chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Azarath - In Extremis

Chronique

Azarath In Extremis
Azarath. Pas le groupe de Pologne le plus populaire mais pourtant un des plus talentueux. Sorte de croisement entre le death metal typiquement polonais et le sud-américain sur sa première partie de carrière avec l'apogée Diabolic Impious Evil, la bande à Inferno, plus connu pour son activité chez la grosse cylindrée Behemoth, va prendre une direction mélodique plus black metal sur son méfait précédent, Blasphemers' Maledictions, qui sera son opus le plus abouti. Sans doute l'arrivée de Necrosodom (Thunderbolt, Anima Damnata, Deus Mortem) au chant et à la guitare a-t-elle fait évoluer la bête, qui gardait toutefois un visage brutal et evil. C'était en 2011. Six ans après, Azarath revient enfin sur le devant de la scène grâce à ce nouvel album sorti le mois dernier sur Agonia Records, In Extremis, que j'avais particulièrement hâte de décortiquer tant Blasphemers' Maledictions m'avait conquis.

Première bonne chose, Azarath a retrouvé son ancien logo. La sympathique pochette revient elle aussi à quelque chose de moins moderne, plus classique, mais tout en restant colorée et loin des artworks noir et blanc minimaliste des premiers opus. Il s'agit en fait d'indices sur le contenu musical de ce In Extremis qui fait quasiment un virage à 180° par rapport à Blasphemers' Maledictions. Autant dire que je ne m'attendais pas vraiment à ça, pensant que les Slaves allaient continuer sur la voie de ce dernier qui avait fait l'unanimité. Disons le clairement, In Extremis m'a déçu. L'influence black metal se fait ici beaucoup moins sentir au profit d'un retour au death metal virulent et épuré d'antan. Le travail sur les mélodies et les ambiances, un des points fort du disque précédent, se fait aussi moindre sur ce petit nouveau qui marque donc une certaine forme de régression musicale. Dans cette logique, In Extremis se fait plus brutal et direct que son grand frère, quoique celui-ci ne donnait pas non plus dans la musique de chorale. On retrouve ainsi le jeu typique d'Inferno sur les anciennes réalisations. Des blast-beats en rafales courtes et foudroyantes entrecoupés de descentes de toms tout aussi fulgurantes, des blasts mitraillette à la sud-américaine et du semi-blast. Un peu de tchouka-tchouka thrashy aussi mais beaucoup moins. Bref, ça bourre souvent, à l'image du très Morbid Angel "Venomous Tears (Mourn Of The Unholy Mother)" qui n'en finit pas de blaster sur presque trois minutes. Ce qui me va très bien dans l'absolu aussi seulement le Polonais, seul membre originel de la formation, a tendance à me gaver sur cet opus. J'aurais préféré des blasts tenus plus souvent comme c'est trop peu le cas (fin de "Annihilation (Smite All The Illusions)", milieu de "The Slain God") même si ces salves brèves donnent un effet plus agressif mais moins puissant car la production se montre étonnamment petit-bras.

Un retour en arrière, pourquoi pas après tout. Ça ne me dérange pas si c'est bien fait. C'est bien là le problème. In Extremis est loin d'être nul mais l'inspiration ne se retrouve pas toujours au top, que ce soit sur les riffs ou les solos, plutôt chaotiques. Symbole de cette banalisation, le dernier morceau "Death" qui clôt l'album de façon assez anecdotique alors qu'il est plutôt de bon ton de finir sur quelque chose de marquant. Et soyons exact. Ce nouvel opus a en fait le cul entre deux chaises. Il ne marque pas tout à fait un revirement total par rapport à Blasphemers' Maledictions puisque l'on sent encore les influences de l'œuvre sur celle-ci lors de certains passages comme les dissonances de "The Triumph Of Ascending Majesty" ou les breaks à 3'24 de "At The Gates Of Understanding" et de "Parasu Blade" vers 2'25, ainsi que sur certains tremolos aux mélodies plus prononcées ("Let My Blood Become His Flesh", "The Slain God", "At The Gates Of Understanding" et sa belle lead à 1'10, une des rares, "Parasu Blade", "Death"). Oui, il y en a quand même encore un peu de mélodie et plus que sur les albums les plus radicaux de la formation. Le morceau "The Slain God", le meilleur, aurait lui-même pu figurer sur Blasphemers' Maledictions car c'est lui qui s'en rapproche le plus dans l'esprit, notamment par sa percée plus lumineuse vers la première minute ou sa fin avec ces spoken words de plus en plus hurlés qui prennent aux tripes. Ce qui amène au chant typé et excellent de Necrosodom, plus blackened que celui de l'ex-frontman Bruno. Souvent en différentes intonations/couches superposées à la Behemoth pour un effet plus puissant et imposant. Pas comme s'il avait besoin de ça, remarquez. Vous n'avez qu'à écouter "Let My Blood Become His Flesh" quand il hurle "Genocide" à partir de 0'21 (frissons garantis!). J'aime aussi particulièrement ces cris bestiaux arrachés jouissifs comme sur le rageur "Sign Of Apophis" ou "Into The Nameless Night".

In Extremis a donc ses qualités, je ne dis pas le contraire. Je n'aurais pas mis 7/10 d'ailleurs, qui reste une bonne note. Des morceaux comme "Let My Blood Become His Flesh", "The Slain God", "At The Gates Of Understanding", "Sign Of Apophis", "Into The Nameless Night" et "Venomous Tears (Mourn Of The Unholy Mother)", soit la majorité, s'avèrent tout à fait convenables. In Extremis est un album féroce aux morceaux courts et directs qui tape là où ça fait mal, ne laissant que peu de place aux compromis. Mais est-ce qu'on attendait ça de Azarath? Forcément un peu puisque cela fait partie de la culture du groupe. Mais personnellement, j'attendais surtout qu'il poursuive dans la direction de l'excellent Blasphemers' Maledictions, plus black metal et mélodique tout en restant suffisamment extrême (on est polonais ou on ne l'est pas!). Ici, le quatuor opère un retour aux sources moins risqué et ambitieux, préférant revenir à un son plus classique tout en gardant des traces de l'évolution du prédécesseur. Pas assez à mon goût. In Extremis aurait en fait dû sortir après Praise The Beast, se positionnant comme le chaînon manquant entre l'époque radicale et un Blasphemers' Maledictions plus lumineux et raffiné. Un anachronisme que j'ai du mal à accepter et qui me laisse un goût de déception dont je n'arrive pas à me débarrasser. D'autant que même en faisant abstraction de ce demi-tour, la qualité se révèle tout simplement moins élevée. Et je viens en plus d'apprendre le départ de Necrosodom qui faisait un boulot formidable au sein du groupe. Coup dur pour le compositeur Bart et le reste de la troupe. Le choix de son remplaçant se porte toutefois sur Skullripper d'Embrional, le petit groupe polonais qui monte. Plutôt un bon choix. À voir sur une prochaine sortie qui j'espère sera plus que simplement convenable de la part d'un groupe pour lequel j'ai la plus haute estime.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
27/08/2017 09:07
note: 8/10
J'en ai pas encore fini avec lui, mais je trouve que c'est définitivement un bon cru.

J'en attendais probablement moins que vous en éternel pessimiste que je suis après la claque Blasphemers' Maledictions, les groupes que j'écoute étant de plus en plus inconsistant, je me demandais quelle direction allez prendre la bande à Bart avec cet album. Et je n'ai pas été déçu, loin s 'en faut, le groupe sortant le chainon manquant entre PTB et BM.

Un disque rageur, brutal, avec ce qu'il faut d'accalmies pour relancer la machine, qui perpétue une certaine idée du death metal: pas de pitié pour les croissants! Headbang
Keyser citer
Keyser
03/06/2017 09:22
note: 7/10
livingdeadbyll a écrit : La déception après un 'Blasphemers' Maledictions' à l'apogée de leur art.
Ici le disque est inégal, le cul entre deux chaises et surtout desservi par une prod' molle, là où le précédent était puissant et clair. Plus de Death dans les riffs pourquoi pas (Blasphemers' a mis beaucoup de temps à détrôner Diabolic Impious Evil chez moi), mais là le disque fait vraiment en demi teinte.
J'en attendais peut-être trop de cet album...


Bon résumé de ma chronique en quelques lignes. Tout à fait de ton avis donc Clin d'oeil
livingdeadbyll citer
livingdeadbyll
03/06/2017 02:00
note: 5/10
La déception après un 'Blasphemers' Maledictions' à l'apogée de leur art.
Ici le disque est inégal, le cul entre deux chaises et surtout desservi par une prod' molle, là où le précédent était puissant et clair. Plus de Death dans les riffs pourquoi pas (Blasphemers' a mis beaucoup de temps à détrôner Diabolic Impious Evil chez moi), mais là le disque fait vraiment en demi teinte.
J'en attendais peut-être trop de cet album...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
29/05/2017 09:13
note: 7.5/10
J'ai toujours trouvé qu'il manquait un petit quelquechose chez les Polonais pour passer un cap, ce nouvel album ne déroge pas à la règle car il y'a des bonnes choses mais d'autres un peu trop passe-partout et basiques pour vraiment décoller. Un bon disque qui s'écoute bien mais pas de quoi non plus crier au génie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Azarath
Death Metal
2017 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  6.88/10
Webzines : (11)  7.38/10

plus d'infos sur
Azarath
Azarath
Death Metal - 1998 - Pologne
  

tracklist
01.   The Triumph Of Ascending Majesty
02.   Let My Blood Become His Flesh
03.   Annihilation (Smite All The Illusions)
04.   The Slain God
05.   At The Gates Of Understanding
06.   Parasu Blade
07.   Sign Of Apophis
08.   Into The Nameless Night
09.   Venomous Tears (Mourn Of The Unholy Mother)
10.   Death

Durée : 40'32

line up
parution
7 Avril 2017

voir aussi
Azarath
Azarath
Blasphemers' Maledictions

2011 - Witching Hour Productions
  

Essayez aussi
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  
Ritual Chamber
Ritual Chamber
The Pits of Tentacled Screams (Démo)

2015 - Hellthrasher Productions
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Gallery Of Suicide

1998 - Metal Blade
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
On Divine Winds

2010 - Metal Blade
  
House Of Atreus
House Of Atreus
The Spear And The Ichor That Follows

2015 - Dark Descent Records
  

Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique