chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skelethal - Of The Depths...

Chronique

Skelethal Of The Depths...
Il y a des groupes qui galèrent à trouver un label et d’autres pour qui cela n’a jamais été un problème. En cinq ans d’existence, le duo lillois derrière Skelethal a fait le tour de crèmeries que beaucoup de groupes aimeraient pouvoir visiter un jour. Iron Bonehead, Caligari, Pulverised... Autant de structures que les Français ont su convaincre grâce à leur Death Metal putride et poussiéreux d’excellente facture. Mais ce ne sont pas les seuls à être tombés sous le charme de Skelethal puisque pour la sortie de son premier album intitulé Of The Depths..., le groupe s’est vu proposer un deal avec le label américain Hells Headbangers. Quitte à gratter un bout de papier pour officialiser sa relation, autant le faire pour un label qui en vaille la peine.

Comme on n’est jamais mieux servi que par soit même, Gui Haunting et Jon Whiplash ont choisi une fois de plus de gérer l’ensemble du processus créatif allant de la composition à l’exécution en passant par la production et l’artwork. D’ailleurs, mention spéciale à l’illustration tentaculaire absolument magnifique de ce premier album. Si le talent artistique de Jon Whiplash ne faisait déjà aucun doute depuis ses premiers travaux pour Skelethal et plus récemment pour Mortal Scepter (As Time Sharpens The Sentence) et Hexecutor (Poison, Lust And Damnation), reste que le Lillois semble avoir élevé son niveau au point d’aller chatouiller des artistes tels qu’Ola Larsson ou Pär Olofsson.

100% fait maison, ce premier album jouit également d’une production aux petits oignons. Si Skelethal n’a jamais caché son amour pour la scène suédoise de la fin des années 80 (Nihilist, Carnage, Entombed, Dismember (dont un titre est d’ailleurs repris sur la version CD de l’album)...), le groupe a toujours su faire preuve d’équilibre en matière de son. Chaudes et rugueuses, les guitares de Gui Haunting possèdent ainsi ce grain si particulier qui, en son temps, a fait la gloire et l’identité de toute une jeunesse en pleine ébullition. Mais bien loin de la parodie, le duo français dispense cet héritage avec une certaine retenue. Certes, les influences de Skelethal n’ont jamais fait aucun doute mais le duo a toujours su éviter les pièges d’une production beaucoup trop bodybuildée qui, dans la majorité des cas, vient rompre tout le charme de ce genre de signature sonore délicieusement surannée.
Une atmosphère à l’ancienne que le groupe cultive depuis ses premiers balbutiements et qui, bien au-delà d’une production tartinée de HM-2, passe aussi et surtout par un sens tout à fait affûté de l’efficacité. C’était déjà le cas sur les très bons Deathmanicvs Revelation et Interstellar Knowledge Of The Purple Entity mais c’est encore plus vrai aujourd’hui sur ce Of The Depths... qui élève d’un cran le niveau d’un Skelethal ici au sommet de son art putride.
Le duo tire ainsi sa force d’un parfait équilibre entre cadence particulièrement soutenue ("Sons Of Zann" à 0:20, "Spectral Cemetery" à 0:53, "Chaotic Deviance" à 0:31, les blasts de "Glimpse Of The Great Purpose" à 2:08, "Catharsis" et ses tout juste deux minutes, etc) et riffing naturellement efficace au groove imparable ("Sons Of Zann" à 0:52 ou 1:54, la longue introduction de "Spectral Cemetery" et ce lead démoniaque, le bien nommé "Chaotic Deviance" et ce riffing épileptique, les leads mélodiques du très Dismember "Pantheon Of The Abyss", l’excellent "Morbid Ovation" issu de la première démo des Lillois ici présenté dans une version retravaillée (au même titre que le morceau "Macabre Oblivion" issu du EP Deathmanicvs Revelation proposé en bonus sur la version CD). Pourtant, comme tous ces groupes évoluant dans le milieu, les gars de Skelethal se contentent de reprendre à leur compte une recette vieille comme le monde. Ce qui fait alors la différence avec d’autres ? Et bien justement ce sens exact de la composition qui fait mouche. Rien n’est ici laissé au hasard et toute idée de médiocrité a été complètement bannie. Certes, les riffs de Gui Haunting sont simples mais cela ne les empêche pas de marquer les esprits aux fers rouges et surtout de réussir à déchaîner nos plus bas instincts. Associés au jeu dynamique (bel usage des cymbales) et haletant de Jon Whiplash (blasts, cavalcades thrashisantes, d-beats à la sauce scandinave...), le duo ne lâche rien et impose par la force des choses son Death Metal à grand coups de matraque et de growl sinistre.

Si la France à un jour pu être sérieusement à la peine en matière de musiques extrêmes, force est de constater que la jeune génération s’est largement rattrapée ces dernières années, plaçant de nouveau l’hexagone au cœur de l’échiquier international. Je ne vous ferais pas la liste des groupes français méritant aujourd’hui votre attention mais sachez juste que Skelethal mérite clairement tous les honneurs. Effectivement, le groupe puise l’essentiel de son inspiration dans la scène suédoise d’il y a trente ans mais je peux vous dire que si les choses étaient toujours aussi bien faites, c’est à dire avec cœur, passion et énormément de talent, moins nombreux serait les personnes à se plaindre de l’énième résurgence d’un genre qui a effectivement déjà tout dit en son temps. Quoi qu’il en soit, Skelethal livre ici un premier album particulièrement efficace qui n’a certainement pas à rougir face aux plus grosses pointures du genre. Nul doute qu’avec un disque de cette trempe, les Lillois devraient faire parler d’eux un peu partout dans le monde. C’est en tout cas tout le mal qu’on peut leur souhaiter. Bien joué messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
20/06/2017 11:35
Merci pour la chro!

Jean-Clint a écrit : Après avoir fait parler la poudre lors de leurs précédentes sorties le duo confirme toute sa puissance et son inspiration sur ce premier opus qui reprend le même schéma créatif et les mêmes sources d'inspiration.

L'ensemble passe tout seul et fait le métier sans fioritures ni prise de risques, et cela suffit amplement !


Aaaaaah nous avions été emballé de la même manière par les premiers extraits diffusés il me semble... cela me motive d'autant plus à lancer la première écoute de l'album!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/06/2017 08:48
note: 8/10
Après avoir fait parler la poudre lors de leurs précédentes sorties le duo confirme toute sa puissance et son inspiration sur ce premier opus qui reprend le même schéma créatif et les mêmes sources d'inspiration.

L'ensemble passe tout seul et fait le métier sans fioritures ni prise de risques, et cela suffit amplement !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skelethal
Death Metal
2017 - Hells Headbangers
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (6)  6.32/10

plus d'infos sur
Skelethal
Skelethal
Death Metal - 2012 - France
  

tracklist
01.   Sons Of Zann  (06:24)
02.   Spectral Cemetery  (04:24)
03.   Chaotic Deviance  (04:04)
04.   Glimpse Of The Great Purpose  (05:15)
05.   Catharsis  (01:58)
06.   Pantheon Of The Abyss  (04:13)
07.   Scaly Smelly Flesh  (03:36)
08.   Outer Conviction  (05:51)
09.   Morbid Ovation  (03:52)
10.   Soon To Be Dead (Dismember Cover) (Bonus Track)  (01:58)
11.   Macabre Oblivion (Bonus Track)  (04:33)

Durée : 46:08

line up
parution
23 Juin 2017

voir aussi
Skelethal
Skelethal
Morbid Revelations (Compil.)

2015 - Pulverised Records
  
Skelethal
Skelethal
Deathmanicvs Revelation (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Skelethal
Skelethal
Interstellar Knowledge Of The Purple Entity (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Sentenced
Sentenced
Shadows Of The Past

1991 - Century Media
  
The Wakedead Gathering
The Wakedead Gathering
Tenements Of Ephemera

2010 - Autoproduction
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Bloodthirst

1999 - Metal Blade
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Divine Incarnation

2011 - Massacre Records
  
Sinister
Sinister
The Post-Apocalyptic Servant

2014 - Massacre Records
  

Sanguine Eagle
Individuation (Démo)
Lire la chronique
Primitive Man
Caustic
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March pour l'album "Praeludium Exterminii"
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier