chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Undergang - Misantropologi

Chronique

Undergang Misantropologi
Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Ce n'est pas moi qui le dit mais Arnold Schwarzenegger dans l'excellent Last Action Hero (A moins que...). Pour quoi cette citation ? Eh bien tout simplement parce que le groupe le plus dégoulinant du Danemark est aujourd'hui de retour avec la sortie de son quatrième album intitulé Misantropolog. Une nouvelle sortie signée Dark Descent Records qui poursuit ainsi sa fructueuse collaboration avec le sulfureux trio mené par David Mikkelsen (chanteur/guitariste d'Undergang et Phrenelith mais aussi chanteur d'Hyperdontia, autre groupe dont je vous parlerais peut-être un peu plus tard si les albums à chroniquer finissent un jour par ne plus s'entasser...). C'est d'ailleurs le même David qui signe une fois encore ce superbe artwork inspiré du célèbre "Homme de Vitruve" de Léonard de Vinci. On y aperçoit un cadavre tout frais, se tenant droit comme un i les tripes à l'air dans un cercle fait de boyaux sanguinolents. Parfait et comme toujours de très bon goût.

Si ce quatrième album marque l'arrivée d'un nouveau bassiste en la personne de Sam Osborne (neveu du touffu Buzz Osborne), c'est surtout la durée de vingt-huit minutes qui dans un premier temps me fait tiquer. Après deux albums s'affichant respectivement à quarante-sept et cinquante et une minutes, voir Undergang redescendre sous la barre de la demie-heure laisse supposer un passage à des choses que je ne qualifierais pas de plus primitives, le trio ayant toujours eu à cœur de pondre une musique particulièrement rudimentaire, mais au moins plus concises et directes. D'autant qu'à y regarder de plus près, on constate également que la durée des morceaux a réduit de moitié. Faut-il voir dans ces quelques changements l'envie de rendre sa musique plus accessible sans pour autant changer drastiquement sa formule ? Peut-être. Probablement même...

Car au-delà de ces histoires de format raccourci et allégé, on ne peut pas dire qu'Undergang ait changé beaucoup de chose à sa formule. Il y a bien ici et là quelques petites nouveautés venues apporter un peu de fraîcheur à un Death Metal pourtant déjà vicié et rance mais celles-ci se comptent sur les doigts d'une seule main déjà occupée à fumer un gros oinj. On notera pour commencer que les Danois ont cherché à apporter davantage de nuances à leur Death Metal putride, terreux et monolithique. Une bonne idée qui apporte pas mal de relief à une musique jusque-là pas toujours très facile à appréhender. Ainsi fait, les dix titres qui composent Misantropologi se voient régulièrement ponctués de ralentissements ou d'accélérations comme pour mieux contraster avec ce goût prononcé pour le mid-tempo pataud et lourdingue qui caractérise le Death Metal d'Undergang depuis, bah depuis toujours en fait. A ces subtilités rythmiques bien plus développées qu'autrefois également va venir s'ajouter cette séquence mélodique sur le titre "Skåret I Småstykker" à 1:57 ainsi que ces quelques notes de piano sur l'introduction d'"En Bedemands Bekendelser".

Et si ces évolutions/ajouts/modifications font clairement du bien au Death Metal d'Undergang, on retiendra surtout ici une qualité de riffs encore supérieure aux trois précédents albums. Ce qui était au départ l'un des points faibles d'Undergang sur le sympathique mais franchement pas mémorable Indhentet Af Døden s'est finalement vu corriger sur les albums suivants (Til Døden Os Skiller et Døden Læger Alle Sår). Misantropologi suit ainsi cette même pente ascendante vers un riffing qui, c'est vrai, manque encore un peu de véritables moments marquants, mais se fait aujourd'hui bien plus convaincant et efficace que par le passé. Quelque part entre Rottrevore (pour ce gras qui suinte et dégouline de partout), Incantation (un riffing sombre et evil qu'on ne lui connaissait pas vraiment), le Bolt Thrower des débuts (pour cette urgence Punk cradingue) et bien évidemment l'école finlandaise (Slugathor, Krypts, Stench Of Decay voir Disgrace que le groupe reprend ici le temps d'un "The Chasm"...), Undergang pose ici ses attributs masculins sur la table et va s'imposer avec panache le temps de morceaux à la virilité exacerbée (ce growl caverneux improbable entre Antti Boman, Craig Pillar et Chris Weber) et au groove une fois de plus irrésistible.

Les Danois auront mis le temps mais il semble qu'ils aient enfin trouvé le parfait équilibre pour rendre leur Death Metal moins brouillon et anecdotique que par le passé. Misantropologi, s'il n'est pourtant pas si différent de ses prédécesseurs, se montre toutefois bien mieux composé et donc beaucoup plus redoutable. Il possède même un petit goût de reviens-y là où les albums précédents s'enfilaient à doses homéopathiques (même si c'était déjà moins le cas pour Døden Læger Alle Sår). Ce Death Metal de caniveau joué par des Punks crados à l'esprit tordu a désormais toutes les cartes en main pour séduire et convaincre. Nul doute qu'il devrait désormais pouvoir y arriver plus aisément.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
23/09/2017 00:24
note: 8/10
Dans le livret y'a un dessin d'un cadavre en train de liquéfier en une flaque putride et bien dégueu, ça illustre parfaitement leur Death Metal, putain que c'est bon.

Et puis cette voix.
gulo gulo citer
gulo gulo
01/08/2017 19:36
note: 8.5/10
Plus direct qu'avant, pour sûr.
Keyser citer
Keyser
01/08/2017 17:07
note: 8/10
En effet bien plus convaincant qu'avant. Ce groove sombre et putride est irrésistible.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Undergang
Death Metal
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  8.17/10
Webzines : (5)  7.51/10

plus d'infos sur
Undergang
Undergang
Death Metal - 2008 - Danemark
  

tracklist
01.   Efter Obduktionen  (03:15)
02.   Sygelige Nydelser (Del I) Apotemnofili  (01:16)
03.   Klynget Op I En Galge Af Egne Indvolde  (02:14)
04.   Skåret I Småstykker  (04:21)
05.   Lymfatisk Drænage  (02:32)
06.   En Bedemands Bekendelser  (03:10)
07.   Væskende Sår  (02:34)
08.   Sygelige Nydelser (Del II) Tafefili  (01:27)
09.   Tvangsfodret Pigtråd  (04:57)
10.   The Chasm (Disgrace Cover)  (02:41)

Durée : 28:27

line up
parution
23 Juin 2017

voir aussi
Undergang / Funebrarum
Undergang / Funebrarum
The Dead Of Winter (Split 7")

2012 - Doomentia Records
  
Undergang
Undergang
Døden Læger Alle Sår

2015 - Dark Descent Records
  
Undergang
Undergang
Til Døden Os Skiller

2012 - Xtreem Music
  
Undergang
Undergang
Indhentet Af Døden

2011 - Xtreem Music
  

Essayez aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade
  
Genital Grinder
Genital Grinder
Compulsive Severing Art

2007 - Rupture Music
  
Withdrawn
Withdrawn
The Strongest Will

2012 - Great Dane Records
  
Paths of Possession
Paths of Possession
Promises In Blood

2005 - Metal Blade
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report