chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Allochiria - Throes

Chronique

Allochiria Throes
Sous ce mot curieux se cache un trouble de la sensibilité qui consiste à rapporter un ressenti reçu dans un endroit du corps à un autre endroit, symétrique à celui-ci. Un problème neurologique curieux et méconnu à l’instar de la formation venue de Grèce qui s’en est servi pour son nom. Car depuis ses débuts à Athènes en 2008 elle a déjà sorti un EP et un premier opus qui sont passés quasiment inaperçus par chez nous, mais bien décidé à faire parler d’elle plus largement elle persévère et récidive avec un nouveau bébé qui continue dans leur style à cheval entre Post-Metal, Sludge et Hardcore. Cependant ici nulle trace de brutalité exacerbée ou de production façon mur du son, car elle privilégie énormément les ambiances éthérées et spatiales (qui ne sont pas sans rappeler celles des DEFTONES) où la musique prend le pas sur le chant qui sait se faire oublier, le tout avec une production très naturelle où le mixage rend grâce à chaque instrument. Ce point va avoir son importance tant durant l’avancée de l’écoute on va s’apercevoir de l’importance de chacun d’entre eux dans le rendu final, et surtout du boulot fourni par ses membres qui offrent une très belle surprise, inattendue et surprenante.

Avec une durée de chacun des morceaux qui oscille entre six et dix minutes autant dire que les Grecs poussent l’expérience à son paroxysme, sans jamais proposer de longueurs et tout en réussissant à conserver une cohésion totale, on s’en rend compte dès le départ avec « Thrust » car après un début où se font entendre des riffs découpés et le chant écorché très convaincant d’Irène, l’intérêt grandit avec l’arrivée des breaks. En effet c’est ici qu’intervient le côté plus progressif de leur musique avec les notes douces de guitare qui se superposent à la basse (qui sera bien mise en avant dans le mix) et à la batterie fine et lente, d’ailleurs nulle raison de cherche de passages rapides ou d’accélérations furieuse il n’y en a pas là (et il n’y en aura aucunement par la suite). Mais cela n’empêche pas leur son d’être à la fois lourd et aérien, en y intégrant des cassures mais toujours judicieuses car elles ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe, et permettent aux parties plus électriques de faire leur retour sans se faire trop désirer, comme c’est le cas ici qui se termine un peu plus pêchu qu’auparavant et dont le résultat final est vraiment de qualité. « Tiny Defeats, Little Victories » commence de manière très planante et zen via un sentiment de chaleur (donné notamment par le côté groovy et technique du batteur) qui ne cessera de perdurer par la suite, tout en faisant durer les orchestrations au maximum, ce qui fait que la chanteuse est en retrait et ça n’est peut-être pas plus mal. Le quintet a bien compris que les parties instrumentales sont sa plus-value et ce qui lui permet de se différencier de la concurrence, comme avec le surprenant et élégant « Cracking Fractals » plus travaillé encore, et aux relents de Doom ici et là, ou encore avec le magnifique et prenant « Lifespotting » qui nous emmène encore plus loin dans les galaxies de l’espace et de l’esprit du cerveau humain, les deux mélangeant avec brio les différents éléments utilisés par ses créateurs. On a droit aussi à un sursaut d’énergie de température avec « Counting Five » un peu plus énervé, mais qui conserve sa spécificité, tout en étant relativement classique avant que n’arrive le bijou et la pièce-maîtresse de cette galette, à savoir « Denouement ». Outre son titre parfait et bien trouvé (vu qu’il sert de titre de clôture) il se montre à la fois silencieux et apaisant, tout en offrant des cris et différents effets surprenants mais qui s’intègrent à merveille au reste, pour obtenir un espèce de melting-pot et de condensé de ce qu’on a entendu auparavant, tout en poussant l’expérience à son paroxysme, offrant un mélange envoûtant et légèrement triste qui nous font grimper très haut sans redescendre de suite.

Car il va falloir du temps pour redescendre des hauteurs et des contrées où l’auditeur va être emmené tant chacun des membres s’est surpassé, notamment le nouveau frappeur dont le jeu très léché et fin ajoute un vrai supplément d’âme. Sans en faire trop les mecs font preuve d’une vraie intelligence de composition, tant l’ensemble s’intègre facilement et agréablement, sans oublier la voix de la vocaliste qui sait se faire oublier pour mieux revenir ensuite. Bref une vraie découverte qui mérite d’être (re)connue tant son originalité et sa fraîcheur font plaisir à voir et à entendre, surtout dans un style où il n’est pas évident de se démarquer, au risque de tomber dans la redite ou la linéarité, ce que les hellènes évitent judicieusement et avec talent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sangarn citer
Sangarn
10/06/2017 21:58
J’accroche bien, merci pour cette découverte

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Allochiria
Post Metal / Sludge
2017 - Art of Propaganda
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (6)  6.77/10

plus d'infos sur
Allochiria
Allochiria
Post Metal / Sludge - 2008 - Grèce
  

tracklist
01.  Thrust
02.  Tiny Defeats, Little Victories
03.  Cracking Fractals
04.  Lifespotting
05.  Counting Five
06.  Denouement

Durée : 46 minutes

line up
parution
17 Mars 2017

Essayez aussi
Abraham
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore

2012 - Pelagic Records
  
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  
Palehorse
Palehorse
Harm Starts Here

2013 - Candlelight Records
  
HKY
HKY
Omega (MCD)

2017 - Music Fear Satan
  
Gloson
Gloson
Grimen

2017 - Art of Propaganda
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report