chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gravetemple - Impassable Fears

Chronique

Gravetemple Impassable Fears
Le frisson. Il est toujours ce qui départage, en musique comme ailleurs, ce qui nous marque de ce qui se passera de nous. Toujours cette porte d'entrée qui donne envie de pénétrer la pièce. Et, toujours, la seule chose qui compte quand s'aborde une œuvre comme Impassable Fears.

Le frisson, je l'ai clairement ressenti à l'écoute de ce nouvel album de Gravetemple. Je l'attendais particulièrement, son line-up aussi alléchant que potentiellement annonciateur de désastre m'ayant fait craindre le pire comme espérer le meilleur. C'est que Stephen O'Malley et Attila Csihar n'ont pas forcément brillé ensemble récemment, cf. Kannon, dernier essai de Sunn O))) plat au possible. Leur apparente intention d'offrir une lecture drone, abstraite, au bord de l'improvisation, du death metal aurait donc très bien pu se classer rapidement avec ces exercices intellectuels, mais aucunement émotionnels, qu'on range après quelques écoutes tout en les racontant aux autres, comme une exposition prétentieuse mais de bon ton d'apprécier.

Seulement, on laissera pour cette fois les clichés attachés à l'art contemporain. Car – bonheur ! – frisson il y a. D'abord en la personne de ce batteur tentaculaire qui, à lui seul, donne à Gravetemple toute l'aura malfaisante, carnassière, que l'on est en droit d'attendre quand « death metal » est une expression qui vient directement en tête. Aucun blast, « simplement » une accumulation de frappes désarticulées, de rythmes avançant sur milles jambes, de claquements tantôt faméliques, tantôt assourdissants, dévorant l'espace autour d'eux. Contrat rempli : par sa seule performance, Oren Ambarchi écrase, violente et fait halluciner comme dans les plus prégnants cauchemars de Grave Miasma tout en s'échappant dans une cacophonie qui plonge dans l'horreur par touches, comme se dessinant au fur et à mesure de coups de pinceau (dont l'artwork de Denis Forkas, rappelant fortement le travail de Hieronymus Bosch, peut très bien se voir comme le rendu final).

Sûr, pour tout conceptuel que Impassable Fears peut paraître, sa sauvagerie, sa faim de tout, en font une expérience aussi grouillante que n'importe quel album de death metal à l'atmosphère obligeant à sortir son couteau pour trancher la nuit et ses spectres. Pourtant, dans les formes que notre cerveau dessine à partir de ce noir absolu, impossible de ne pas reconnaître d'autres nuances que celles citées plus haut. En effet, Gravetemple évoque Ordo ad Chao de Mayhem au-delà de toute autre référence, ses sons désordonnés ainsi que le chant de Attila, fêlé, paniqué, autoritaire, pris dans une folie qu'il instaure en maîtresse de ce monde de terreur, rappelant le dit-album de manière détournée. Aidé par Stephen O'Malley et ses notes glissantes, graves, fourmillantes, donnant une texture de rêve global à ses prédications, le hurleur montre qu'il n'a rien perdu de son talent pour, sans forcer le trait, devenir le seigneur des sommeils épuisants, où l'agitation de l'esprit se cache sous un corps catatonique.

Le frisson. C'est ce qui nous parcourt de l'intérieur à l'écoute de Impassable Fears. C'est ce qui fait voir cet univers magique, improbable, tortueux et tortionnaire, les infra-basses en échos de l'infra-monde. C'est aussi ce qui fait penser que Gravetemple laisse parfois une trop grande place à la suggestion, s'avérant si mouvant, si fuyant, qu'il ne s'apprécie pas toujours à la même échelle. Tels ces films atmosphériques réclamant un investissement extérieur de la part de leur spectateur, ces trente-cinq minutes pourront être aussi bien un fond sonore inquiétant qu'une plongée dans une musique où emprisonner ses pensées. Mais, à aucun moment, elles ne laisseront indifférent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
28/06/2017 11:43
note: 7.5/10
La fin du disque, c'est ce que je préfère ^^
tasserholf citer
tasserholf
28/06/2017 11:08
Ikea a écrit : J'avoue avoir haussé les sourcils en voyant que tu avais commenté cette chronique ahah ! Le batteur tue, on est d'accord.
C'est le "psychédélique" (mérité) et le "black metal" (moins mérité à mon avis) qui m'a attiré Moqueur
Ikea citer
Ikea
28/06/2017 10:57
note: 7.5/10
J'avoue avoir haussé les sourcils en voyant que tu avais commenté cette chronique ahah ! Le batteur tue, on est d'accord.
tasserholf citer
tasserholf
28/06/2017 10:47
Pour étonner gulo (et après avoir lu ta chronique) j'ai écouté en entier.
Et pour ne pas étonner gulo ce que j'ai retenu c'est le batteur, très bon, et ce sans blast.
Toujours pour pas vous étonner les parties ambiantes m'ont endormi (les guitares poussives au début du premier morceau, l'ensemble de Domine, la fin du dernier).
Mais quand même, grosse ambiance.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gravetemple
Psychedelic Drone / Death / Black Metal
2017 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (9)  5.89/10

plus d'infos sur
Gravetemple
Gravetemple
Psychedelic Drone / Death / Black Metal - 2006 - International
  

tracklist
01.   A Szarka (The Magpie)
02.   Elavúlt Földbolygó (World out of date)
03.   A Karma Karmai (Karma's claws)
04.   Domino
05.   Áthatolhatatlan Félelmek (Impassable fears)
06.   Az Örök Végtelen Üresség (Eternal Endless Void)

Durée : 34 minutes 56 secondes

line up
parution
5 Juin 2017

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique