chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mourning Dawn - Waste

Chronique

Mourning Dawn Waste (EP)
Oui, Waste est considéré comme un EP par Mourning Dawn et, oui, il dure plus d'une heure. Il est certain que ça étonne au départ, mais cela est au final logique : sous sa meilleure forme, un EP, plus qu'une expérience courte, est avant tout une « expérience », un à-côté où un groupe peut dévier de sa route, essayer de nouvelles choses, tout en lâchant la bride.

Et c'est clairement ce qu'ont voulu faire les Français ici. Par un concept ambitieux en premier lieu : trois morceaux, dont le dernier est la mise en commun des deux premiers, sûr que cela rappellera à certains d'autres œuvres – Times of Grace / Grace de Neurosis et Tribes of Neurot ; White Glove Test de Iron Lung... – mais, de mémoire, je n'ai jamais rencontré exercice visant aussi loin. Pas une piste musicale à laquelle s'ajoute un assemblage de sons, non ! Deux compositions qui tiennent parfaitement debout prises seules, enchaînent les riffs et les moments marquants en eux-mêmes, tout en parvenant à s'assembler dans un titre massif au possible, comme par magie. Des cerveaux ont dû griller pour accomplir tel exploit !

Heureusement pour nous, Waste ne s'arrête pas là. Dans son ambition, il ne s'est pas contenté de vouloir jouer aux Lego avec ses compositions, créant soixante-douze minutes dédiées aux amateurs de musiques lourdes et implacables. « Lâchant la bride », celle d'un doom moderne fortement teinté de dark metal qui le mettait dans la même délicieuse secte que Ataraxie, Funeralium, Imindain et consorts, Mourning Dawn donne à son style rigide, autoritaire, une direction nouvelle, gardant l'essentiel de ce qui le constitue tout en allant voir ailleurs ce qui s'y trame. Rythmiques industrielles où se convoquent Godflesh, Dirge, Red Harvest voire P.H.O.B.O.S. ; passages rasant le sol de leurs ailes après avoir longuement croqué le bitume, un goût de cendre restant en bouche ; voix aussi énorme et au bord de l'écroulement que l'immeuble servant d'illustration ; samples reprenant des extraits choisis de Seul Contre Tous de Gaspard Noé... Les Français s'autorisent de nombreux détours, se servant de leur palette ne contenant que du gris et du noir pour peindre différents genres, liés entre eux par un désespoir rageur. Un bruit de tambour dans le crâne en guise de cadeau final.

Préparez-vous donc à être endurant avant d'écouter Waste. Monochrome, il demande quelques tours de piste pour s'apprécier pleinement. Si Mourning Dawn parvient à convaincre à partir d'un concept peu affriolant sur le papier – une heure douze de musique doom et post où les titres jouent à saute-mouton ? La barbe... –, ce qui fait au final sa force est aussi ce qui, à mon sens, fait sa limite : rigoriste, extrême, sombre à toute heure, cet EP est, selon les occasions, parfois un peu trop tout cela, demandant un effort tel pour s'assimiler que je ne l'écoute que prêt à souffrir – ce qui, étonnamment, est une envie qui ne m'arrive pas tous les jours ! Un disque qui frôle la frontière entre ce qui est acceptable / écoutable et ce qui ne l'est pas en somme, un disque de décombres, de déconstruction et reconstruction, où les notes se déstructurent et se recréent, s'extirpent, à partir des ruines de ce qu'elles ont été. Comme Mourning Dawn qui, des vestiges de son passé, se taille à coups de burin une nouvelle peau. Nous laissant mort. Et pour lui : une seconde vie ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
06/07/2017 10:20
De rien Sourire
BBB citer
BBB
06/07/2017 09:13
Après une première écoute il va falloir approfondir tout ça mais il y a moyen. Merci pour la découverte!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mourning Dawn
Industrial Doom / Black / Post Metal
2017 - Aesthetic Death
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4.25/5

plus d'infos sur
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Black Doom - France
  

tracklist
01.   The One I Never Was
02.   The One I'll Never Be
03.   Waste (The Deconstruction of a Human Being)

Durée : 72 minutes 36 secondes

line up
parution
15 Février 2017

voir aussi
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Les Sacrifies

2014 - Total Rust
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Mourning Dawn

2007 - Total Rust
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
The Freezing Hand Of Reason (EP)

2003 - Ostra Records
  

Essayez aussi
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Atonal Hypermnesia

2012 - Megaton Mass Products
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate / 213 Records
  

Municipal Waste
Slime And Punishment
Lire la chronique
Tubefreeks
The Dry Tide
Lire la chronique
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethere...
Lire la chronique
Whoredom Rife
Dommedagskvad
Lire la chronique
Everson Poe
The Great Disruption
Lire la chronique
Draugsól
Volaða Land
Lire la chronique
Smash Hit Combo
L33T
Lire la chronique
Low Life
Die Now!
Lire la chronique
Black Circle
The Distant Wind...
Lire la chronique
Trial
Motherless
Lire la chronique
Beneath the Sod
Circling the Drain
Lire la chronique
Deny The Urge
As Darkness Falls
Lire la chronique
The County Medical Examiners
Olidous Operettas
Lire la chronique
Vintersorg
Till fjälls del II
Lire la chronique
Heresiarch
Death Ordinance
Lire la chronique
The Chant
Approacher (EP)
Lire la chronique
Mahakala
The Second Fall
Lire la chronique
Dark Sanctuary
Metal
Lire la chronique
Blackest
Dawning of the Black
Lire la chronique
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevok...
Lire la chronique
16
Zoloft Smile
Lire la chronique
Le Black Metal de Molière : L'éveil
Lire le podcast
Suffocation
... Of The Dark Light
Lire la chronique
Exocrine
Unreal Existence
Lire la chronique
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël
Lire la chronique
King Woman
Created in the Image of Suf...
Lire la chronique
Beastcraft
The Infernal Gospels Of Pri...
Lire la chronique
Black Sabbath
Heaven and Hell
Lire la chronique
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)
Lire la chronique
Goath
Luciferian Goath Ritual
Lire la chronique