peut-être connaissez-vous les speedruns, cette pratique consistant à terminer un jeu vidéo le plus rapidement possible. Il y a une époque où les vidéos de ce type de performance rythmées mes dimanches matins (via le site Nesblog notamment), appréciant regarder des joueurs user de leur talent limite obsessionnel de façon frénétique. Seulement, je me suis rapidement rendu compte qu'il y avait deux types de speedruns : ceux où le spectacle avait son importance derrière l'exploit, cherchant toujours à capter l'attention du spectateur par des acrobaties insolentes usant des possibilités laissées souvent accidentellement par les développeurs, et ceux qui... terminent simplement vite un jeu, tout en respectant son déroulé linéaire, acharnés à rester dans les clous.

Vous devriez voir où je veux en venir concernant ce nouvel album de Mutoid Man. Si Bleeder était comme vivre une course n'hésitant pas à quitter le décor ou utiliser les temps de chargement pour atteindre directement le boss final, War Moans, lui, donne le sentiment de suivre les codes, valoriser la démonstration de force au détriment du spectacle. Certes, l'on est au départ charmé de retrouver le trio Nick Cageao / Ben Koller / Steve Brodsky et ses mélodies qui donnent envie de regarder sa pile de jeux Super NES pour retrouver d'où elles proviennent. Mais l'on déchante vite, pris dans le sentiment étrange que tout ce déballage manque de « quelque chose », qu'avait son illustre prédécesseur et qu'on recherche le long de ces trente-neuf minutes sans parvenir tout à fait à mettre le doigt dessus.

Une frustration constante que j'ai mis quelque temps à expliquer. Pourquoi fais-je autant la moue à la fin d'un disque marqué par la détente, le plaisir de bouger la tête, les guitares en feu ? Pourquoi le chant de Steve Brodsky me laisse une sale mine alors qu'il m'avait mis sur les genoux auparavant ? Après quelques tours et retours, la raison finit par se deviner : d'hyperactif charmeur, où la virulence de ses compositions entre stoner, hardcore, glam et heavy metal s'habillaient d'atours pop pour mieux emmener dans un monde vénéneux, Josh Homme régnant en maître, Mutoid Man est devenu beauf. Indéniablement doué, encore capable d'époustoufler du début à la fin (signalons tout de suite que les critiques ci-présentes ne s'appliquent pas à « Irons in the Fire », beauté heavy metal poussant à punir les hérétiques sur son fidèle skateboard), mais étonnamment beauf. Beauf comme un joueur fier de lui-même, terminant en un temps record un jeu en difficulté maximale assis sur son trône en cuir, des restes de chips sur le T-shirt, un double-menton à peine caché par un hideux collier de barbe. Il faut l'entendre pour le croire : que ce soit lors du refrain de « Melt Your Mind » (gâchant à lui seul de sa bêtise un démarrage parfait), le southern bedonnant de « Bone Chain », les vocalises simplistes de « Kiss of Death » ou encore le déroulé aussi vigoureux que rectiligne de « Micro Agression » (oui, ça va vite et fort... mais en ligne droite, comme sur une autoroute ennuyeuse), les Ricains donnent l'impression de gâcher leurs incroyables atouts dans un exercice qui remplace cette classe particulière qu'avait Bleeder (aucun « Bridgeburner » à l'horizon ici, vous voilà prévenus) d'un « #swag » moderne, superficiel et horripilant.

Vous trouvez que j'y vais un peu fort ? Il est vrai que le groupe parvient encore à caser quelques lignes jouissives au sein de ses morceaux (« Open Flame », « Headrush » ou encore « Date with the Devil » par exemple), assez pour que l'envie de couper le disque avant sa fin ne se fasse pas trop ressentir. Mais un album qui n'est que « pas dérangeant », au mieux agréable, de la part de ceux qu'on avait placés sur un piédestal après Bleeder (et ce fantastique concert donné au Black Sheep à Montpellier) ne peut être que décevant voire horriblement frimeur, à la manière de « Bandages » et son guest de Chelsea Wolfe relayé à foison sur les réseaux sociaux alors que son apparition oblige à tendre l'oreille pour s'apprécier (« Hé, vous avez entendu qui on a amené sur notre album ? Comment ça, « pas vraiment » ? »). De sa production tellement fat qu'elle fait mal aux oreilles à son tracklisting trop incohérent enchaînant passages rapides et moments plus posés sans transmettre la sensation de fluidité de son grand frère, War Moans fait croire qu'il est l'enfant boiteux de Axe to Fall, longue-durée de Converge sortant aussi les gros bras et les mélodies faciles, mais sachant offrir de vraies belles mandales du début à la fin derrière ses velléités de « guitar hero ».

Un disque indigne de Mutoid Man en somme, ce groupe aussi tête brûlée qu'entêtant, aussi incisif que corrosif, aussi je-m’en-foutiste qu'appliqué. Dommage, j'attendais vraiment de War Moans qu'il me fasse narguer le soleil pour dépoussiérer ma manette Xbox One. À la place, Bleeder continuera de ponctuer mes parties de Metal Slug, tout en gardant l'espoir que cette dream team me fera oublier à l'avenir l'expression « feu de paille » que je suis prêt à lui coller. Game Over.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
26/05/2017 09:38
note: 5/10
Crois moi Krakou, j'espérais vraiment que ce disque me plaise. Mais non, je trouve cela trop gros, trop facile, joué avec "compétence" mais sans la finesse qu'avait Bleeder. La continuité, certes, mais qui cherche tellement à épater qu'elle en oublie ce qui faisait le charme du premier album, un peu comme ce que Matrix Reloaded a été pour le premier volet !
krakou citer
krakou
25/05/2017 21:27
note: 9.5/10
Tellement tellement surpris par ton avis Ikea... Je le trouve énorme ce disque, plus encore que Bleeder au final, et ce n'est pas rien tant j'ai kiffé Bleeder.
Vraiment du mal à comprendre ce qui te rebute tellement alors que pour moi on est dans la parfaite continuité du précédent. La seule chose c'est que le côté "heavy" est peut-être un poil accentué sur certains titres, mais il était déjà présent un peu sur le premier album.
Une bonne grosse claque encore pour moi donc et un disque que je trouve jouissif du début à la fin.
J'ajoute que j'adore la voix de Brodsky, que je trouve tout sauf insipide.
Sans aucun problème dans le top de l'année et vraisemblablement pas loin du sommet.
gulo gulo citer
gulo gulo
25/05/2017 13:24
note: 4.5/10
L'insipidité de cette voix, quand on pense à ce qu'elle était sur Bleeder... Ce disque est un tour de force dont le seul équivalent est ce que Quantum of Solace accomplit avec Casino Royale.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mutoid Man
Stoner / (Post) Hardcore / Rock
2017 - Sargent House
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (3)  6.83/10
Webzines : (9)  7.27/10

plus d'infos sur
Mutoid Man
Mutoid Man
Stoner / (Post) Hardcore / Rock - 2012 - Etats-Unis
  

vidéos
Kiss of Death
Kiss of Death
Mutoid Man

Extrait de "War Moans"
  
Date with the Devil
Date with the Devil
Mutoid Man

Extrait de "War Moans"
  

tracklist
01.   Melt Your Mind
02.   Bone Chain
03.   Micro Agression
04.   Kiss of Death
05.   Date with the Devil
06.   Headrush
07.   Irons in the Fire
08.   War Moans
09.   Wreck and Survive
10.   Open Flame
11.   Bandages

Durée : 38 minutes 50 secondes

line up
parution
2 Juin 2017

voir aussi
Mutoid Man
Mutoid Man
Bleeder

2015 - Sargent House
  
Mutoid Man
Mutoid Man
Helium Head (EP)

2015 - Sargent House
  

Essayez plutôt
Capricorns
Capricorns
Ruder Forms Survive

2005 - Rise Above Records
  
StoneBirds
StoneBirds
Time

2017 - Autoproduction
  
Helms Alee
Helms Alee
Sleepwalking Sailors

2014 - Sargent House
  
Helms Alee
Helms Alee
Night Terror

2008 - Hydra Head Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Weatherhead

2011 - Hydra Head Records
  

Déception de l'année
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique