chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Born Again

Chronique

Black Sabbath Born Again
Je tiens à réparer une injustice. Cela fait trop longtemps que Born Again est considéré comme un mauvais album. Est-ce son artwork immonde, choisi à dessein par Don Arden, alors manager de BLACK SABBATH pour choquer les culs bénis? Est-ce son mixage dégueulasse, réalisé intentionnellement pour que le disque passe mieux sur les radios américaines, le son originel plus gras et plus riche n’étant pas calibré pour les passages radio ? Est-ce la participation unique de Ian Gillian qui apporte au disque une coloration particulière ? Ou bien est-ce juste que pour une grande partie des fans, le Sabbat Noir ne peut exister sans Ozzy ou Dio au micro?

Quelles que soient les raisons invoquées par ses détracteurs, cet album paru en 1983 est souvent considéré comme raté, y compris par ses protagonistes. "J'ai vu la pochette et j'ai vomi, puis j'ai écouté le disque et j'ai encore vomi" (Ian Gillian, 1983).

Pourtant, à bien y regarder, le onzième album studio de BLACK SABBATH est bien plus intéressant que la somme de ses défauts. Le disque réunit trois des quatre membres historiques : Tony Iommi, Geezer Butler et Bill Ward qui enregistre ici son dernier album avec BLACK SABBATH. Le jeu du batteur n’a plus la fougue débridée des premiers opus (il sort de cure de désintox et confessera que c’est le premier album qu’il ait enregistré en étant totalement sobre), pourtant on retrouve dans les plans de batterie un petit peu du Sab des années 70. On ne peut malheureusement pas en dire autant de la basse de Geezer Butler, totalement sous-mixée et la plupart du temps inaudible.
Comme à son habitude, Tony Iommi envoie du bois, Born Again étant un recueil de riffs cool (“Trashed”, “Disturbing The Priest”, “Zero The Hero”, “Digital Bitch”, “Keep it Warm”) égaillés par quelques soli lumineux, notamment le magnifique pont de “Zero The Hero”. Suite à la défection de Ronnie James Dio (pendant le mixage du Live Evil), le chant est confié à Ian Gillian. Selon la légend, l’ex DEEP PURPLE aurait accepté le poste à l’issue d’une journée et une nuit entière de beuverie au pub. "We had a drink, then another drink, and another drink, and another drink. The pub opened and closed and opened again and closed and we were still ther. And at the end of the night we had a band together" (Tony Iommi, 2012). Enfin, Geoff Nicholls présent dans le groupe mais non crédité comme membre à part entière, est plutôt discret, ses nappes de claviers ne venant que parcimonieusement enrichir quelques instrus.

Le mixage n’a pas la rondeur habituelle des disques du combo mais ce qu’il perd en lourdeur, le disque le gagne en agressivité et en tranchant. Born Again est un album plus hard que heavy, assez similaire en cela aux productions de l’époque, notamment la vague naissante du Glam Metal et du Sleaze Rock (c’est tout particulièrement marquant sur “Digital Bitch”, son intro endiablée, son riff tranchant, son chant agressif et ses paroles faisant subtilement référence à Sharon Osbourne).
La galette est aussi le témoignage d’une époque où Tony Iommi et ses potes avaient encore quelques idées amusantes pour pimenter leurs productions. Born Again est en effet le dernier opus du Sab intégrant des interludes instrumentaux pour briser le rythme et faire ressortir les parties agressives. Pour l’instru aqueux “The Dark” et l’intro de “Stonehenge”, les brummies ont eu l’idée d’enregistrer le son produit par une enclume frappée par une barre d’acier pendant qu’elle sombrait lentement dans une baignoire en fonte pleine d’eau. Il faut s’imaginer la scène : pendant toute une journée les gars se sont relayés pour soulever une enclume (c’est lourd, une enclume) et la lâcher dans une baignoire en enregistrant le son avec un magnéto. Aujourd’hui, il suffit de choper un sample sur le net, mais en 1983, ces quelques secondes énigmatiques ont demandé une journée de prises de son, ça force le respect.

Certes, les paroles écrites par Ian Gillian n’ont pas la profondeur ni la noirceur de celles de Geezer Butler, le gallois s’étant souvent inspiré d’événement survenus pendant l’enregistrement pour ses lyrics. Bill Ward plante sa voiture : “Trashed”, le curé de la paroisse locale se plaint de ne pas pouvoir faire répéter sa chorale à cause du bruit des enregistrements : “Disturbing The Priest”. Don Arden évoque la trahison de sa fille Sharon devenue le manager et l'épouse d'Ozzy Osbourne : “Digital Bitch”. Mais le chanteur apporte aussi au disque une folie débridée voisine de celle d’Ozzy et totalement absente du répertoire de Dio. En attestent notamment les cris hystériques sur "Thrashed", les rires de dément sur “Disturbing The Priest” et “Digital Bitch”. Et puis Ian Gillian est un vocaliste au moins aussi bon que Dio, quoique dans un registre différent, il donne à ses compos une profondeur remarquable reposant sur des variations de rythmes, des changements de tessiture notamment sur le très réussi “Zero The Hero” et le mid tempo brumeux “Born Again”.

Unanimement descendu en flamme par la critique, l’album remporte un vif succès public à sa sortie en août 1983. Il faut dire que la réunion des interprètes de deux formations britanniques mythiques a de quoi séduire. Malheureusement, la lune de miel est de courte durée, Ian Gillian, décidant de quitter le Sab pour participer à la reformation de DEEP PURPLE à l’issue de la tournée Born Again.

La tournée a surtout marqué les mémoires pour avoir inspiré une scène hilarante de Spinal Tap. Suite à un quiproquo entre Tony Iommi et son décorateur, la réplique de Stonehenge destinée à décorer la scène a été construite à l’échelle 1:1 au lieu de 1:10. Non seulement c’est un enfer à transporter mais la plupart des salles réservées pour la tournée ne sont pas assez grandes pour l’installation qui servira seulement une poignée de fois. En outre, Ian Gillian n’ayant pas réussi à mémoriser les textes des chansons antérieures du Sab collait des antisèches sur la scène et finissait par improviser des paroles ou fredonner vaguement pour masquer les blancs. Malgré cela, les concerts donnés par le gang à cette époque figurent parmi les meilleurs lives du Sab. L’album réédité en 2012 comporte un cd bonus avec des prises live captées pendant cette tournée, Ian Gillian y interprète des compos des période Ozzy et Dio avec une maestria et un feeling bluffants. Ce live est un témoignage d’autant plus intéressant que après le départ de Ian Gillian à la fin de la tournée Born Again, aucune des chansons de l’album n’a plus jamais été interprétée en live.

Born Again n’a probablement pas la portée historique d’un Master Of Reality ni le génie baroque d’un Sabbath Bloody Sabbath mais le disque a beaucoup de choses à vous apprendre sur le Sab. Il est le témoin de son époque et un vestige d’une réunion curieuse et attachante entre cinq artistes ayant partagé, le temps d’un disque, une vision commune.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (11)  6.65/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
Trashed
Trashed
Black Sabbath

Extrait de "Born Again"
  
Zero The Hero
Zero The Hero
Black Sabbath

Extrait de "Born Again"
  
Zero The Hero
Zero The Hero
Black Sabbath

Extrait de "Born Again"
  

tracklist
01.   Trashed
02.   Stonehenge
03.   Disturbing The Priest
04.   The Dark
05.   Zero The Hero
06.   Digital Bitch
07.   Born Again
08.   Hot Line
09.   Keep It Warm

Durée : 41:04

line up
voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Forbidden

1995 - I.R.S Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Paranoid

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
The Eternal Idol

1987 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  

Essayez aussi
White Wizzard
White Wizzard
The Devil's Cut

2013 - Earache Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Magnum Opus

1995 - Music For Nations
  
Nicolas Merrien
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of The Grave (Livre)

2016 - Le Mot Et Le Reste
  
RAM
RAM
Death

2012 - Metal Blade
  
Steelwing
Steelwing
Zone Of Alienation

2012 - Noiseart Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report