chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Contaminated - Final Man

Chronique

Contaminated Final Man
Si Blood Harvest est un label plutôt discret, chacune de ses productions mérite pourtant que l’on s’y intéresse très sérieusement. Ainsi depuis ce début d’année, la petite structure suédoise tenue, je vous le rappelle, par le chanteur/batteur des Satanic Surfers (groupe de Punk Rock ayant fait la gloire du label Burning Heart dans les années 90), s’est fichue de quelques disques particulièrement savoureux à commencer par ce premier album de Contaminated. Un album que j’attendais de pouvoir découvrir avec impatience après une première démo (Pestilential Decay) pleine de promesses.
Originaire de Melbourne, Contaminated voit le jour en 2013 à la seule initiative de Lachlan McPherson. Celui-ci est rejoint l’année suivante par Christoph Winkler (batterie) et Matthew Johnson, guitariste au sein des excellents Ignivomous. Bien que le groupe semble tout à fait capable de fonctionner sous la forme d’un trio, deux nouveaux membres viendront intégrer les rangs de la formation courant 2015 laissant ainsi à Lachlan McPherson la possibilité de se concentrer désormais sur un seul instrument, la guitare.

Intitulé Final Man, ce premier album des Australiens attire d’emblée la sympathie grâce à cet artwork improbable, grouillant et dégoulinant. On y découvre une espèce de monstre informe avec une pince de crabe en guise de bras gauche et qui, pour couronner le tout, porte ce qui semble être les restes d’un scaphandre. Le genre d’illustration qui vous dit, avant même d’avoir posé vos oreilles sur la musique des Australiens, que tout cela risque quelque peu de tâcher.
Et en effet, Contaminated ne perd pas de temps pour nous éclabousser de son Death Metal crasseux et abyssal qui vient quelque peu rappeler l’extrême pesanteur d’un certain Disma. Une ressemblance qui passe en premier lieu par une production relativement similaire à celle de l’écrasant Towards The Megalith. On retrouve ainsi chez les Australiens ce son de guitare particulièrement chaud et épais ainsi que ce grain qui vient nous poncer les chairs jusqu’à l’os. Un mimétisme des plus remarquables qui à défaut d’apporter de l’originalité à l’ensemble vient écraser l’auditeur par la force naturelle des choses. Une impression d’extrême lourdeur d’ailleurs renforcée par la basse tout en saturation de Nick Warren, le growl particulièrement profond et monocorde de Zev Langer mais aussi et surtout ces ralentissements poisseux à vous rompre les cervicales ("Squalid Survival" à 0:49, "No Time To Rot" à 1:03, les premières mesures écrasantes de "Their Future", l’inquiétant "Starved" d’ailleurs dénué de chant, "Forlorn And Desolate" tout en mid-tempo, l’ultra lourd « Mired In Shit » où le growl de Zev Langer n’a jamais été aussi profond...

Là où Contaminated vient véritablement tirer son épingle du jeu et ainsi éviter une comparaison risquant de lui faire peut-être un peu trop d’ombre, c’est dans la cadence particulièrement soutenue que le groupe nous impose ici tout au long de ces neuf compositions. Si Disma ne s’est jamais refusé à de franches accélérations bien viriles, elles sont chez les Australiens beaucoup plus nombreuses et surtout nettement plus intenses (mention spéciale pour Christoph Winkler qui derrière ses fûts s’amuse à tartiner dans tous les sens entre blasts épileptiques et jeu de cymbales particulièrement intéressant). Il se dégage ainsi de ces multiples séquences une véritable impression de chaos (les cinquante premières secondes de "Squalid Survival" répétées ensuite durant le morceau, l’expéditif "No Time To Rot" et ses deux minutes et trente-neuf secondes, "Their Future" à 1:26 et ses cymbales explosives, "Boneless Mass" et ses passages d-beat endiablés, etc). On y trouve finalement avec plaisir ce petit côté typiquement australien - quelque part entre gros bordel et folie malsaine - qui bien souvent fait toute la différence.

A l’image de l’artwork, ce premier album de Contaminated est gras et difforme, gris et dégoulinant, absurde et effrayant. Certes, l’influence de Disma se fera ressentir tout au long de ces trente-quatre minutes mais peu importe. Déjà parce que le résultat est tout à fait convaincant dans son genre. Ensuite parce que les Australiens ont su apporter dans leurs bagages quelque chose de bien à eux grâce à un jeu de batterie explosif et à des séquences particulièrement intenses insufflant à leur Death Metal une toute autre dynamique ainsi qu’une diversité des plus bénéfiques. On repassera donc pour l’originalité mais par contre, question efficacité, ces petits gars-là n’ont de leçon à recevoir de personnes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
07/07/2017 17:49
note: 8.5/10
Gros coup de coeur, hâte de le recevoir en dur et de le faire partager à mon voisinage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Contaminated
Death Metal
2017 - Blood Harvest
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (7)  6.36/10

plus d'infos sur
Contaminated
Contaminated
Death Metal - 2013 - Australie
  

tracklist
01.   Squalid Survival  (05:12)
02.   No Time To Rot  (02:39)
03.   Their Future  (05:14)
04.   Boneless Mass  (02:39)
05.   Starved  (01:47)
06.   Co-opted Into Worthless Sludge  (04:52)
07.   Forlorn And Desolate  (02:55)
08.   Mired In Shit  (06:06)
09.   Final Man  (03:02)

Durée : 34:26

line up
parution
9 Juin 2017

Essayez aussi
Afflicted
Afflicted
Prodigal Sun

1992 - Nuclear Blast Records
  
Deteriorot
Deteriorot
The Faithless

2010 - Xtreem Music
  
Funest
Funest
Desecrating Obscurity

2014 - Memento Mori
  
Sanctification
Sanctification
Black Reign

2009 - Pulverised Records
  
Dismember
Dismember
Like An Ever Flowing Stream

1991 - Karmageddon Media
  

Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique
Hardcore Anal Hydrogen
Hypercut
Lire la chronique
Hooded Menace
Ossuarium Silhouettes Unhal...
Lire la chronique