chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Paranoid

Chronique

Black Sabbath Paranoid
Si Black Sabbath a été le disque de la révélation, Paranoid publié seulement six mois plus tard, est celui de la consécration. Plus cohérent, plus complet, plus personnel également, l'opus à la mystérieuse pochette doit une fois de plus une partie de son succès à l’intervention du producteur Roger Bain et du manager Jim Simpson. A la fin de la session d’enregistrement, constatant qu’il manque un morceau pour compléter une face du disque, Roger Bain demande aux brummies d’ajouter une chanson “de remplissage”. Tony Iommi, en se basant sur la ligne de basse de “Planet Caravan”, improvise une idée de riff sur laquelle Ozzy Osbourne pose une ébauche mélodique. Geezer Butler écrit le texte dans l’urgence avant de finaliser la section rythmique avec Bill Ward. Le morceau le plus célèbre et le plus emblématique de BLACK SABBATH a été créé en moins de trente minutes. A l’écoute de ce morceau, Jim Simpson et Vertigo sentent que leurs poulains ont accouché d’un single de haute tenue et décident de lui accorder une place de choix en ajustant le titre de l’album, initialement baptisé War Pigs. La décision ayant été prise à la dernière minute, l’illustration de l’opus n’a pu être modifiée et c’est donc ce ridicule guerrier rose (le fameux cochon de guerre) qui incarne bien maladroitement l’album Paranoid. Il existe toutefois une seconde explication sur le changement de titre de l’opus : le label craignait que le titre violemment antimilitariste ne grève les chances de succès du disque aux Etats-Unis et choisit donc un titre moins provocateur.

Le disque sonne plus Hard que Heavy : un riffing de guitare plus agressif et dépouillé que sur Black Sabbath, le gang ayant choisi de limiter le recours aux pédales d’effet, une sonorité plus profonde grâce à l’ajout d’un peu d’overdub. Mais ce qui caractérise cet album et annonce le son de BLACK SABBATH durant la décennie 1970, c’est l’autonomie de la section rythmique par rapport à la guitare lead. Les compos partent du riff de Tony Iommi sur lequel les trois autres compères viennent poser leur partie, avec une certaine liberté d’interprétation : la basse ne double pas la guitare, la batterie vit sa vie de son côté et les constructions d’apparence assez simple gagnent à être réécoutées pour découvrir les couches successives. C’est particulièrement marquant sur les compos les plus étoffés comme “War Pigs”. Ce morceau qui ouvre la tracklist représente (bien plus que “Paranoid”), l’archétype de la compo sabbathienne. L’intro lancinante, l’accélération progressive du tempo, les riff agressifs, le joli petit instru faisant pont, le changement de thème sur la fin de la chanson sont évidents, mais si vous vous concentrez sur la basse, vous constatez que Geezer Butler vit sa vie, tissant une partition personnelle sans réel rapport avec le lead.

Charge violente contre la guerre et les généraux organisant la boucherie depuis leurs antichambres, comparés aux assemblées de sorcières lors des messes noires. la chanson s’appelait initialement “Walpurgis”, mais le groupe cherchant à atténuer l’image satanique donnée par la croix inversée de la pochette de Black Sabbath opte finalement pour “War Pigs”. En effet, suite à la sortie de leur premier disque, Alex Sanders, le “Roi des sorciers” et successeurs de Gerald Gardner à la tête de la Wicca, la principale religion néo-paganiste en Angleterre assiste à plusieurs de leurs concerts et tente de convertir le quatuor à sa cause. C’est ensuite une secte occulte qui invite le Sab à se produire à Stonehenge durant la nuit de Walpurgis. Craignant un envoûtement, les quatre amis se font confectionner des croix en aluminium qu’ils arborent systématiquement sur scène (le manager Patrick Meehan les fait par la suite remplacer par des croix en or).
Faisant suite à cette ouverture magistrale, “Paranoid” est un déferlement de brutalité de moins de trois minute porté par un riff magistral et entêtant, cette fois-ci doublé par la rythmique et un chant rehaussé d’un léger écho. Selon Butler, les paroles traitent de l’état dans lequel se trouve un drogué après avoir fumé un joint, lorsque l’humeur oscille entre paranoïa et dépression. Dans ses mémoires (I am Ozzy), Ozzy Osbourne confesse qu’il ne savait pas ce que signifie “Paranoid” lorsqu’il a interprété la chanson pour la première fois.

Après ce déferlement de violence, “Planet Caravan” est une piste contemplative destinée à reposer la monture. Riffs posés (inspirés de Django Reinhardt), percussions douces, effets aquatiques renforcés par le chant éthéré enregistré dans une cabine Leslie. Le Sab a beaucoup hésité avant d’intégrer cette chanson à l’album, craignant que le public ne se retrouve pas dans une certaine forme de rondeur et de sérénité.

Répondant à une finalité similaire, “Rat Salad” et un instrumental accompagnant un solo de batterie tout en souplesse de Bill Ward. En concert, ce titre permettait de combler une tracklist encore un peu pauvre. Lors de certaines soirées, le morceau peut s’étendre sur près de quarante cinq minutes. “On ressent, à l’écoute de cet intermède sans prétention, bien plus succinct sur disque qu’en live, toute la subtilité, le feeling, les affinités Jazz et le sens de la percussion de Bill Ward” (Nicolas Merrien)

Autres pièce iconiques de BLACK SABBATH, “Iron Man” (et son chant d’introduction vocodérisé) et “Fairies Wear Boots” viennent compléter cette généreuse galette. Ces deux morceaux offrent chacun leurs lots de bons moments mais je les trouve moins emblématiques et riches que le trio d’ouverture.

On notera l’audace dont fait preuve le groupe en employant des techniques de travail du son (sur “Iron Man” et “Planet Caravan”) ou en alternant les morceaux agressifs avec des pistes plus calmes, pour ménager l’auditoire, jouer sur les contrastes et renforcer l’effet de blast des morceaux les plus agressifs. Audace, liberté, inventivité, tels sont les trois maîtres mots de ce disque et des sept albums que produira BLACK SABBATH dans sa configuration initiale, entre 1970 et 1979. Sous l'impulsion créatrice de Tony Iommi, le quatuor a osé beaucoup de choses, sans jamais se répéter ni sombrer dans la complaisance (on ne peut malheureusement pas en dire autant des albums composés par la suite).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
31/05/2017 11:14
note: 10/10
Chouette chronique pour un album effectivement imparable dans son genre.
Sulphur citer
Sulphur
30/05/2017 09:37
note: 10/10
Batu a écrit : Même chose concernant Master of Reality pour moi, mais regardez-moi ces tubes en puissance, notamment les cinq premiers titres... Y a que du culte. Si je ne devais retenir qu'une chanson dans le vaste monde du Metal, ce serait War Pigs, sans hésitation.

Je suis assez d'accord avec toi. War Pigs est un des meilleurs titres de Black Sabbath, que ce soit en terme de paroles, de compositions, etc. simplement génial.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
30/05/2017 09:21
note: 9/10
Le quartet confirmait ses débuts fracassants avec un successeur à son album éponyme qui allait marquer les esprits. Si tout n'est pas encore parfait l'équilibre est de plus en plus parfait, la qualité s'en ressent et la première moitié de l'album est parfaite.

Un classique absolu qui allait être encore surpassé par son successeur qui allait vite arriver encore une fois !
Batu citer
Batu
29/05/2017 23:35
note: 10/10
Même chose concernant Master of Reality pour moi, mais regardez-moi ces tubes en puissance, notamment les cinq premiers titres... Y a que du culte. Si je ne devais retenir qu'une chanson dans le vaste monde du Metal, ce serait War Pigs, sans hésitation.
rivax citer
rivax
29/05/2017 21:14
note: 10/10
Sulphur a écrit : Album culte me concernant. Avec le temps, je pense tout de même que 'Master of Reality' et 'Sabbath Bloody Sabbath' sont meilleurs (le trio !)

Je suis d'accord avec toi. C'est le début des choses sérieuses, mais pour ma part, je trouve que le meilleur album de la période est le suivant (Master Of Reality). Je n'accroche pas trop à Vol.4, j'aime beaucoup Sabbath Bloody Sabbath et Sabotage.
Sulphur citer
Sulphur
29/05/2017 19:59
note: 10/10
Album culte me concernant. Avec le temps, je pense tout de même que 'Master of Reality' et 'Sabbath Bloody Sabbath' sont meilleurs (le trio !), mais 'Paranoid' est le CD que j'ai le plus écouté de Black Sabbath durant mon adolescence. J'ai un certain lien affectif avec celui-ci.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
1970 - Warner Bros. / Vertigo
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (20)  9.4/10
Webzines : (16)  9.22/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
Paranoid
Paranoid
Black Sabbath

Extrait de "Paranoid"
  
War Pigs
War Pigs
Black Sabbath

Extrait de "Paranoid"
  
Iron Man
Iron Man
Black Sabbath

Extrait de "Paranoid"
  

tracklist
01.   War Pigs
02.   Paranoid
03.   Planet Caravan
04.   Iron Man
05.   Electric Funeral
06.   Hand Of Doom
07.   Rat Salad
08.   Jack The Stripper / Fairies Wear Boots

Durée : 42:07

line up
voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  

Essayez aussi
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Trilogy

1986 - Polygram Music
  
Night Demon
Night Demon
Curse Of The Damned

2015 - Steamhammer Records (SPV)
  
Trial
Trial
Vessel

2015 - High Roller Records
  
Tentation
Tentation
Tentation (EP)

2015 - Impious Desecration / Infernö Records
  
White Wizzard
White Wizzard
The Devil's Cut

2013 - Earache Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique