chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pagliacci - Yours Sincerely, Sister Josephine

Chronique

Pagliacci Yours Sincerely, Sister Josephine (EP)
Cela va faire quelques mois qu'on se pratique, vous et moi, mais vous ne savez pas encore tout de moi. Même si l'heure du divan de Lacan n'est pas encore venue, je suis d'humeur à vous faire une petite confidence : si je suis ouvert à pas mal de styles, je n'ai jamais accroché aux projets symphoniques ou lyriques. J'éprouve également une certaine méfiance à l'égard des concept albums, qui enferment trop souvent les groupes qui s'y lancent dans une histoire mièvre et tortueuse. Vous ne pouvez donc pas me taxer de subjectivité lorsque je choisis comme coup de cœur pour ce mois de juin un concept album de Metal Symphonique!

Yours Sincerely, Sister Josephine n'est pas un album mais un EP, et vous pourriez juger le format trop court pour se faire une idée claire des talents des interprètes. Je ne vous contredirai pas. Vingt petites minutes, c'est d'autant plus succinct que le projet est d'envergure. Ce coup de coeur n'est (je l'espère) qu'un avant-goût de ce que sera l'oeuvre finale ambitionnée par ses auteurs

PAGLIACCI n'est pas un groupe, c'est un Opera Metal créé par deux anciens membres du groupe de Metal Symphonique ALLEGORIST : Zhivko Koev (claviers, paroles et musique) et Katerina Simeonova (chant). Outre ses deux têtes de pont, le projet implique dix-huit intervenants invités, ce qui lui donne une dimension internationale qui complexifie énormément le processus de réalisation. Ainsi, entre la publication du premier single, "Black Flowers" et ce debut EP, deux ans déjà se sont écoulés!

Les plus cultivés d'entre vous le savent déjà, mais je précise pour les autres que Pagliacci est un opéra italien en deux actes de Ruggero Leoncavallo, créé le 21 mai 1892 au Teatro Dal Verme à Milan. Cela n'a rien à voir avec l'histoire développée par le groupe PAGLIACCI dans son propre Opera. Une histoire qui devrait tenir sur deux albums et un EP, ledit EP servant de transition entre les deux albums. C'est justement cet EP que le groupe a choisi de publier en primeur. Même s'il doit servir de transitions entre deux parties qui ne sont pas encore connues, le petit disque de cinq titres, très bien écrit, donne à l'auditeur des raisons d'espérer. En effet, de la scénarisation aux lyrics en passant par les compos et le crescendo dramatique, ce premier essai de vingt minutes en dit long sur le potentiel de PAGLIACCI.

On ne passera pas bien longtemps sur "Dear Brother Dominic", une lettre lue sur fonds d'arpèges servant d'introduction à l'histoire. La suite est beaucoup plus intéressante. Elle est construite comme un dialogue entre deux protagonistes classiques de la Commedia dell'arte, Arlequin et Colombine et des choeurs qui ponctuent leurs échange. Tout comme dans l'opéra classique italien d'où sont issus ces deux personnages, Arlequin et Colombine incarnent le peuple, généralement rusé et audacieux (comme les personnages de bonnes et de laquais chez Molière) tandis que les choeurs expriment l'opinion générale, l'avis de la majorité. Les lyrics sont construits selon les règles poétiques classiques (avec des rimes, une homogénéité dans le nombre de pieds des vers). Le chant prend souvent des accents grandiloquents et expressifs tandis que la musique alterne les ambiances et climats, jouant notamment sur l'impressionnante variété d'instruments impliqués dans les compos. Comme dans tout projet de Metal Symphonique réussi, l'ambiance repose sur une délicate alchimie entre l'instrumentation acoustique, les instruments "classiques", une colonne vertébrale Metal : le trio batterie, guitare et basse amplifiées et saturées, un chant extrême ("Calling Melchizedek") et des nappes de claviers pesantes.

On ne peut que saluer l'énorme travail de composition, d'écriture et de construction et un résultat qui, dans son genre, force le respect. La masse de boulot nécessaire à la réalisation de ce projet international impliquant vingt musiciens éparpillés à travers l'Europe est d'autant plus impressionnante que PAGLIACCI est une autoproduction.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
22/08/2017 19:58
Un projet qui dépasse l'entendement. Parce que mener ça en autoproduction, c'est balèze !
A suivre de très, très près ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pagliacci
Opera Metal
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pagliacci
Pagliacci
Opera Metal - 2015 - Bulgarie
  

vidéos
Black Flowers
Black Flowers
Pagliacci

Extrait de "Yours Sincerely, Sister Josephine"
  

tracklist
Dear Brother Dominick 02:44
Black Flowers 03:59
So Sane 04:10
Wise Men & Lunatics 03:21
Calling Melchizedek 06:29

Durée : 21:00

line up
parution
8 Juin 2017

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique