chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Exocrine - Ascension

Chronique

Exocrine Ascension
Si GOROD est incontestablement le porte-drapeau du Death technique Bordelais il n’est désormais plus seul dans la ville Girondine, car avec plus d’une décennie au compteur et une notoriété qui n’est plus à démontrer la formation menée par Mathieu Pascal et Benoit Claus a fait des émules. En effet bien que peu connu encore EXOCRINE continue sur la voie tracée par son illustre ainé, tout en faisant preuve d’une plus grande maturité artistique après son premier essai « Unreal Existence » sorti en 2015, qui laissait entrevoir de belles promesses. Celles-ci sont au rendez-vous avec ce nouvel opus qui conjugue à la fois un niveau technique relevé, un concept cohérent et beaucoup de mélodie, car le quartet s’est inspiré des récits bibliques (l’exode, l’ascension et la renaissance) pour faire un triptyque chronologique et étonnant, où se mêle de légers sons électroniques et du piano.

Du coup avec tout cela il ne faut pas s’étonner que ce disque surprenne, interpelle voire même déroute de prime abord, et du coup l’ensemble va demander une attention de tous les instants pour saisir chaque subtilité, ainsi qu’un nombre d’écoutes conséquent pour tout assimiler, car avec « Terra » on est directement plongé dans une déferlante de blasts, de cassures, de ralentissements et d’accélérations propres au genre, avec une construction classique et une technicité haute mais pas écoeurante. Pourtant ce qui marque dès le départ c’est la production qui va finir par gâcher la qualité des morceaux, celle-ci manque franchement de puissance et le chant finit par en pâtir et par se perdre dans le mixage, mais surtout le jeu de haute volée d’Antoine Fourré derrière sa batterie (qui a quitté le groupe dernièrement) n’est pas mis en valeur. Ses différents fûts sonnent terriblement plastique et synthétique, et rendent l’écoute difficile tant on se croirait presque chez Unique Leader, ce qui est dommage au vu de la palette de jeu et de son énergie déployée pour être raccord avec ses collègues. Cependant le quatuor a eu l’excellente idée de ne pas étirer au maximum ses compositions, aucune ne dépasse les cinq minutes et cela permet justement d’éviter le trop-plein et la lassitude, d’ailleurs on remarque cela avec la première partie (« Chapter I : Exode ») où après « Alpha » très classique, vient « The Fall » plus direct et rentre-dedans mais qui ne cède pas à la facilité, à l’instar de l’excellent et varié « Cryogenisation » qui nous montre une facette différente et réussie. Car après un démarrage lourd et presque Hardcore la suite sera presque groovy et planante via les parties solos de Sylvain Octor-Perez qui réalisera un sans-faute durant les quarante minutes totales, et dont l’apport sera déterminant, puisque sans ses nombreuses interventions il y’aurait eu une grosse perte d’intérêt. L’arrivée de « Chapter II : The Ascension » montre une homogénéité grandissante, d’abord avec « Eternal Solitude » tout en variations, suivi de « Amber » qui montre une facette plus douce et aérienne, car là le piano se fait entendre et s’accorde parfaitement avec les parties plus lentes et mélodieuses voulues par les gars. Enfin « The Hive » continue dans cette veine plus froide et synthétique et montre qu’ils savent aussi lever le pied et garder leur cohérence sans tomber dans le kitch ou le larmoyant. « Chapter III : Rebirth » démarre quant à lui par un petit interlude au clavier où les notes légèrement électroniques retentissent dans l’air avant un « Garden Of Flesh » remuant et convaincant, et « Empyre » qui clôt les débats de belle manière en se différenciant du reste vu qu’il mélange brutalité et lenteur de manière plus extrême et plus nette.

Malgré un thème général plutôt risqué le groupe s’en sort avec beaucoup d’intelligence et de maîtrise, où chacun des membres sort une très belle prestation que ce soit le batteur fin et puissant, le chant précis et qui n’en fait pas trop, la rythmique carrée et impeccable, et enfin les nombreuses parties lead splendides qui font que celui-ci se démarque des autres au style moins éthéré. Avec ce très bon disque nul doute que les Girondins vont gagner en notoriété, tant leurs morceaux sont véritablement taillés pour la scène où ils prendront leur vraie ampleur et puissance, contrairement aux versions studio où l’oreille et l’intérêt de l’auditeur peuvent être mis à mal par ce son un peu défaillant, qui aurait sans doute mérité plus de naturel et moins de modernité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

human citer
human
22/06/2017 16:18
note: 7.5/10
Autant j'avais aimé le premier album (qui avait fini dans mon top 5), autant celui-ci me laisse perplexe. La prod ratée y est pour beaucoup. Dommage car ce groupe a une vraie personnalité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exocrine
Death Technique
2017 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (5)  8.01/10

plus d'infos sur
Exocrine
Exocrine
Death Technique - 2013 - France
  

tracklist
01.   Terra
02.   Alpha
03.   The Fall
04.   Cryogenisation
05.   Eternal Solitude
06.   Amber
07.   The Hive
08.   Proceed
09.   Garden Of Flesh
10.   Empyre

Durée : 40 minutes

line up
parution
31 Janvier 2017

voir aussi
Exocrine
Exocrine
Unreal Existence

2015 - Great Dane Records
  

Essayez aussi
Luen-Ta
Luen-Ta
Ghost Area

2002 - Thundering Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Omen (EP)

2011 - Victory Records
  
Lecherous Nocturne
Lecherous Nocturne
The Age Of Miracles Has Passed

2008 - Unique Leader Records
  
Brain Drill
Brain Drill
Apocalyptic Feasting

2008 - Metal Blade Records
  
Sickening Horror
Sickening Horror
When Landscapes Bled Backwards

2007 - Neurotic Records
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique