chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dying Fetus - Wrong One to Fuck With

Chronique

Dying Fetus Wrong One to Fuck With
Envers et contre tous, je n’avais pas été totalement convaincu par « Reign Supreme ». En ce début d’été chaud et ensoleillé, j’ai le plaisir de m’associer à contrario à cette vague de plaisir incommensurable que va nous procurer la sortie de « Wrong One to Fuck With », 8e opus de Dying Fetus. Déjà, prends toi le titre dans la tronche, PAN. Le groupe vend dans son nouveau merch un maillot de basketball avec le nom de l’album écrit en lettres capitales, je m’imagine tellement aller au Carrouf le plus proche avec ce maillot et griller sous les regards ahuris des badauds la file d’attente de la caisse « handicapés et femmes enceintes » en posant mon pack de Tourtel sur le tapis roulant (je suis un bad guy, mais j’ai des plaisirs simples). Le cadre est posé, Dying muthafuckin’ Fetus is back 4 real.

Ceci étant dit, qu’attendre d’un album de DF en 2017 ? Des riffs stroboscopiques à te faire perdre la tête tant les notes défilent à Mach 3 ? Des mosh parts épileptiques qui te feront faire du KDS avec ton chat dans ta cuisine ? Des growls plus graves qu’un meeting du PS après les législatives ? Check, check, check. Et pour le plaisir de nos yeux, messieurs dames, une pochette sanguinolente qui nécessite, comme à l’époque bénie des 90s, une « surpochette » en carton indiquant que l’artwork est violent et inapproprié aux âmes chastes, alors qu’il suffit d’aller sur Youtube ou de regarder BFM pour voir bien pire. Check #4 please. Une fois qu’on a dit ça, on se doit de rentrer dans le détail, et de prendre comme premier exemple de l’exceptionnelle qualité de ce nouvel opus « Ideological Subjugation », dont la rythmique trompeuse thrashisante d’intro laisse vite sa place (à 0 :22) à une sérénade magistrale d’efficacité avec un riff « sautillant », oui j’assume le qualificatif. Dans le genre « ahah tu y as cru », je propose aussi « Weaken the Structure », qui avec son début solo heavy puis arpège en son clair (va trouver un autre titre de DF avec un arpège, en vrai), laisse croire en ce milieu d’album à une plage de subtilité.. jusqu’à la 39e seconde, où la quintessence de la brutalité s’exprime de nouveau sans vergogne, oh oui growle moi encore dessus John. Car oui, ce John Gallagher est bien un demi-dieu, moitié homme moitié musique, ce bonhomme ayant un talent de compositeur à tomber de sa chaise (j’écris cette review assis par terre, par précaution), et une justesse de jeu phénoménale. Enfin, ça vous le saviez, mais j’aime bien déclarer mon amour aux génies, des fois. Revenons à nos morceaux, j’aime aussi beaucoup le titre éponyme et sa montée en pression, d’un début mid tempo assez pépère qui part vite en bagarre générale, on sent presque les gouttes de sang des nez qui saignent quand la machine s’énerve et que les blats déboulent, avant de revenir à quelque chose de plus menaçant et pernicieux quand John et Sean à 2mn31 se partagent un passage pachydermique finissant une phrase sur 2 par « i’m the wrong one to fuck with », auquel on a subitement très envie de croire tant l’ambiance est lourde. J’étais un peu moins fan des 2 premiers titres dévoilés, et qui initient la tracklist, mais finalement que reprocher à « Panic Amongst the Herd », cette symbiose guitare / batterie sur le riff d’intro où les percus finissent le riff n’aurait pas un petit air de futur classique ? Gros passage plaisir aussi avec « Seething With Disdain » et sa mosh part bien sale qui réapparait à 3mn06 après avoir dévoilé quelques accords en début de titre, miam. Et avis aux pirates (ou à ceux qui sur un malentendu comme moi achèteraient encore des albums), ne téléchargez pas la version 10 titres, mais bien celle de 11 titres, car le bonus track de la version Cd, « Induce Terror » est sacrément cool aussi.

« Wrong One to Fuck With » est une pépite de plus dans la disco de DF, et je trouve l’album plus hargneux, plus complexe, moins core que « Reign Supreme ». Aussi, ceux qui auraient grimacé à l’écoute des solis heavy et des mélodies « chaleureuses » de « Reign Supreme » se rassurent, Gallagher a ressorti les mélodies qui ne sonnent pas « lumineuses », et ça concorde avec le reste. J’insiste vraiment sur cette ambiance de confrontation qu’on ressent dans l’album, une écoute avec les paroles sous les yeux procure vraiment une sensation de défouloir musical, ce n’est pas pour rien qu’on écoute du métal après tout hein les gars ? Un petit mot sur la prod, moins propre que sur « Reign Supreme », mais ce n’est pas un mal, et tous les instruments sont audibles, on n’en demande pas plus. J’ai mis un peu plus de temps à rentrer dans cet album qu’avec ses prédécesseurs, mais j’en retire un pied phénoménal alors que j’arrive à deviner quel riff va suivre, ou que je bave d’admiration sur une rythmique ultra rapide que je n’aurais jamais eu l’idée même de composer. On pourra résumer ces sensations pures et réjouissantes en guise de conclusion par un laconique « Dying muthafuckin’ Fetus, what else ? »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
22/12/2017 18:41
note: 8.5/10
Yep! Je me retrouve dans le même cas que Chris qui avait été déçu par Reign Supreme, là on sent que le groupe a mis le bleu de chauffe et s'est dit "on va pas refourguer un RS bis routinier à nos chèvres".

Sans réinventer sa formule, l'album est un gros pavé à la fois plus technique et HxC que ce qu'ils ont fait auparavant!

Plus homogène que son prédécesseur, y a quand même des titres qui ressortent plus que d'autres comme ce Reveling In The Abyss, et son excellent riff vers les 1min. 30 bien entêtant.

Dans les doléances, car rien n'est jamais parfait, une prod' peut-être trop proprette, une basse qui comme d'hab', aurait gagné à être plus mis en avant dans le mix, comme dans les compos, manque la fougue des débuts, mais ça, ça peut difficilement se faker, même en studio...

Bref, un des rares tôliers qui aura pas déçu en cette triste année 2017!
TornApart citer
TornApart
21/07/2017 19:30
Chef-d'œuvre.
Keyser citer
Keyser
20/06/2017 20:27
note: 8.5/10
Grosse, grosse tuerie.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
20/06/2017 08:44
note: 8.5/10
Un excellent album, et probablement un des meilleurs de toute leur discographie. Ca ne faiblit pas, ça poutre à mort et l'inspiration est au top du début et à la fin ! Le trio confirme qu'il est un des fers de lance du genre !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dying Fetus
Brutal Deathcore
2017 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.25/10
Webzines : (23)  8.15/10

plus d'infos sur
Dying Fetus
Dying Fetus
Brutal Deathcore - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Fixated on Devastation
Fixated on Devastation
Dying Fetus

Extrait de "Wrong One to Fuck With"
  
Panic Amongst the Herd
Panic Amongst the Herd
Dying Fetus

Extrait de "Wrong One to Fuck With"
  
Die with Integrity
Die with Integrity
Dying Fetus

Extrait de "Wrong One to Fuck With"
  

tracklist
01.   Fixated on Devastation
02.   Panic Amongst the Herd
03.   Die with Integrity
04.   Reveling in the Abyss
05.   Seething with Disdain
06.   Ideological Subjugation
07.   Weaken the Structure
08.   Fallacy
09.   Unmitigated Detestation
10.   Wrong One to Fuck With
11.   Induce Terror

line up
parution
23 Juin 2017

voir aussi
Dying Fetus
Dying Fetus
Destroy The Opposition

2000 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Descend into Depravity

2009 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Reign Supreme

2012 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
History Repeats... (EP)

2011 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
War Of Attrition

2007 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Misery Index
Misery Index
Discordia

2006 - Relapse Records
  
Modus Delicti
Modus Delicti
Modus Delicti (EP)

2010 - The Spew Records
  
Eradikal Insane
Eradikal Insane
Mithra

2015 - Autoproduction
  
D.S.K.
D.S.K.
Oppressed / Deformed

2006 - Thundering Records
  
Dying Humanity
Dying Humanity
Fallen Paradise

2007 - Restrain Records
  

Album de l'année
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report