chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sollertia - Light

Chronique

Sollertia Light
Basé à Minneapolis ce projet surprenant n’est pourtant pas du tout Américain de prime abord, car ce duo trouve ses racines un peu partout sur le vieux continent vu qu’il est composé du vétéran Britannique James Fogarty (IN THE WOODS, OLD FOREST) au chant, du Français Voa Voxyd (AD INFERNA, DE PROFUNDIS) aux instruments, et de la Serbe Vanja Obscure (qui intervient vocalement sur quelques titres), qui viennent tous d’horizons musicaux très différents. Cette association colle à merveille au nom du groupe qui signifie en Latin l’habileté et l’adresse, et il va en falloir beaucoup pour faire cohabiter toutes les idées du duo qui en prend chacun de son côté pour ensuite les associer et obtenir un mélange original entre Dark Metal, Progressif et relents de Doom ici et là. Si trop souvent ces mélanges des genres se révèlent assez mitigés ici ça n’est absolument pas le cas, le binôme réussit en effet à emmener l’auditeur en voyage, au tréfonds de l’âme humaine, de sa vie jusqu’à son dernier souffle entre purgatoire et paradis, le tout sans jamais sonner kitch ou pompeux.

Comme on s’en aperçoit avec « Abstract Object Theory » qui démarre au piano doucement, l’ensemble va être d’une grosse densité et homogénéité, car dès que la guitare et le chant très haut entrent en piste l’attraction est immédiate et l’intérêt ne va que peu retomber par la suite. En n’hésitant pas à mettre en avant des moments plus puissants qui restent cependant toujours dans une veine mélancolique et de deuil où l’onirisme de la musique se mêle à des passages planants et une voix inspirée qui n’en fait jamais de trop. Plus on avance dans cette quête spirituelle et plus les influences classiques se font apparentes, notamment sur « Enter The Light Eternal » où l’on peut entendre du clavecin et aussi un court passage électrique qui reprend de manière furtive le « Lac des Cygnes » de Tchaïkovski, pour un rendu apaisant et tout en douceur, à l’instar du plaintif « Mathematical Universe Hypothesis ». Entre la voix haut perchée et les nombreux solis d’une guitare qui ne cesse de pleurer, on trouve des nappes de clavier très éthérées qui donnent l’impression que l’âme est sur le point de quitter son enveloppe charnelle pour s’envoler vers son destin. Cependant les deux compères ne se contentent pas de répéter ce schéma indéfiniment, car avec une durée globale de près d’une heure il est facile de vite tomber dans la redondance et l’ennui, hors ils ont ajouté aussi à certaines parties plus pêchues qui restent néanmoins en raccord avec le thème et le genre pratiqué. « The Devil Seethe » est un des meilleurs exemples par ses passages dynamiques où le tempo monte un peu en pression, et où l’invitée des Balkans laisse libre court à son talent vocal, pour un morceau à la grande variété et aux arrangements superbes, tout comme « Dark Night Of The Soul » plus remuant et qui montre une facette plus simple et directe du combo, tout en étant encore et toujours parfaitement raccord, où la lumière côtoie la nuit tombante avant l’apothéose finale.

Durant plus de huit minutes « Positive Disintegration » nous offre un vrai panel de ce qu’on a entendu auparavant, en poussant l’ensemble plus loin pour offrir un vrai titre à tiroirs et un côté plus rock affirmé. Après une première partie qui monte doucement en pression le tout finit par exploser et sonner un peu comme du PARADISE LOST et MY DYING BRIDE de façon plus poussée qu’auparavant, tout en n’oubliant pas d’y inclure des orchestrations soignées et délicates où l’on peut entendre des cris d’enfants qui jouent. On pense alors qu’on en a terminé mais il n’en est rien car le tout repart de manière jouissive faisant alors penser à une montée au ciel et au voyage vers l’inconnu, d’ailleurs ce sentiment est accentué sur le morceau-titre (au nom bien trouvé) qui fait office d’Outro très symphonique et qui aurait pu figurer au générique de fin d’un film fantastique.

A la fois sombre et lumineux, le rendu est très enthousiasmant et le boulot fourni par les deux acolytes proprement énorme, tant l’ensemble est sur un fil mais sans jamais basculer d’un côté ou de l’autre, tout en sensibilité et subtilité. Outre un dosage précis de chacun des instruments et de la durée générale de chacune des compos, on s’aperçoit que la citation de Jean-Paul Sartre qui figure à l’intérieur du digipack colle réellement à l’ambiance créée, celle-ci dit : « Plus claire la lumière, plus sombre l’obscurité … il est impossible d’apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres ». A méditer et à repenser au cours des écoutes multiples que demandera cette galette, dont on découvre à chaque fois quelquechose de nouveau, et qui se montre beaucoup plus philosophique et subtile qu’il n’y paraît la première fois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sollertia
Dark Metal Progressif
2017 - Apathia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.2/10

plus d'infos sur
Sollertia
Sollertia
Dark Metal Progressif - 2017 - International
  

tracklist
01.   Adducantur
02.   Abstract Object Theory
03.   Pascal's Wager
04.   Enter the Light Eternal
05.   Praying at the Chapel Perilous
06.   The Devils Seethe
07.   Mathematical Universe Hypothesis
08.   Dark Night of the Soul
09.   Sisyphean Cycle
10.   Positive Disintegration
11.   Light

Durée : 56 minutes

line up
parution
19 Mai 2017

Essayez aussi
Kathaarsys
Kathaarsys
Anonymous Ballad

2009 - Silent Tree
  
Green Carnation
Green Carnation
Journey To The End Of The Night

2000 - Prophecy Productions
  
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Portal of I

2012 - Code666
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report