chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Beastmaker - Inside the Skull

Chronique

Beastmaker Inside the Skull
Et si le talent de Uncle Acid and the Deadbeats était parti chez Beastmaker après Bloodlust ? Question stupide, j'en conviens (ou alors il existe une boite d'intérim de l'inspiration où je dois signer immédiatement, étant donné le mauvais démarrage de cette introduction), mais qui surgit directement à l'esprit quand Inside the Skull commence.

Car le groupe de Californie comble tellement les attentes déçues par deux fois durant Mind Control et The Night Creeper qu'il devient le parfait exemple de la formation Rise Above ayant tout compris à ce que doom et rock ont de commun. Déjà avertis par le sympathique Lusus Naturae, les amateurs de ce son devant tout à Pentagram et Black Sabbath seront aux anges avec Inside the Skull, cochant toutes les bonnes cases : chant langoureux, guitares groovy et enlevées, passages où la lourdeur s'oublie au profit d'un psychédélisme flirtant avec l'occulte, format court et percutant, refrains prêts à faire de nos cerveaux leurs lits. Un bonheur qui semble assumer ces références connues et reconnues, jusqu'à une façade que l'on croirait sortie du meilleur des illustrations horrifiques d'une certaine époque.

Sauf que. S'il est clair que Beastmaker plaira en premier lieu à ceux adorant aussi bien les ambiances surannées d'un temps révolu qu'un certain type de doom rétrogradant là où beaucoup préfèrent aller de l'avant, Inside the Skull n'est pas uniquement un album où les pisse-froids pourront déclamer qu'il est « taillé pour ceux guettant chaque année les préventes du Roadburn », la mesquinerie au bord des lèvres. Certes, les quelques notes utilisées pour faire ce disque sont celles adoubées par les Grands Anciens du doom/rock, de même que l'aura que les morceaux transmettent, faite de cimetière, encens, sabbat délicieux et monstres allant du squelette au vampire. Seulement, une fois dépassé ce côté traditionnel flirtant avec le cliché qu'inspire une écoute lointaine de ce deuxième longue-durée, les Ricains développent leur propre univers sur lequel ils règnent en maîtres sans donner à dire qu'ils ont loué le terrain.

« We get a lot of reference to Sabbath, but I’m more influenced by Danzig, Metallica, and Pentagram. », déclarait récemment Trevor William Church dans une interview accordée à Decibel Magazine. Un fait qui se ressent une fois que le rideau épais, fait d'adoubement par Lee Dorian et rappels évidents, se dérobe. Inside the Skull, derrière tout ce que l'on voudra appuyer d'imagerie ésotérique et cramée issue des années 70, sonne furieusement metal. Un détail qui finit par être une diablerie, se nichant dans des riffs où le libellé thrash ne se rate que sur une question de rythme (le morceau-titre notamment), jusqu'à une pochette au jaune finissant par faire penser à Judas Priest. Prenant intelligemment le contre-pied d'un Lusus Naturae rock et écroulé, Beastmaker se présente cette année à son plus éclatant et sauvage, sans pour autant abandonner cette sensualité qui habite ses sorcelleries (les séductions « Now Howls the Beast », « Nature of the Damned » ou encore « Give Me a Sign »).

Aussi rigoureux qu'arraché, la constance virant à l'incandescence, Inside the Skull donne l'impression de voir à chaque fois Beastmaker écrire son morceau définitif. Un sentiment tel qu'il devient difficile de citer une composition surplombant les autres ! Malgré un coup de mou en début et en fin, façon démarrage et atterrissage sur des pistes un peu trop déjà vues (« Evil One » et « Sick Sick Demon », sans être mauvaises, ne sont clairement pas au niveau de leurs sœurs), ces trente-huit minutes font étrangement vivre plus rapidement sur un tempo lent. Il faut dire qu'avec un chanteur aussi étincelant, à la fois drogué et bellâtre, sorte de satyre en guenilles de metalleux à l'ancienne, impossible de ne pas se laisser prendre ! Un dernier élément (mais certainement le premier quand l'écoute se fait), qui appuie l'idée que Beastmaker, pour tout classique et inoffensif qu'il peut paraître, est en vérité l'inverse de tout cela, cherchant à se loger « à l'intérieur du crâne » les turbines en feu. Mad Max : Doomy Road ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/06/2017 21:45
note: 8/10
J'ai enfin pris le temps de l'écouter et grosse saveur en effet. De sacrés bons riffs posés peinard les couilles sur la table. Ca fuzz avec un sens aiguisé de la mélodie qui fait mouche (raaah, ce "Inside The Skull").
Ikea citer
Ikea
06/06/2017 18:31
note: 8/10
héhé, merci Sourire
rivax citer
rivax
06/06/2017 09:49
Citation : pas uniquement un album où les pisse-froids pourront déclamer qu'il est « taillé pour ceux guettant chaque année les préventes du Roadburn », la mesquinerie au bord des lèvres

Quelle belle punchline!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beastmaker
Doom Metal / Rock
2017 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (9)  7.23/10

plus d'infos sur
Beastmaker
Beastmaker
Doom Metal / Rock - 2014 - Etats-Unis
  

vidéos
Evil One
Evil One
Beastmaker

Extrait de "Inside the Skull"
  
Nature of the Damned
Nature of the Damned
Beastmaker

Extrait de "Inside the Skull"
  

tracklist
01.   Evil One
02.   Heaven to Hell
03.   Now Howls the Beast
04.   Of God's Creation
05.   Give Me a Sign
06.   Nature of the Damned
07.   Psychic Visions
08.   Inside the Skull
09.   Night Bird
10.   Sick Sick Demon

Durée : 38 minutes 20 secondes

line up
parution
19 Mai 2017

voir aussi
Beastmaker
Beastmaker
Lusus Naturae

2016 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
Hanging Garden
Hanging Garden
I Am Become

2017 - Lifeforce Records
  
Pombagira
Pombagira
Flesh Throne Press

2015 - Svart Records
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season Of Mist
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Goatess
Goatess
Purgatory Under New Management

2016 - Svart Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report