chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Putrid Offal - Anatomy

Chronique

Putrid Offal Anatomy (EP)
Quand on pense à des vétérans du Death hexagonal venus du Nord-Pas de Calais un nom vient tout de suite, celui de LOUDBLAST, cependant la bande à Stéphane Buriez n’a pas eu le monopole dans la région car PUTRID OFFAL a également œuvré dans l’underground du début des années 90, sauf que le destin de ces derniers n’a pas été aussi flamboyant que celui de la tête gondole locale. Car après deux démos et un Split entre 1991 et 1994 la formation articulée autour du chanteur Franck Peiffer et du bassiste Fred Houriez arrêta totalement ses activités jusqu’à se faire progressivement oublier, avant que la machine ne se remette en route quasiment deux décennies plus tard. En effet ce fût à la surprise générale qu’en 2013 les deux compères désormais épaulés à la seconde guitare par Philippe Reinhalter de DIVISION ALPHA, annoncèrent leur retour et la sortie dans la foulée d’un nouvel EP, suivi peu de temps après d’une compilation regroupant leurs compositions de l’époque et de la sortie d’un tant attendu premier opus, qui allait recueillir d’excellentes critiques de la part du public comme des journaux et webzines spécialisés. Désormais remis en selle et armé d’un batteur à plein-temps (l’excellent Laye Louhenapessy de DEHUMAN) le quatuor en a depuis profité pour écumer les scènes nationales et d’Europe (en compagnie de MERCYLESS), s’offrant même un passage à l’Obscene Extreme, au Fall Of Summer l’an dernier, et au Hellfest il y’a quelques jours.

En attendant son deuxième disque longue-durée le groupe a décidé pour faire patienter les fans de sortir un nouveau mini-album où l’on va trouver à la fois de la nouveauté et de l’ancien remis au goût du jour. Car avec désormais un vrai frappeur l’occasion était belle pour la bande de modifier un peu son répertoire sans le dénaturer totalement, du coup on a droit à six morceau répartis en trois-tiers : de l’inédit, du réenregistré avec l’actuel line-up et du live pour s’apercevoir de la puissance scénique des anciennes compos. Cependant dès que débute les premières secondes de « Anatomy » on s’aperçoit que celle-ci (et sa petite sœur qui va suivre « Didactic Exploration ») va aussi faire un carton lors des futurs concerts du combo, car bien que ne prenant pas de risque et restant dans son terrain de Death/Grind gore, cette première nouveauté démarre avec une batterie bien tribal où le jeu sur les toms durant l’intro permet de faire monter la pression, avant ensuite d’exploser en mille morceaux. A partir de ce moment-là ça va alterner entre blasts furibards, parties rapides déchaînées et gros boulot sur les voix, car l’ensemble passe sans problème du growl le plus profond aux cris les plus effrayants, le tout mis en exergue par le marteleur Belge qui amène une vraie profondeur par sa précision et son jeu tout en variations. La plage suivante reprend grosso modo le même schéma en se faisant plus lourde lors du passage central qui permet d’être remuant à souhait et de donner une grosse envie de headbanguer, le tout avec une production puissante et moderne où tout le monde est mixé de manière à peu près équitable. S’ensuit « Rotted Flesh » et « Gurgling Prey » qui bien qu’étant déjà connus retrouvent une seconde jeunesse grâce au nouveau-venu qui étale toute sa classe, et permet ainsi de faire gagner en puissance la musique de ces acolytes qui l’était déjà auparavant, malgré une boîte à rythmes agréable et très bien réglée. Le constat est le même pour « Requiem For A Corpse » et « Purulent Cold » qui écrasent tout sur leur passage et y gagnent en profondeur, comme les prestations scéniques de la bande qui font l’unanimité.

En à peine plus d’un quart d’heure on constate que l’âge n’a aucune prise sur les vétérans, qui se bonifient au contraire avec le temps et nous offrent de la nouveauté très classique sur le fond et la forme, mais dont l’énergie et la puissance conforteront dans l’idée que les gars ont trouvé leur vitesse de croisière et semblent bel et bien décidé à rattraper le temps perdu et à profiter au maximum des occasions qui s’offrent à eux. Avec une notoriété grandissante et méritée ils auraient tort de ne pas se faire plaisir et de refuser les occasions qui se présentent, comme quoi il n’est jamais trop tard et que dans la vie tout reste toujours possible.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
29/06/2017 17:45
Salut l’ami. C’est sûr que Paysage d’Hiver est bien plus classe. Toujours sympa de lire tes kros
Raziel citer
Raziel
29/06/2017 16:06
Oh bras cass' ! Salut mon pote ! Ouais, c'est pas le lieu, mais bon, entre anciens... Sourire

Sinon, c'est vrai que la pochette est laide !
Bras Cassé citer
Bras Cassé
29/06/2017 14:31
Que cette pochette est moche, le summun du mauvais gout! Vouloir choquer est une chose, repousser son possible auditoire en est une autre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Putrid Offal
Death / Grind
2017 - Xenokorp
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Putrid Offal
Putrid Offal
Death / Grind - 1991 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Anatomy
02.   Didactic Exploration
03.   Rotted Flesh [version 2017]
04.   Gurgling Prey [version 2017]
05.   Requiem For A Corpse [live]
06.   Purulent Cold [live]

Durée : 16 minutes

parution
4 Août 2017

Essayez aussi
Napalm Death
Napalm Death
Words From The Exit Wound

1998 - Earache Records
  
Benighted
Benighted
Carnivore Sublime

2014 - Season of Mist
  
SCID
SCID
Fucked Beyond Recognition (Compil.)

2005 - Undergrind
  
Aborted
Aborted
The Haematophobic EP (EP)

2004 - Listenable Records
  
Zubrowska
Zubrowska
One On Six

2004 - Xtreem Music
  

Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage