chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hundredth - Rare

Chronique

Hundredth Rare
J'ai eu un peu les boules, je l'avoue, quand Hundredth a sorti un single complètement popisant, à se demander si on avait le même groupe entre les esgourdes. Les gaillards expliquent ça en disant que plus personne dans l'équipe n'écoute de hardcore depuis longtemps, et qu'ils ne voulaient pas continuer à écrire une musique qui ne leur tenait plus à coeur. Ah. Pourtant la motivation, ils l'avaient encore sur Free, petite pétite de hardcore mélo pleine de pêche tout en en ayant gros sur la patate. Mais passons.

Les gros riffs, c'est fini, le palm mute et les cris gonflés à bloc aussi (purée, elle va me manquer, cette voix...), place à un shoegaze très pop et dreamy qui joue cependant toujours avec les mêmes émotions que les albums précédents. Les guitares sont flottantes, distordues mais reverbées à souhait, la basse bien ronde soutient l'édifice, seule la batterie reste fidèle à elle-même, toujours très massive et percutante. C'est évidemment la voix qui subit la plus grosse modification. Chadwick Johnson a dit bye-bye à son hurlement bien rauque et mastoc, et chante maintenant à mi-voix, d'un timbre clair et mélodique qui tient bien plus de la pop indé que du hardcore. Sur le papier, pas grand-chose pour me convaincre. Et pourtant...

Et pourtant, la sauce prend. Avec ses couches de guitares à arpèges et ses nappes de chant mélo utilisé quasiment comme un instrument, Hundredth nous sert une ambiance aux petits oignons qui n'a pas grand-chose de neuf mais qui fonctionne. Entre des titres pêchus et lumineux comme 'Neurotic' ou 'Youth', quasiment dansants comme 'Chandelier', ou même franchement new wave comme 'White Squall' et 'Departure' qui rappellent les heures errantes de The Cure, on se prend au jeu et on se laisse entraîner, comme si cette phase contemplative succédait aux temps sombres du hardcore agressif. Seule 'Disarray' se détache du lot, plus speed et sur les nerfs que le reste. Une démarche et une musique qui rappellent assez Coliseum avec la sortie de Anxiety's Kiss.
Le principal reproche à faire à Rare est son uniformité. Si les mélodies sont différentes, la rythmique et la recette instrumentale restent toujours les mêmes, et on finit par décrocher par moments. Ce problème, couplé à une production soignée mais un poil trop dense et compressée, donne un peu l'impression d'avoir affaire à une seule piste de quarante-cinq minutes plutôt qu'à douze chansons distinctes.

Hundredth prend tout de même un virage à quatre-vingt-dix degrés assez réussi, bien qu'un peu monotone. Je regretterai leur hardcore enragé, qui m'avait mis la pâtée en concert avec une énergie in-your-face jouissive. Mais quitte à se mettre à écouter de la pop, Rare est plutôt sympathique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
21/06/2017 13:43
note: 7.5/10
Je pense préférer les anciens, surtout Let Go, avec lequel je les ai découvert... Mais je dois dire que j'aime quand même assez ce nouvel album. Plus shoegaze que choupinougayze, quoi. (Bon, le batteur fait 99% du taf et ces breaks (combo double-pédale/caisse claire qui mitraille) conservent totalement l'essence hardcore à la base du truc). Du coup ça me fait pas mal penser à des groupes comme Whirr, Weekend ou encore Nothing, en un peu plus ... molosse ? Sportif ?


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hundredth
Post-hardcore / shoegaze / dreamy pop
2017 - Hopeless Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (3)  7.56/10

plus d'infos sur
Hundredth
Hundredth
Post-hardcore / shoegaze / dreamy pop - 2007 - Etats-Unis
  

vidéos
Neurotic
Neurotic
Hundredth

Extrait de "Rare"
  

tracklist
01.   Vertigo  (03:27)
02.   Neurotic  (03:31)
03.   White Squall  (03:43)
04.   Hole  (03:52)
05.   Suffer  (03:49)
06.   Disarray  (03:35)
07.   Down  (04:06)
08.   Grey  (02:59)
09.   Shy Vein  (03:41)
10.   Chandelier  (03:39)
11.   Youth  (03:29)
12.   Departure  (05:18)

Durée : 00:45:08

parution
16 Juin 2017

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report