chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Messiah - Walls of Vanaheim

Chronique

Black Messiah Walls of Vanaheim
Il y a 12 ans, j’ai découvert BLACK MESSIAH et j’ai été soufflé. Soufflé par l’énergie sans faille de Oath of a Warrior. Même si maintenant ce genre de musique n’impressionne plus grand monde, j’ai été sur le cul devant la musique parfaitement équilibrée des Allemands. Du black distillé dans du folk et viking, mais sans sonner zouzou. Et il y avait des instruments originaux qui venaient mettre de la folie. Je me souviens surtout de ce titre là : « Blutsbruder ».



Il s’agissait alors du deuxième album du groupe, qui avait attendu 7 ans après ses débuts pour montrer son nouveau visage. Par la suite, il a été assez constant, aussi bien dans la durée entre deux albums, que dans le contenu, même si au fil du temps on a remarqué que la hargne était moins présente, et que les parties mélodiques l’emportaient. Walls of Vanaheim est déjà le 7ème album, et il s’est fait attendre. 4 ans le séparent de Heimweh. On a perdu deux membres vu que Frangus le guitariste est parti pour rejoindre la vieille formation heavy metal de NINJA et que Agnar, monsieur synthé, s’est lassé, hop, plus là. Ce dernier faisait partie du groupe depuis 2001, ce qui en faisait l’un des plus anciens. Remarquez, cela ne change pas grand chose car cette formation est depuis longtemps celle de Zagan avant tout. Aux vocaux depuis les débuts, en 1992, il s’occupe aussi de la guitare depuis 20 ans et joue lui-même les instruments ajoutés : violon ou mandoline. Il tient sa troupe d’une main de maître, et ne cherche plus à se renouveler. Il sort donc un nouvel album sans surprise, toujours aussi épique et énergique, mais avec encore moins de noirceur.

Walls of Vanaheim, c’est aussi et encore un album sur les dieux nordiques. Odin, Thor et toute la clique sont réunis pour 15 titres. Carrément 15 titres. Et donc carrément 72 minutes. C’est pas de la petite bataille ou de la petite anecdote, c’est la grosse guerre là ! Alors pour servir tout cela, il faut des riffs héroïques, des envolées, et bien entendu plein de sons rajoutés pour nous plonger dans les combats légendaires : les épées s’entrechoquent, les Valkyries errent dans les Cieux, le tonnerre gronde, des loups peuvent même hurler. On est en plein dedans. Bon… attention hein. C’est pour rigoler hein ! C’est de la guerre sans grosse effusion de sang, c’est tout public. C’est une version viking de BAL SAGOTH par moments. Ah ah ah, oui, ça pourrait vous sortir très vite par les narines si vous avez du mal avec ce qui est trop visuel. Mais à partir du moment où vous avez un intérêt pour la musique une poudre de black et des accords heavy power, les ambiances vous feront sautiller. Vous allez hôcher de la tête sur les airs mélodiques de BLACK MESSIAH.

Mais bon, pas beaucoup plus. Surtout que c’est un peu du réchauffé. On sent que le groupe poursuit par passion mais sans avoir une inspiration débordante. Il ne faut pas être trop exigeant car rares sont les passages où l'on se sent pris aux tripes...

Par contre, il y a un point qui me fait ronchonner à chaque écoute, ce sont les parties narratives… Roooooohhhhh… Est-ce que le groupe pourrait comprendre une bonne fois pour toutes que c’est ultra chiant de devoir se coltinner un gus qui raconte une histoire... Encore, ce serait uniquement sur l’introduction et la conclusion... Mais non, on a à plusieurs reprises ce monsieur qui prend sa grosse voix pour nous raconter que des méchants arrivent, que Odin est vraiment pas jouasse, que la bataille fait vraiment trop peur !!! Ça va ! Ferme ta gueule, j’ai l’impression de retomber en enfance et d’écouter la version anglaise de « Raconte-moi des histoires »…



Du coup on a envie de zapper ces explications intempestives. Au bout de deux écoutes on a envie de tordre le cou à ce commentateur...

Sinon la musique est bien interprétée, vraiment pas fofolle, mais un cru suffisant pour combler les fans. Ceux qui aiment de loin le style n’auront pas grand chose à se mettre sous la dent... quelques images de guerres nordiques version dessin animé peut-être...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Messiah
Black power épique
2017 - Trollzorn Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  6.63/10

plus d'infos sur
Black Messiah
Black Messiah
Black power épique - 1992 - Allemagne
  

tracklist
01.   Prologue – A New Threat
02.   Mimir’s Head
03.   Father’s Magic
04.   Mime’s Tod
05.   Call to Battle
06.   Die Bürde des Njörd
07.   Satisfaction and Revenge
08.   The March
09.   The Walls of Vanaheim
10.   Decisions
11.   Mit Blitz und Donner
12.   The Ritual
13.   Kvasir
14.   A Feast of Unity
15.   Epilogue: Farewell

Durée : 72:15

parution
30 Juin 2017

voir aussi
Black Messiah
Black Messiah
Oath Of A Warrior

2005 - Einheit Produktionen
  

Essayez plutôt
Wintersun
Wintersun
The Forest Seasons

2017 - Nuclear Blast
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique