chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blood Feast - The Future State Of Wicked

Chronique

Blood Feast The Future State Of Wicked
Ils se sont reformés Blood Feast?! Oui et ça fait dix ans! Pourquoi on ne me dit jamais rien?! Bon, en même temps, ce n'est pas comme si c'était la news du siècle... Blood Feast n'a toujours été qu'un simple second couteau certes de bonne facture mais qui n'intéresse que les vieux thrashos restés dans l'underground. Tout ce que j'aime! J'avais d'ailleurs chroniqué le premier album des Américains, le burné Kill For Pleasure, sorti en 1987. Quant au reste de leur discographie, l'EP suivant Face Fate (1987) et le deuxième full-length Chopping Block Blues (1989), je ne les ai jamais écoutés pour je ne sais quelles raisons. La pochette de ce nouvel album The Future State Of Wicked paru fin mars chez Hells Headbangers, avec ses couleurs et son monstre bleu, rappelle en tout cas quelques souvenirs. Normal, c'est le même artiste Drew Elliot qui avait signé l'artwork de Kill For Pleasure. En ce qui concerne le line-up, beaucoup de choses ont changé par contre. Le guitariste Adam Tranquilli reste en effet l'unique rescapé d'origine quand tous les autres, inconnus, se sont joints au festin de sang en 2010 voire 2014 pour les plus récents.

Alors, cette reformation sert-elle à quelque chose? Blood Feast a-t-il encore des choses à dire en 2017? Oui et non. Musicalement, le style n'a pas varié par rapport à Kill For Pleasure. Ce qui change surtout, c'est le chant du "nouveau" frontman Chris Natalini, moins gros bras et rock 'n roll que Gary Markovitch quoique toujours acerbe et plus dans un trip arraché de sorcière, ce qui peut vite agacer si on ne s'y habitue pas. Sinon, on reste dans un thrash old-school basique, efficace, agressif et au groove typique de la côte Est, New-Jersey oblige. Le riffing se fait souvent simple mais convenable dans un esprit thrash primaire, avec quelques motifs plus sombres en tremolo pas très éloignés du death metal ("Last Rites", "Nein", "The Burn"...) qui donnent parfois un côté thrash/death pas dégueu à la formation. Si la rythmique classique "tchouka-tchouka" domine logiquement les débats sur un opus enlevé à l'image du titre d'ouverture "INRI" qui rentre dans le lard bien comme il faut, vite imité par "Off With Their Heads" et "Brethren" qui n'ont pas envie de calmer le jeu, le combo propose quelques variations mid-tempos, notamment sur l'intro basseuse de "'By The Slice" qui lève le pied le temps de reprendre sa respiration avant de renvoyer la sauce, le break massif death métallisé au milieu de "The Underling" (le meilleur morceau), le plombé et dissonant "Who Prays For The Devil", titre le plus "atmosphérique" du tas, ou encore l'ouverture de "Last Rites". Ce qui n'empêche toutefois pas une certaine répétitivité, souvent inhérente au style de toute façon. Il faut avouer que les riffs ne varient pas des masses et que Blood Feast se répète pas mal le long des presque trois quarts d'heure de ce The Future State Of Wicked qui aurait pu être écourté de ses passages les plus banals pour davantage d'efficacité. On a ainsi parfois l'impression d'avoir déjà entendu le même riff ou la même rythmique vocale juste avant (à 4'10 sur "Who Prays For The Devil" on se croirait revenu au morceau d'ouverture "INRI"). Les solos, souvent courts et chaotiques à la Slayer n'aident pas non plus à diversifier le propos tant ils se ressemblent et ne se révèlent pas très inspirés pour la plupart. Heureusement, certains s'en sortent mieux que d'autres comme sur le très bon instrumental "Remnants II". On pourra rajouter à la liste des griefs une batterie légèrement sur-mixée dont la caisse claire et les toms résonnent un peu trop, ce qui peut s'avérer pénible sur les nombreux roulements et descentes. Cela dit, tout cela sonne naturel ce qui est toujours mieux que les triggs dégueulasses de styles plus modernes.

Pas tout à fait l'album de l'année et inférieur à Kill For Pleasure, The Future State Of Wicked se montre un peu trop simpliste, répétitif et limité pour convaincre pleinement. On l'écoutera une petite dizaine de fois maximum avant qu'il ne prenne la poussière avec tous les autres albums "biens mais pas tops". Si ce nouvel album de Blood Feast, le premier depuis vingt-huit ans, ne restera donc pas dans les annales, je lui trouve tout de même suffisamment de qualités pour me faire dire qu'il s'agit d'un retour, non pas triomphal, mais plutôt correct du quintette du New-Jersey qui n'a pas perdu ses couilles et gagnera peut-être même quelques nouveaux fans. C'est que ce type de thrash old-school épuré, rageur et non dénué de groove qui va droit au but et ne cherche pas à se faire passer pour ce qu'il n'est pas, a quelque chose de satisfaisant, à défaut d'être génial. Et des fois, c'est bien suffisant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/06/2017 16:47
note: 7/10
Je n'avais jamais entendu parler du groupe mais c'est pas mal du tout en tout cas ! Un peu répétitif et linéaire sans doute mais ça poutre bien et surtout c'est énergique et ça ne se pose pas de questions.

Un bon disque qui fait du bien là où ça passe !

Je vais aller écouter "Kill for pleasure" pour approfondir leur musique Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blood Feast
Thrash Metal
2017 - Hells Headbangers
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (5)  6.4/10

plus d'infos sur
Blood Feast
Blood Feast
Thrash Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   INRI 02'47
02.   Off With Their Heads 04'40
03.   Brethren 03'06
04.   By The Slice 04'20
05.   The Underling 06'29
06.   Last Rites 03'41
07.   Who Prays For The Devil 06'11
08.   Nein 05'26
09.   Remnants II 01'26
10.   The Burn 5'11

Durée : Durée totale : 43'17

line up
parution
31 Mars 2017

voir aussi
Blood Feast
Blood Feast
Kill For Pleasure

1987 - New Renaissance Records
  

Essayez plutôt
Suicidal Angels
Suicidal Angels
Sanctify The Darkness

2009 - Nuclear Blast
  
Anthrax
Anthrax
The Greater Of Two Evils (Compil.)

2004 - Nuclear Blast
  
Slayer
Slayer
South Of Heaven

1988 - DefJam Recordings
  
Destruction
Destruction
Eternal Devastation

1986 - Steamhammer Records (SPV)
  
Tankard
Tankard
Stone Cold Sober

1992 - Noise Records
  

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique