chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atlas - Death and Fear

Chronique

Atlas Death and Fear (EP)
Avec Atlas, je ne te propose pas la lune. Pas même un tour du monde. Je t’ancre direct dans la scène stoner, les pieds dans le goudron mais la tête au frais car Atlas est suédois et le désert, il ne connaît pas. Son stoner/doom ne révolutionne pas la cartographie du genre mais l’aère très sensiblement à grands coups de hard/blues aux termes d’un EP de 6 titres pour près de 30 minutes de musique. En avant, marche !

Wermland va forcément t’induire en erreur. Ce premier titre n’est pas représentatif de la suite, qui part sur un mid-tempo lourd, rythmique et dynamisme accru en avant, basse rondouillarde inside. On note toutefois de suite les aspects très rock qui ramènent davantage à Kyuss qu’à Windhand, le chant gorgé de blues par instants – comme certains riffs – et la volonté de « briser » la structure à grands renforts de breaks, certes légers, mais dont le mérite est d’offrir une belle dynamique au morceau. Black Smoke, le second titre, reprend les mêmes codes en accentuant davantage les accents bluesy des soli.

La dominante boogie rock / blues de cet album ne doit cependant pas occulter les aspects plus bruts. Le stoner, le doom ne sont pas ici des prétextes. Sur les titres plus courts (Dog with two Bones ou Covered in Gold par exemple), ils confèrent aux titres un punch supplémentaire, d’autant que le son est très organique, particulièrement chaud et confortable. Ces titres sont d’autant appréciables que, là encore, les break font merveilles, qui enchainent lourdeur et vitesse et mélodies aériennes, subtiles.

A Waltz et Death and Fear, les deux derniers titres, les plus longs, accentuent le contraste, le premier s’éloignant franchement des terres metalliques pour rejoindre la mélodie pure, le blue le plus aérien, alors que le second reprend pied dans un doom plus classique, plus trad’.

La diversité de cet EP, sa coloration ultra chaude plaira sans difficulté aux amateurs de rock bluesy qui ne rechignent pas non plus devant quelques sonorités plus lourdes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atlas
Stroner / Doom / Blues
2016 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Atlas
Atlas
Stroner / Doom / Blues - 2011 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Wermland
02.   Black Smoke
03.   Dog With Two Bones
04.   Covered In Gold
05.   A Waltz
06.   Death & Fear

Durée : 30:12

line up
parution
1 Novembre 2016

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report