chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Desultory - Through Aching Aeons

Chronique

Desultory Through Aching Aeons
Pas pour déplaire aux fins gourmets HM-2 mais les sorties de grosses cylindrées suédoises s’enchaînent pour ce mois de juin caniculaire : la découverte plébiscitée Gods Forsaken de l’ogre Jonny Pettersson (Wombbath), la roue libre Entrails (« next ! ») puis cette galette inattendue de Desultory. Desultory ou un énième groupe maudit oublié qui aura sorti deux pépites de death metal suédois (Into Eternity et Bitterness) au début des années 90 (production Sunlight et sortie via Metal Blade tout de même) pour finalement se séparer en 1996. Pépites malheureusement masquées par les mastodontes de Stockholm de l’époque… Forcément le retour de Desultory 13 ans plus tard était attendu sourire béat, surtout que le champ semblait libre (entre groupes lambda et maîtres peu inspirés). Counting Our Scars saura faire son effet sur le moment mais prendra malheureusement la poussière… Suivra encore un long silence puis l’annonce surprise du groupe au Hellfest 2016 et la news d’un album… D’adieu. Through Aching Aeons.

Petit pincement au cœur avant de mettre le disque en platine je dois avouer… Soit. Mais aucune frayeur à avoir, point de death ‘n’ roll bancal (le raté Swallow The Snake) pour cet « au revoir », la recette death metal de Desultory n’a pas changé en 20 ans : une bonne dose de « groove » et de « mélodie » dans des compositions « directes » certes mais qui paraîtront nettement plus subtiles et complexes que le gras saturé triple couche de ses camarades décérébrés (mais si jouissifs). Une efficience décuplée par la production exemplaire (comme d’habitude) du studio Necromorbus (déjà responsable du son de Counting Our Scars). Dès les premières secondes de « Silent Rapture » on pourra se délecter au casque de chaque instrument et des vocaux mâles. On découvrira ainsi un Desultory encore plus brut de décoffrage, la faute en grande partie à ce frappeur fou. Toujours aussi déchaîné (façon Animal du Muppets Show), outre le « skank beat » coutumier, Thomas enverra des parpaings dans tous les sens (toms et cymbales) en up-tempo quasi sans temps mort sur les neuf morceaux. Malgré quelques variations de débits et des introductions « tremplins » (morceau éponyme), les plans sembleront moins inspirés. L’inspiration, oui, gros défaut de ce cinquième album.

Contrairement aux précédentes galettes, peu de hits à se mettre sous la dent. On retiendra surtout les imparables « Beneath The Bleeding Sky » (condensé du savoir-faire de Desultory) et « Breathing The Ashes » qui démontrent l’atout mélodique de la bande. Des riffs glacials calés dans du death suédois viril, l’alchimie fait mouche, la présence de Johan Bohlin (guitariste d’Unanimated pour rappel) n’y étant pas étrangère. Mais globalement ce Through Aching Aeons semble moins accrocheur qu’à l’accoutumé, des riffs mélo plus éparses et moins marquants dans des compositions malgré tout ô combien carrées. On notera une touche mélancolique sur l’introduction au piano de « Divine Blindness » et le final de « Our Departure » comme les derniers vers dédiés à leurs fans… Cela ne suffira pas à gommer ce sentiment de « pilotage automatique » que l’on subira particulièrement sur « Spineless Kingdom », le poussif « In This Embrace » (morceau le plus faible) ou « Slither ». Des chutes de studio du précédent album pour remplir la chose ? Il faudra parfois attendre un break ou une montée d’adrénaline du batteur hyperactif pour que notre lobe sorte de sa veille.

Desultory se contente de livrer le « juste ce qu’il faut » et d’offrir à ses adeptes ses dernières esquisses avant de nous dire adieu. L’emballage et le contenu ne sont pas mensongers. Des compositions carrées, quelques mélodies imparables et un frappeur sous amphétamines mais l’inspiration et la fougue d’antan semblent ne plus y être… La comparaison avec leurs deux premières œuvres sera dure et certains titres feront plutôt offices de chutes de studio de Counting Our Scars. On comprend alors le choix des Suédois d’arrêter l’aventure ici. « Farväl » Desultory.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/06/2017 08:52
note: 7.5/10
Les extraits proposés sont agréables à défaut d'être vraiment marquants, c'est sûr que le groupe a fait mieux dans le passé et du coup leur décision d'arrêter semble logique vu que les gars disaient avoir fait le tour de la question.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Desultory
Death Metal
2017 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (6)  7.68/10

plus d'infos sur
Desultory
Desultory
Death Metal - 1989 † 2017 - Suède
  

tracklist
01.   Silent Rapture  (04:07)
02.   Spineless Kingdom  (03:08)
03.   Through Aching Aeons  (04:28)
04.   In This Embrace  (04:55)
05.   Beneath the Bleeding Sky  (06:05)
06.   Slither  (03:16)
07.   Divine Blindness  (06:18)
08.   Breathing the Ashes  (05:02)
09.   Our Departure  (06:35)

Durée : 43:54

line up
parution
23 Juin 2017

voir aussi
Desultory
Desultory
Into Eternity

1993 - Metal Blade
  
Desultory
Desultory
Bitterness

1994 - Metal Blade
  
Desultory
Desultory
Counting Our Scars

2011 - Pulverised Records
  

Essayez aussi
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Manifested Darkness

2013 - F.D.A. Rekotz
  
Deadborn
Deadborn
Stigma Eternal

2007 - Massacre Records
  
Gorephilia
Gorephilia
Severed Monolith

2017 - Dark Descent Records
  
Withdrawn
Withdrawn
The Strongest Will

2012 - Great Dane Records
  
Chapel Of Disease
Chapel Of Disease
Summoning Black Gods

2012 - F.D.A. Rekotz
  

Sanguine Eagle
Individuation (Démo)
Lire la chronique
Primitive Man
Caustic
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March pour l'album "Praeludium Exterminii"
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier