chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
18 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ululatum Tollunt - Quantum Noose Of Usurpation

Chronique

Ululatum Tollunt Quantum Noose Of Usurpation (EP)
Invictus Productions poursuit sa campagne de destruction massive avec cette fois-ci un obscur groupe américain dont les premiers balbutiements discographiques remontent seulement à l’année dernière. Originaire du Tennessee, Ululatum Tollunt (qui se traduit en latin par "cri de guerre") compte effectivement à son actif une première démo autoproduite intitulée Order Of The Morningstars suivi d’un EP paru il y a quelques mois sur le fameux label irlandais.
Si les titres et l’appellation donnés aux supports diffèrent, le contenu reste quant à lui étonnamment identique. On retrouve ainsi les mêmes morceaux, proposés selon un tracklisting absolument similaire et qui pour l’occasion n’ont surtout pas été réécrit ou réenregistrés. Ainsi, en dehors du titre donné à ce EP (Quantum Noose Of Usurpation), la seule légère différence porte finalement sur l’artwork qui utilise toutefois les mêmes principaux éléments à savoir deux masses d’armes imposantes perdues ici dans une espèce de brouillard opaque. Guerre !

Du haut de ses presque vingt minutes, ce EP va venir marcher sur les plates bandes d’une scène canadienne implacable connue pour ses formations sulfureuses et jusqu’au-boutistes (Antichrist, Blasphemy, Conqueror, Death Worship, Revenge...). Un mimétisme qui pourrait presque paraître gênant si le résultat n’était pas aussi terriblement efficace et redoutable. Avec une moyenne d’un peu plus de trois minutes par titres (d’ailleurs plombée par un "Triumph Continuum" affichant à lui seul près de six minutes), Ululatum Tollunt s’applique avec une rigueur qui fait froid dans le dos à tout anéantir sur son passage.
Sans surprise, on retrouve donc tous les poncifs qui définissent aujourd’hui le genre. De la production opaque et volontairement déséquilibrée à la voix âpre et totalement arrachée en passant par ce riffing aliénant et étouffé (avec en sus ces descentes de manches dissonantes à la Revenge), ces blasts quasi ininterrompus opposés à ces quelques breaks brise-nuques ainsi que cette atmosphère belliqueuse, fière et conquérante, l’amateur éclairé ne sera certainement pas dépaysé lorsqu’il posera ses oreilles ici pour la première fois. D’autant qu’à défaut d’originalité, les Américains possèdent heureusement de certaines prédispositions en matière de guérilla urbaine. Une guerre éclaire que le groupe sait gagnée d’avance grâce à des compositions bestiale et particulièrement frontale qui n’épargneront absolument personne. Une blitzkrieg menée tête baissée, le couteau entre les dents avec l'irrépressible envie de tout dézinguer.

N’ayant pas spécialement envie de plomber votre éventuelle curiosité par une chronique trop longue qui ne ferait finalement que tourner en rond, je préfère m’arrêter là pour vous donner l’opportunité d’écouter les quelques titres en écoute ci-contre. Si on repassera pour l’originalité et/ou la personnalité, on restera bien entendu pour la force de frappe déployée par les Américains dont on ne sait finalement pas grand chose. Une leçon de violence dans les règles de l’art qui n’impressionnera pas grand monde mais qui toutefois procurera à coup sûr son lot d’émotions fortes. Une belle entrée en matière à destination de ces têtes brûlées pour qui l’efficacité prime sur tout le reste. Pour ma part, j’ai évidemment déjà signé...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ululatum Tollunt
Black / Death Metal
2017 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.75/5

plus d'infos sur
Ululatum Tollunt
Ululatum Tollunt
Black / Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Order Of The Morningstars  (02:34)
02.   Serpentine Despoilers  (03:31)
03.   Lupine Aggressors  (02:11)
04.   Obsidian Dominion  (02:15)
05.   Quantum Noose Of Usurpation  (03:06)
06.   Triumph Continuum  (05:52)

Durée : 19:29

parution
30 Janvier 2017

Essayez aussi
Necrophobic
Necrophobic
Death To All

2009 - Regain Records
  
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  
Arkhon Infaustus
Arkhon Infaustus
Passing The Nekromanteion (EP)

2017 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique