chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Craven Idol - The Shackles Of Mammon

Chronique

Craven Idol The Shackles Of Mammon
Le black/thrash, c'est bien. Peut-être même la plus jouissive des fusions, hors Vegetto. Ce qu'a bien compris Craven Idol qui, sans faire partie des figures les plus connus du style, a su mine de rien se faire une petite place depuis sa formation il y a déjà plus de dix ans. D'abord sur deux démos pour se faire la main. Puis sur un très bon EP, Ethereal Altars, qui m'a permis de découvrir le groupe en 2010 et enfin sur un premier full-length réussi, Towards Eschaton, en 2013. Quatre ans, un nouveau guitariste et un nouveau batteur plus tard, Craven Idol ressort de la tombe chez l'un des labels underground les plus en vue du moment, Dark Descent Records, avec un deuxième album, The Shackles Of Mammon, orné d'une jolie pochette signée du talentueux chilien Daniel "Desecrator" Corcuera. On a vu moins alléchant!

Alors, quoi de neuf chez les Anglais? Pas grand chose à vrai dire mais la qualité reste présente, et c'est bien cela qui importe. Le groupe peaufine son style black/thrash qui rappelle de plus en plus Desaster, notamment par ce chant râpeux agressif (qui part de temps en temps en cri aigu strident, plus en hommage à Destruction) ou les riffs thrashy affûtés de la paire Immolator of Sadistik Wrath / Obscenitor. Pas pour me déplaire vu mon amour pour les Allemands. D'autant qu'un autre grand nom du black/thrash que je chéris, Deströyer 666, fait lui aussi sentir son influence, en particulier sur ces leads mélodiques en tremolo au feeling plus ou moins épique qu'affectionne K.K. Warslut ou d'autres moments qui fleurent bon le satanic speed metal australien ("Pyromancer" à 1'14 avec les chœurs, le début de "Black Flame Divination" et sa basse proéminente suivie d'un riff presque dansant, "A Ripping Strike" à 4'57, "The Trudge" et ses "oooh" à la Bathory, "Hunger"...). Vous avez là les deux points forts de la formation britannique. Un riffing black/thrash au poil et un sens prononcé de la mélodie. Ce qui suffit en général à faire un bon album, ce dont peut se revendiquer ce The Shackles Of Mammon. La diversité rythmique, du tchouka-tchouka entraînant au mid-tempo headbangant ou conquérant en passant par quelques blast-beats énervés ("The Trudge", "Dashed To Death", "Mammon Est", "Hunger"), ainsi que l'hétérogénéité de l'ensemble qui en découle, entre morceaux/passages joués pied au plancher et titres/séquences davantage dans l'ambiance épique comme sur l'intro de "A Ripping Strike" ou plus tard avec ces spoken words scandés, et surtout sur les plus longues pièces "The Trudge" ainsi que le final prenant voire poignant sur le lancinant et dissonant "Tottering Cities Of Men" (qui offre aussi du spoken words), font aussi partie des qualités d'un opus qui n'en manque pas. Le tout bien servi par une production exemplaire, claire et puissante, sans faire trop travaillée afin de conserver l'aspect old-school, dangereux, direct et agressif d'un genre qui se doit d'être un peu punk et rock 'n roll s'il veut sonner un tant soit peu légitime. En gros ça joue bien et varié, ça bourre, ça fait dans l'épique, c'est efficace et ça passe comme un terroriste dans une salle de concerts à Manchester, pour le même résultat dévastateur.

Malgré le talent du quatuor et la réussite certaine qu'est le digne successeur de Towards Eschaton qui n'a pas de réel défaut si ce ne sont des samples atmosphériques sans grand intérêt ou des influences parfois trop évidentes, je dois toutefois avouer que l'opus ne me transcende pas non plus totalement. On voit là la différence entre un bon voire très bon groupe qui récoltera les louanges l'année de la sortie d'un album mais qu'on ne retiendra pas à l'heure de choisir les opus réellement marquants du style, et ceux qui les ont composés, pour la plupart quinze ou vingt ans plus tôt et qui font toujours école. Cela dit, c'est le cas pour quasiment toutes les productions actuelles dignes d'intérêt. Inutile donc de se prendre la tête avec de telles considérations. The Shackles Of Mammon plaira sans problème aux fans de black/thrash à la Deströyer 666 et Desaster dont Craven Idol s'impose un peu comme la synthèse. Ce nouveau disque des Londoniens fait même la nique au quelque peu décevant Wildfire des Australiens, sans atteindre le niveau du The Oath Of An Iron Ritual des Allemands qu'on préférera cette année dans le genre. Une belle performance néanmoins pour un groupe rarement cité mais qui mérite le coup d'oreille.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Craven Idol
Black/Thrash
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (11)  7.62/10

plus d'infos sur
Craven Idol
Craven Idol
Black/Thrash - 2005 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Pyromancer
02.   A Ripping Strike
03.   Black Flame Divination
04.   The Trudge
05.   Dashed To Death
06.   Mammon Est
07.   Hunger
08.   Tottering Cities Of Men

Durée : 45'05

line up
parution
14 Avril 2017

voir aussi
Craven Idol
Craven Idol
Towards Eschaton

2013 - Dark Descent Records
  
Craven Idol
Craven Idol
Ethereal Altars (EP)

2010 - VengefulAttakkk
  

Essayez aussi
Persecutory
Persecutory
Towards The Ultimate Extinction

2017 - Godz Ov War Productions
  
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  
Aryos
Aryos
Les stigmates d'Hécate

2015 - Exu Rei Records
  
Demonizer
Demonizer
The Essence Of War

2005 - Painkiller Records
  
Spearhead
Spearhead
Decrowning The Irenarch
(The Doctrine Of Imperial Fidelity And The Supert...

2007 - Invictus Productions
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report