chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atlas - Death and Fear

Chronique

Atlas Death and Fear (EP)
Avec Atlas, je ne te propose pas la lune. Pas même un tour du monde. Je t’ancre direct dans la scène stoner, les pieds dans le goudron mais la tête au frais car Atlas est suédois et le désert, il ne connaît pas. Son stoner/doom ne révolutionne pas la cartographie du genre mais l’aère très sensiblement à grands coups de hard/blues aux termes d’un EP de 6 titres pour près de 30 minutes de musique. En avant, marche !

Wermland va forcément t’induire en erreur. Ce premier titre n’est pas représentatif de la suite, qui part sur un mid-tempo lourd, rythmique et dynamisme accru en avant, basse rondouillarde inside. On note toutefois de suite les aspects très rock qui ramènent davantage à Kyuss qu’à Windhand, le chant gorgé de blues par instants – comme certains riffs – et la volonté de « briser » la structure à grands renforts de breaks, certes légers, mais dont le mérite est d’offrir une belle dynamique au morceau. Black Smoke, le second titre, reprend les mêmes codes en accentuant davantage les accents bluesy des soli.

La dominante boogie rock / blues de cet album ne doit cependant pas occulter les aspects plus bruts. Le stoner, le doom ne sont pas ici des prétextes. Sur les titres plus courts (Dog with two Bones ou Covered in Gold par exemple), ils confèrent aux titres un punch supplémentaire, d’autant que le son est très organique, particulièrement chaud et confortable. Ces titres sont d’autant appréciables que, là encore, les break font merveilles, qui enchainent lourdeur et vitesse et mélodies aériennes, subtiles.

A Waltz et Death and Fear, les deux derniers titres, les plus longs, accentuent le contraste, le premier s’éloignant franchement des terres metalliques pour rejoindre la mélodie pure, le blue le plus aérien, alors que le second reprend pied dans un doom plus classique, plus trad’.

La diversité de cet EP, sa coloration ultra chaude plaira sans difficulté aux amateurs de rock bluesy qui ne rechignent pas non plus devant quelques sonorités plus lourdes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atlas
Stroner / Doom / Blues
2016 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Atlas
Atlas
Stroner / Doom / Blues - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Wermland
02.   Black Smoke
03.   Dog With Two Bones
04.   Covered In Gold
05.   A Waltz
06.   Death & Fear

Durée : 30:12

line up
parution
1 Novembre 2016

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique