chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Carach Angren - Dance and Laugh Amongst the Rotten

Chronique

Carach Angren Dance and Laugh Amongst the Rotten
L’art de la comédie musicale. Ah si, les compositions créées pour le genre sont à part. Il faut bien entendu accrocher l’oreille, mais aussi parvenir à être dramatique. Les chansons doivent réussir à raconter l’histoire, à être en osmose avec les ambiances voulues. On est content, on doit avoir une petite mélodie enjouée. On a peur, oh là là, vite, une partie angoissante. Et il faut parfois s’emballer, devenir agressif, jouer l’émotion... Du coup, il faut souvent privilégier des sentiments, surjoués car il faut être facilement compris, au détriment de la qualité uniquement sensitive. Une très bonne comédie musicale parvient à lier le plaisir auditif et la trame narrative du scénario.

CARACH ANGREN y est parvenu. Malheureusement je ne parle pas de leur 5ème album sorti il y a quelques semaines, mais des trois premiers opus. Sans en avoir été un fan absolu, j’avais tout de même été convaincu par des ambiances encore bien dosées. Et il faut le dire assez rafraîchissante à ce moment-là. Lammendam, Death Came Through a Phantom Ship et déjà un peu moins Where the Corpses Sink Forever, ont été remarqué comme le renouveau du black metal symphonique. Ils ont non seulement retenu l’attention d’une jeune génération de fans, mais également été salués par ceux qui gardaient encore un peu d’espoir de vibrer grâce à des claviers. Seulement il faut être précis et honnête, et j’ai du mal à classer les Hollandais dans le black sympho. Ce qui n’est pas une critique, au contraire, car ils symbolisent beaucoup plus le black metal comédie musicale, également appelé le black metal théâtral ou black metal cinématographique selon vos préférences en matière de spectacle.

Quoi qu’il en soit, CARACH ANGREN a marqué la scène et au moins réussi à attirer certains vers des sonorités de clavier. Même CRADLE OF FILTH en a pris de la graine et s’est mis à copier ou à s’aligner sur les codes des nouveaux venus. Ah si, beaucoup de couplets de l’Anglais auraient pu se retrouver sur un album de CARACH ANGREN. Même le maquillage adopté par Dani il y a quelques années a obligé les trois membres du groupe à se fendre d’un message assez ironique sur Facebook et d’une photo qui montrait bien que le corpse paint choisi avait été influencé par le leur.

Mais voilà, This is no Fairytale a divisé les fans. Et déçu ceux qui comme moi appréciaient un meilleur équilibre. Bien entendu, les amateurs d’ambiances très dramatiques et exagérées ont suivi, grand bien leur en fasse, mais les autres juraient face à des ambiances parfois ridicules. Mais bonne nouvelle, le tir est rectifié avec Dance and Laugh Amongst the Rotten. Alors certes, le concept prend le pas sur la musique et tout semble organisé pour répondre à une trame, mais le travail effectué sur ces 9 pistes est pratiquement irréprochable. Des parties agressives, des envolées, du piano, des cordes, des changements de rythme qui restent agréables. Bon, on va encore trouver quelques cassures de trop, quelques exagérations limite, mais finalement, les fans du groupe, et les fans de la première heure aussi, ne devraient pas se plaindre de ces 41 minutes. « Charles Francis Coghlan » et « The Procession Process » et « Charlie » me comblent véritablement.

Par contre, les vocaux… Les plus fréquents sont très bien. Ils attaquent, ils font mal, rien à redire. Mais ces déclamations à outrance… Pffffff. Si, si ! Vous les supportez peut-être, vous les aimez peut-être. Moi non. J’ai l’impression avec la musique de mater un film grand spectacle, avec plein de bons effets spéciaux, mais que tout à coup apparaît un acteur de théâtre à l’ancienne. Celui qui parle fort là, pour que le dernier rang entende. Celui qui en fait trop, qui s’écoute bien parler et utilise des mots que même le dictionnaire est sur le point d’abandonner. Celui qui se tient droit au bord de la scène, qui regarde au loin pour parler à quelqu’un qui est derrière lui et qui annonce « Ô, je vous le dis Madaaaaaame. Votre valet, votre perfiiiiide valet, n’a de cesse de s’esclaffer face à notre naïf contentieux. »...

« Ferme ta gueule !!! Vite et définitivement !!! ». Ce serait une fois encore pourquoi pas, mais là, c’est à répétition ces déclamations. L’ambiance pourrie que ça impose. Et puis à deux ou trois reprises, il se lèche les lèvres. Il fait un bruit dégueulasse volontairement, c’est aussi malaisant que ces vilains dans les films qui une fois battus par le héros sont pris d’un fou rire après avoir affirmé qu’ils reviendraient ! « Sherlock ! Tu m’as eu aujourd’hui, mais je te le dis ! Je reviendrai ! AHAHAHAHAHAHAH ! ».

OK…

Du coup, le nouvel album de CARACH ANGREN n’est pas particulièrement surprenant, normal c’est déjà le 5ème, mais il est très riche et travaillé. Mais il serait temps de tirer un peu sur la laisse du chanteur et ne pas trop plonger dans la comédie comique. Comédie musicale, c’est suffisant. Le concept ? Bah c'est un des plaisirs que de découvrir les paroles, alors ça vous allez faire l'effort d'écouter l'album pour en découvrir les subtilités, mais comme d'habitude le groupe a cherché à se différencier...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
01/07/2017 12:47
C'est du très mauvais black metal sympho, mais du très bon comédie musicale black metal, en somme ! Rahaha.
Goodnacht citer
Goodnacht
01/07/2017 10:10
La chronique est meilleure que l'album !

C'est mou, plan-plan, des fois c'est même chiant et complètement ridicule... Et la prod' est pas terrible, beurk la batterie. Et ça blast pratiquement jamais...
Mon premier disque faisandé de l'année (et acheté en plus, donc droit de me plaindre !)

Du mauvais King-Diamond-Horror-Story-Black-Metal...
(où du Black FM pour les 15-18 ans)

Le Black "Sympho", y'a rien à dire, c'était mieux avant !
Y'a 17 ans sortait quand même Drudenhaus...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carach Angren
Comédie Musicale Black Metal
2017 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (15)  7.33/10

plus d'infos sur
Carach Angren
Carach Angren
Comédie Musicale Black Metal - Pays-Bas
  

vidéos
Charles Francis Coghlan
Charles Francis Coghlan
Carach Angren

Extrait de "Dance and Laugh Amongst the Rotten"
  

tracklist
01.   Opening
02.   Charlie
03.   Blood Queen
04.   Charles Francis Coghlan
05.   Song for the Dead
06.   In de naam van de duivel
07.   Pitch Black Box
08.   The Possession Process
09.   Three Times Thunder Strikes

Durée : 41:17

line up
parution
16 Juin 2017

voir aussi
Carach Angren
Carach Angren
Where the Corpses Sink Forever

2012 - Season of Mist
  
Carach Angren
Carach Angren
This is no Fairytale

2015 - Season of Mist
  
Carach Angren
Carach Angren
Death Came Through a Phantom Ship

2010 - Maddening Media
  

Municipal Waste
Slime And Punishment
Lire la chronique
Tubefreeks
The Dry Tide
Lire la chronique
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethere...
Lire la chronique
Whoredom Rife
Dommedagskvad
Lire la chronique
Everson Poe
The Great Disruption
Lire la chronique
Draugsól
Volaða Land
Lire la chronique
Smash Hit Combo
L33T
Lire la chronique
Low Life
Die Now!
Lire la chronique
Black Circle
The Distant Wind...
Lire la chronique
Trial
Motherless
Lire la chronique
Beneath the Sod
Circling the Drain
Lire la chronique
Deny The Urge
As Darkness Falls
Lire la chronique
The County Medical Examiners
Olidous Operettas
Lire la chronique
Vintersorg
Till fjälls del II
Lire la chronique
Heresiarch
Death Ordinance
Lire la chronique
The Chant
Approacher (EP)
Lire la chronique
Mahakala
The Second Fall
Lire la chronique
Dark Sanctuary
Metal
Lire la chronique
Blackest
Dawning of the Black
Lire la chronique
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevok...
Lire la chronique
16
Zoloft Smile
Lire la chronique
Le Black Metal de Molière : L'éveil
Lire le podcast
Suffocation
... Of The Dark Light
Lire la chronique
Exocrine
Unreal Existence
Lire la chronique
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël
Lire la chronique
King Woman
Created in the Image of Suf...
Lire la chronique
Beastcraft
The Infernal Gospels Of Pri...
Lire la chronique
Black Sabbath
Heaven and Hell
Lire la chronique
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)
Lire la chronique
Goath
Luciferian Goath Ritual
Lire la chronique