chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gateway To Selfdestruction - Death, My Salvation

Chronique

Gateway To Selfdestruction Death, My Salvation
Les allemands de Gateway to Selfdestruction ne sont pas très connus dans nos contrées. Pas tellement non plus, tu me diras, sur la scène BM en général. Comme leur nom peut le laisser penser, leur depressive BM semble revenir aux bases du genre et Death, My Salvation est leur premier album.

Retour aux bases, certes, mais pas trop quand même. Car dès The Blessing, le premier titre, on sent bien dans le son et dans le tempo, plutôt dynamiques, que les aspects funeral qui caractérisent ce style sont rejetés au loin. De même, la voix évoque d’autres champs, plus brutaux, que les cris décharnés typiques du depressive. Même les mélodies convoquent davantage la lumière que les ténèbres (Black Quiet Death). Curieux mais pas inintéressant.

L’écueil dans ce type de BM tient souvent dans l’équilibre – difficile – entre passages dépressifs envoutants et répétitions, évolutions lentes et son profond, qui ne doit pas lasser. Ici, la difficulté est évacuée, mais pas dans un sens très favorable. D’une part, le son est très propre, trop propre pour le style, presque death par instant (Black Quiet Death), parfois stéroïdé même… Un comble. D’autre part, ce mélange des genres (death, BM, depressive mais pas trop…) brouille les pistes, qui n’offre jamais de ligne directrice claire, évidente. Enfin, si le départ de la plupart des titres est soigné, là encore, il ne reflète pas le morceau qui va suivre, le sentiment de passer du coq à l’âne étant, pour ma part, gênant (Destroyed Self qui part ainsi sur des tempi proches du death avant de casser net sur un solo mélodique plus harsh, plus planant ; l’idée peut être bonne ; pour ma part, elle tourne ici en rond ; Reset, qui part sur un riff plutôt harsh mais dévie de suite sur une rythmique ultra rapide, quasi death, parfois thrash).

L’impression d’être toujours le fondement entre deux caveaux reste handicapant. En n’offrant aucune cohérence à l’album, il perd l’auditeur. Les idées de mélodies ne sont pas mauvaises (Destroyed Self par exemple, où le son ample, pour une fois, les accompagne plutôt agréablement ; Silence ou les belles mélodies de Soziopath) mais elles sont noyées dans un son souvent trop clinique, trop claquant pour être vraiment adéquat à la musique proposée.

Car globalement, Gateway to Seldestruction ne démérite pas. L’ensemble se tient sans difficulté. Mais en n’optant jamais vraiment pour un parti, le groupe propose des compos, certes solides, mais terriblement banales. Jamais médiocres, mais souvent entendues. Le manque d’aspérités, l’absence d’un son qui tranche ou d’idées qui marquent risquent fort de laisser ce premier album dans les tréfonds de l’oubli. Dommage car, encore une fois, les compos sont plutôt solides et certaines idées auraient mérité d’être creusées (les mélodies profondes de Soziopath par exemple ; les mélodies mouvantes de Rigidity).

A revoir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gateway To Selfdestruction
Depressive Black metal
2016 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gateway To Selfdestruction
Gateway To Selfdestruction
Depressive Black metal - 2013 - Allemagne
  

tracklist
01.   The Blessing
02.   Black Quiet Death
03.   Destroyed Self
04.   Reset
05.   Silence
06.   Soziopath
07.   Rigidity
08.   Mirrors of Despair

Durée : 46:36

line up
parution
11 Novembre 2016

Essayez aussi
Totalselfhatred
Totalselfhatred
Apocalypse In Your Heart

2011 - Osmose Productions
  
Tiil Sum
Tiil Sum
In Articulo Mortis

2013 - Dark Omens Production
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report